Stratégie nationale de santé : réactions plutôt positives, avec des réserves...

mercredi 25 septembre 2013, par APM-International

Différentes fédérations, syndicats et associations du monde de la santé ont accueilli de façon plutôt positive la stratégie nationale de santé (SNS) annoncée par le gouvernement le 23 septembre 2013, en dépit de plusieurs réserves.

JPEG - 33.6 ko

La ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, et la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Geneviève Fioraso, ont présenté le 23 septembre 2013 au matin les grandes lignes de la SNS, qui repose sur « trois piliers » : la prévention, le premier recours et la démocratie sanitaire.

La SNS « suppose un changement de paradigme pour les professionnels de santé, en ville comme à l’hôpital », avec « une approche décloisonnée, (...) dans laquelle le territoire serait l’échelle de référence », a observé l’Association des directeurs d’hôpital (ADH) dans un communiqué. Les hospitaliers ont « déjà compris ces enjeux et se sont engagés dans cette direction », affirme l’association, qui appelle à « les soutenir pour aller encore plus loin » et espère « un rapide ’passage aux actes’ ».

L’ADH « partage l’objectif » visant à « diminuer le recours systématique et excessif aux établissements de santé ». Il s’agit de « modifier les pratiques actuelles et de corriger les effets d’un hospitalo-centrisme bien souvent subi », a-t-elle observé.

Concernant la révision du financement de l’hôpital dès le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) 2014, pour valoriser la logique de parcours et prendre en compte l’isolement géographique de certains établissements, l’ADH affirme qu’il « faudra accompagner dans le détail cette réforme nécessaire, en veillant à l’équilibre des ressources et des charges des établissements, particulièrement dans la mise en oeuvre éventuelle d’une tarification de parcours ».

Le Syncass-CFDT a souligné le 24 septembre, dans un communiqué, le caractère « incontestable » des orientations de la SNS, ajoutant qu’elles « nécessitent d’être explicitées et développées en associant les acteurs ».

La Fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne privés à but non lucratif (Fehap) a salué la SNS avec « la volonté de mobiliser le potentiel de l’ensemble des acteurs (...) pour améliorer l’organisation du système de santé et l’accompagnement de la perte d’autonomie », dans un communiqué publié lundi.

La Fehap propose « que le déploiement des services à domicile, de manière décloisonnée, soit considéré comme un des 10 axes principaux de la SNS, méritant à cet égard l’établissement précis d’une feuille de route par les pouvoirs publics ».

La fédération salue également l’annonce du « déploiement plus large des expérimentations » réalisées dans le cadre des parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d’autonomie (Paerpa). Toutefois, la Fehap « estime qu’il serait désormais bienvenu de se préoccuper rapidement des conditions de fonctionnement des services polyvalents d’aide et de soins à domicile (Spasad), alliant les services de soins infirmiers à domicile (Ssiad) et les services d’aide à domicile » pour les personnes « les plus vulnérables ».

La mutualité satisfaite

Dans un communiqué diffusé le 23 septembre, la Fédération nationale de la Mutualité française (FNMF) dit accueillir « avec satisfaction » la présentation de la SNS.

Elle « partage la volonté » du gouvernement de généraliser le tiers payant pour le premier recours, ce qui doit permettre, selon elle, « d’améliorer l’accès à des soins de qualité », et assure qu’elle « participera activement » aux travaux nécessaires. Elle « se félicite de la consécration de la démocratie sanitaire comme axe à part entière de la stratégie nationale de santé ».

L’Intersyndicat national des internes (Isni) a, de son côté, souhaité « féliciter la ministre de la santé qui, en réaffirmant son engagement dans le pacte territoire-santé, a soutenu de nouveaux les mesures incitatives pour lutter contre la désertification médicale », dans un communiqué publié lundi. Néanmoins, l’intersyndicat « aurait souhaité une écoute plus attentive des jeunes médecins ».

L’Association nationale des étudiants en médecine de France (Anemf) s’est opposée lundi dans un communiqué au « retour vers des épreuves interrégionales » dans le cadre des épreuves classantes nationales (ECN). Ce changement « ne doit pas être envisagé avant une vraie évaluation des ECN et sans avoir laissé l’informatisation exprimer son potentiel », estime l’association.

Concernant le décloisonnement de la formation hospitalo-centrée des étudiants, l’Anemf a rappelé « sa volonté de voir atteint » l’objectif de 100% de stages de médecine générale annoncé par Marisol Touraine. Elle « regrette » cependant « un manque de solutions concrètes, comme l’ouverture de terrains de stage ambulatoire dans toutes les spécialités ».

L’Anemf « salue la volonté forte » de la ministre de la santé de « poursuivre sur la voie de l’incitation pour lutter contre les déserts médicaux ».

L’association reconnaît « les efforts annoncés sur la rémunération des actes de télémédecine » mais réclame des objectifs à plus grande échelle, ainsi que la coordination et la diffusion nationale de l’ensemble des initiatives de télémédecine.

Des points négatifs pour la CSMF

La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) s’est félicitée dans un communiqué daté du 23 septembre « de voir que la santé publique (...) est désormais une priorité de la future réforme de notre système de santé ».

La CSMF a cependant pointé plusieurs « points négatifs », notamment la volonté d’« élargir singulièrement les missions des agences régionales de santé (ARS) et leur donner tout pouvoir sur la médecine de ville ». « L’organisation des parcours ne doit pas être le prétexte à placer les médecins de ville sous la coupe des ARS », ajoute la confédération.

Le syndicat « refuse » que la rémunération des équipes de soins « soit confiée aux ARS, ce qui reviendrait à une étatisation des soins », et « exige que cette rémunération soit intégrée au cadre conventionnel ».

La CSMF « s’étonne de la discrétion du gouvernement sur la réforme de l’hôpital » et « estime qu’une ’refondation’ du système de santé français sans réforme de l’hôpital n’est pas crédible ».

© 2004-2013 APM-International - Tous droits réservés. Les données sont la propriété de APM International. Toute copie, republication ou redistribution des données APM Santé, notamment via la mise en antémémoire, l’encadrement ou des moyens similaires, est expressément interdite sans l’accord préalable écrit de APM. APM ne sera pas responsable des erreurs ou des retards dans les données ou de toutes actions entreprises en fonction de celles-ci ou toutes décisions prises sur la base du service. APM et le logo APM International, sont des marques d’APM International dans le monde. Pour de plus amples informations sur les autres services d’APM, veuillez consulter le site Web public d’APM à l’adresse http://www.apmnews.com


Partager cet article

TOUT L’ÉQUIPEMENT DES CADRES DE SANTÉ

IDE Collection a regroupé tout le matériel nécessaire au management de vos équipes : livres, revues, fournitures, stylos, tenues, idées cadeaux...

Découvrir nos produits

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus