Sport et Santé : un rendez-vous à ne pas manque le 18 mars prochain

mardi 23 février 2021, par Bruno Benque

La Journée de formation nationale « Activité physique 2021 » donnera la parole, entre autres, au Pr François Carré et au Pr Martine Duclos, spécialistes de Médecine du sport et d’explorations fonctionnelles. Ils feront un point sur la stratégie nationale sport santé voulue par le Gouvernement et sur les bons débuts des Maisons sport-santé qui ont vu le jour en 2019. Ils évoqueront également sans doute les ravages provoqués par les écrans chez les jeunes ou sur la baisse de la pratique des activités physiques depuis le début de la crise sanitaire.

C’est le jeudi 18 mars 2021 que sera diffusée en Live la Journée de formation nationale « Activité physique 2021 ; prescrire, orienter, accompagner », proposée par Trilogie santé.

Le quatrième facteur de risque de décès dans le monde

Au cours de l’une des sessions qui rythmeront cette journée, le Pr François Carré, Professeur de physiologie cardiovasculaire et de l’exercice musculaire à la Faculté de Médecine de Rennes, cardiologue et médecin du sport, responsable des Services d’Explorations Fonctionnelles et de Médecine du Sport au CHU Pontchaillou de Rennes et directeur adjoint de l’Unité INSERM U 1099, prendra la parole pour mettre en lumière les apports du sport pour la Santé publique. Il ne cesse de clamer, dans sa pratique quotidienne, que, dès le plus jeune âge, bouger et s’astreindre à de l’exercice physique prévient, limite l’évolution et les complications des maladies chroniques et parfois même les guérit. Il rappelle que ces recommandations sont portées par l’OMS qui considère l’inactivité physique comme le quatrième facteur de risque de décès dans le monde.

Les ravages des écrans pour les jeunes générations

Il y sera sans aucun doute question de l’évolution des pratiques des français en période de crise sanitaire, puisque ces derniers ont en moyenne pris entre 3 et 6 kg lors du premier confinement, alors que, précise-t-il, « l’exercice physique reste le meilleur moyen naturel d’améliorer l’immunité ce qui, en période de crise sanitaire, n’est pas à négliger ». Les plus jeunes sont, dans ce cadre, exposés au premier chef, de nombreuses études ayant montré que les comportements sédentaires, particulièrement devant un écran, ont un impact négatif sur le développement physique, cognitif, émotionnel et social des enfants et des adolescents. Leur sommeil et leur santé mentale en sont également affectés. Et pourtant, le dernier Report Card 2020 estime à 93% le nombre d’enfants et d’adolescents français qui dépassent les recommandations de 2h d’écrans par jour.

Les Maisons Sport-Santé pour rapprocher les deux mondes au service des patients

Le Pr Carré sera accompagné pour cette session du Pr Martine Duclos, Chef du Service de Médecine du Sport et des Explorations Fonctionnelles au CHU de Clermont-Ferrand, et Présidente de l’Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité. (ONAPS) http://www.onaps.fr/. Elle fera le point sur la « Stratégie Nationale Sport Santé » mise en place en 2019 par le ministre des Sports et celui des Solidarités et de la Santé pour favoriser la pratique des Activités Physiques et Sportives (APS) en vue d’une meilleure Santé pour les populations. En janvier 2020, 138 premières Maisons Sport-Santé (MSS) certifiées voyaient le jour, rapprochant les professionnels du sport et ceux de la Santé, et elles sont aujourd’hui 250 sur l’ensemble du territoire, y compris en zone rurale. Cet envol a été freiné, lui aussi par la crise sanitaire, mais le Pr Duclos est confiante : « le socle est bien là et la stratégie gouvernementale lisible ».

L’Activité Physique Adaptée sacrifiée sur l’autel de la pandémie

L’objectif premier de ces MSS est d’accompagner les quelques 10 millions de patients atteints de maladies chroniques, pour lesquels une Activité Physique Adaptée (APA) a été prescrite par le médecin traitant. Il semble loin d’être atteint, d’autant plus que la crise sanitaire, provoquant la fermeture des salles de sport, le report des consultations de suivi par peur de se déplacer et de s’exposer au virus et un moral en baisse, a marqué un coup d’arrêt, au bel élan constaté durant les premiers mois de la « Stratégie nationale Sport Santé ». Les équipes médico-sportives ont bien proposé aux patients un suivi « dématérialisé », sous forme d’appels téléphoniques ou de programmes sportifs digitaux, mais cela n’a pas suffi. L’état de ces malades chroniques ne devrait pas s’améliorer significativement à court terme, puisque l’activité physique fait partie désormais de leur prise en charge et de leur traitement.

L’Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité (ONAPS) a publié un Rapport en 2019 sur la prescription d’activité physique en France dans lequel il confirmait les bons débuts du tandem sport-santé. Le discours du Pr Duclos sera-t-il aussi optimiste le 18 mars ? Rien n’est moins sûr, nos concitoyens se détournant petit à petit des pratiques sportives et retournant vers la sédentarité. Nous avons hâte de savoir comment elle compte les convaincre de la nécessité de bouger un minimum tous les jours pour rester en Santé…

Pour aller plus loin
Ecouter le Pr François Carré, auditionné le 20 janvier 2021 par la Commission de la Culture, de l’Education et de la Communication, ainsi que par la Commission des Affaires Sociales du Sénat sur le thème du sport et la santé.

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus