Obésité et cancer digestif : les chirurgiens français communiquent

lundi 13 mai 2019, par Bruno Benque

Un communiqué récent publié par l’Association Française de Chirurgie a pour objectif de mettre en garde les personnes obèses contre les risques de cancers digestifs auxquels ils sont exposés. Des études internationales ciblent en effet ces populations, surtout les jeunes, pour qui les risques de cancers œso-gastriques, spléniques, colorectaux, mais surtout hépatiques, augmentent avec l’indice de masse corporelle. La société savante a dès lors décidé de s’associer aux associations de personnes obèses pour les aider à changer leurs comportements et les convaincre que ces cancers sont évitables et guérissables.

En amont du 121ème Congrès de l’Association Française de Chirurgie (AFC), qui se tiendra du 15 au 17 mai 2019 au Palais des congrès de la Porte Maillot, Paris XVIIème, les chirurgiens français souhaitent, dans un communiqué, mettre en garde contre l’augmentation de l’obésité dans l’hexagone.

Les jeunes obèses plus exposés aux cancers digestifs

Alors que cette tendance est propice au développement des cancers digestifs, il souhaitent que soit mis en place un plan de prévention accru pour les personnes en situation d’obésité et s’associent au Collectif National des Associations d’Obèses (CNAO) pour la journée européenne de l’obésité le 17 mai 2019. L’objectif de ce plan est de détecter au plus tôt le cancer pour augmenter les chances de guérison.

La DREES et l’INSERM estiment aujourd’hui à 49% le taux des adultes qui sont en surcharge pondérale, dont 32 % en surpoids (IMC sup à 25) et près de 17 % obèses (IMC sup à 30). Ces chiffres sont d’autant plus alarmants que plusieurs études françaises et internationales ont évalué une multiplication du risque de cancer de 2 à 5, pour les patients obèses, ciblant des organes tels l’œsophage, la vésicule biliaire, le foie, le colon, le rectum, le pancréas ou l’estomac. Des disparités peuvent toutefois se manifester en fonction du sexe, avec notamment +46% des hommes exposés contre +15% des femmes, ou de l’âge, les jeunes adultes obèses étant plus exposés que leurs ainés, l’incidence passant ainsi de 0.8 à 3,5.

Augmentation linéaire du risque pour l’œsophage et l’estomac

D’autre part, l’augmentation de la pression intra abdominale provoque plus de Reflux Gastro-Œsophagiens, créant un terrain propice à l’apparition des cancers de l’œsophage et de l’estomac. Chaque unité d’IMC équivaut en effet à un risque accru de 11% et, pour 5 unités de plus d’IMC, le risque passe à 55% selon une augmentation linéaire [1]. De plus, le temps de transit chez les personnes obèses est bien plus long, ce qui prolonge le contact des muqueuses avec le bol alimentairesusceptible de contenir des composés carcinogènes.

Le foie exposé à un risque exponentiel

Pour le cancer du pancréas, le risque d’incidence est de +10% pour 5 unités d’IMC dépassant les 25 IMC alors que concernant le cancer colorectal elle est de +33% de risque, voire de +47% selon l’intensité de l’obésité, avec un risque plus important chez les hommes que chez les femmes. Les études comparant les obèses des personnes ayant un poids normal indiquent une augmentation du risque de cancer colorectal de 33 %. Mais cela n’est rien comparé aux effets sur le foie, les personnes en surpoids s’exposant à un risque de 13%, un risque devenant exponentiel avec + 109 % pour les personnes obèses, comparées aux sujets non obèses.

Enfin, le risque de cancer de la vésicule biliaire est de +23 % pour une augmentation de l’IMC de 5 kg/m², moins marquée chez les hommes (16 %) que chez les femmes (29%), notamment par un processus plus important de formation de calculs biliaires, due à une sursaturation probable de la bile en cholestérol. Les taux élevés de cholestérol biliaire ne sont pas nécessairement reliés à la consommation alimentaire de cholestérol, mais peuvent être consécutifs à l’insulinorésistance associée à l’obésité.

Les chirurgiens français communiquent auprès des associations d’obèses

Cette tendance a conduit l’association Française de Chirurgie (AFC) à devenir partenaire du Collectif National d’Associations d’Obèses CNAO pour la Journée européenne de l’obésité, le 17 mai 2019. L’AFC souhaite ainsi aider les personnes obèses à devenir actrices de leur santé en les sensibilisant à la prévention des 6 cancers digestifs les plus importants (foie, vésicule biliaire, œsophage, pancréas, colorectal, estomac), auxquels il faut ajouter les cancers du sein et gynécologique, auxquels ils sont particulièrement exposés. « L’AFC se doit de prendre part au grand défi de santé publique qui touche notre discipline, annonce le Pr Patrick Pessaux, Président de l’AFC. Pour ne prendre l’exemple que du cancer colorectal, 70% sont évitables et guérissables quand ils sont détectés tôt. Son dépistage est fondamental. »

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


[1les données sont issues d’une synthèse des enquêtes réalisées par l’INCA (2015), le rapport WCRF/AICR 2007, trois méta-analyses d’études de cohorte prospectives publiées en 2012 (Chen, 2012a ; Rui, 2012 ; Wang, 2012a), Emerging cancer trends among young adults in the USA : analysis of a population-based cancer registry ; Hyuna Sung, Rebecca L Siegel, Philip S Rosenberg, Ahmedin Jemal Lancet Public Health 2019.


Partager cet article

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...

Découvrir les formations

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus