Discours offensif du Président de la FHF en ouverture de SANTEXPO

mardi 17 mai 2022, par Bruno Benque

Dans son allocution d’ouverture du Salon SANTEXPO 2022, le Président de la FHF, Frédéric Valletoux, a mis en lumière la forte mobilisation des acteurs de l’hospitalisation publique dans les situations de crise, notamment lors de la pandémie de COVID-19. Dans un contexte difficile tant sur le plan démographique, que géopolitique ou écologique, il a rappelé que nous avons changé d’époque et que le système de Santé devait être transformé. Sous peine de « s’enfoncer dans une irrémédiable crise »...

C’est une salle de conférence comble qui a accueilli le Président de la Fédération Hospitalière de France, Frédéric Valletoux, ce 17 mai 2022 en ouverture du salon SANTEXPO.

Un contexte marqué par les crises en tous genres

Un Président résolument offensif et positif, malgré un contexte morose, pour employer un terme modéré. Car derrière le message d’espoir qu’il a souhaité faire passer, résonnent comme un leitmotiv la crise sanitaire qui nous a tous secoués ces deux dernières années, la crise géopolitique actuelle de l’Europe de l’Est, mais également la crise climatique à venir – ou qui a déjà commencé - avec son cortège de sécheresses et d’inondations successives, de fortes chaleurs, voire de canicules l’été et de tempêtes de neige accompagnées de grands froids l’hiver. Sans oublier la menace virologique qui s’annonce en Chine ou en Afrique du Sud. Oui, la conjoncture est des plus alarmantes pour la pérennité du système de Santé et Frédéric Valletoux n’a pas manqué, dans son allocution, de mettre en garde la communauté hospitalière des possibles épisodes douloureux que nous pourrions bientôt connaître alors que nous sommes « dans un changement d’époque ».

Des éloges sur la mobilisation des acteurs de l’hospitalisation publique pendant la pandémie de COVID-19

Mais il a aussi, en bon chef de file de la communauté hospitalière, rappelé, s’il en était encore besoin, la forte mobilisation des acteurs de l’hospitalisation publique lorsqu’il a fallu faire face aux flux de patients touchés par la pandémie de COVID-19. Il a mis en lumière les compétences, la pertinence, la capacité d’adaptation et la disponibilité des acteurs du soin et de la prise en charge médico-sociale, mais également pour la campagne vaccinale, dans une période qui aurait pu faire imploser le système, mais au cours de laquelle ils se sont battus ensemble pour faire face aux difficultés. Parmi les points forts de cette communauté également, Frédéric Valletoux a évoqué notamment la recherche, « qui est assurée par l’hôpital public à 83% ».

Pénurie de soignants et permanence des soins

Mais il y a aussi des points faibles qu’il faudra, a-t-il annoncé, gommer ou atténuer selon le cas, et en premier lieu les problèmes de ressources humaines qui s’aggravent de jour en jour. La pénurie médicale n’a d’égale que celle des soignants, qui abandonnent leur poste pour cause de fatigue physique et psychologique insurmontable ou par perte de sens. Pour revenir sur la démographie médicale, Frédéric Valletoux a fait remarquer que le nombre de médecin était en croissance constante depuis plus de dix ans et que la pénurie venait d’une mauvaise organisation. Il a fustigé, ainsi, les quelques 40% de praticiens libéraux qui participent à la permanence des soins, une proportion qu’il juge trop basse et qu’il appelle à se rétablir.

LA FHF mobilisée pour faire bouger les lignes et éviter de s’enfoncer dans une irrémédiable crise

Ces constats appellent donc des actions urgentes, pour certaines, car l’espérance de vie en Santé en France « est inférieure à certains de nos voisins qui ont pris des mesures énergiques pour l’améliorer ». La FHF sera mobilisée, en ce début de quinquennat, pour faire de la Santé un sujet important du débat public, avec force et conviction. « Il y a eu une prise de conscience des populations, durant la pandémie, de l’importance du système de Santé », a-t-il commenté, citant les progrès réalisés lors du Ségur de la Santé, des progrès insuffisants, a-t-il reconnu. C’est la raison pour laquelle la FHF a lancé une série de trente propositions qu’il a succinctement reprises et qui traitent notamment de la démographie soignante, de la continuité des prises en charge ou des gardes et astreintes sous-payées.

Il a conclu en souhaitant des mesures fortes à prendre lors des cent premiers jours du Gouvernement, notamment la Loi sur le Grand Âge, les Lois de programmation de la Santé et de la dépendance, l’évolution des métiers de la Santé et des formations qui y sont liées ou la transformation du système de Santé avec une prévention mieux valorisée. « Nous avons deux alternatives, a-t-il annoncé pour finir. Soit nous arrivons à transformer notre système de Santé, soit nous nous enfonçons dans une irrémédiable crise. Soyons optimistes et exigeants. Collectivement, nous y croyons ! »

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus