Médicaments anticancéreux : la pénurie est toujours d’actualité

lundi 20 septembre 2021, par Bruno Benque

L’actualité nous réserve parfois des nouvelles qui ne suivent pas la même ligne, bien qu’elles traitent d’un sujet identique. Une étude vante en effet les mérites de la numérisation et de l’automatisation du circuit du médicament pour assurer la sécurité des prescriptions et limiter les erreurs d’approvisionnement. Quelques minutes après, la Ligue contre le cancer communique pour dénoncer la pénurie de médicaments en oncologie, ce qui rend quelque peu obsolète l’information précédente. Prenons garde de ne pas inverser la pyramide des besoins...

La digitalisation de la Santé est souvent synonyme de qualité des pratiques, à l’hôpital comme en ville. Cela se vérifie lorsque les logiciels mis à disposition des professionnels de Santé répondent à certains prérequis.

Digitaliser la prescription pour sécuriser le circuit du médicament

Dans le domaine de la dispensation de médicaments, la qualité suit la règle des 5 B : le Bon médicament, au Bon dosage, au Bon patient, par la Bonne voie, au Bon moment. Dans une étude Omicell - Les Échos – Le Parisien publiée récemment, la digitalisation-automatisation du circuit du médicament est présenté comme un levier permettant de respecter cette règle. S’équiper d’une solution de digitalisation de la prescription – dispensation permet d’assurer la traçabilité tout au long du circuit du médicament, depuis la prescription jusqu’à l’administration au patient.

L’automatisation pour éviter les erreurs d’acheminement ou de stockage

L’automatisation, quant à elle, permet de sécuriser le circuit, dans les phases de préparation des doses, d’acheminement et de stockage des produits de Santé, à l’aide d’automates ou d’armoires connectées notamment. L’étude suscités montre que la plupart des erreurs enregistrées lors de la prise des médicaments par les patients sont liées à des dysfonctionnements lors de l’entrée et de la sortie du médicament de l’établissement ou lors d’un transfert interservices. Selon une enquête de 2015, 47 à 67 % des patients présentaient une divergence ou une erreur entre leurs traitements prescrits en ville et ceux prescrits à l’hôpital.

Des solutions pas encore assez présentes dans les établissements de Santé

Ces solutions ne sont toutefois pas suffisamment implantées dans les établissements de Santé, ou sont peu efficaces car elles doivent satisfaire à des critères de base comme l’interopérabilité entre les solutions utilisées dans l’établissement. Ces dernières sont souvent entassées les unes sur les autres au gré des déploiements mais ne sont pas toujours disposées à interagir entre elles. L’étude évoque également des financements publics manquants pour faire évoluer les pratiques car le modèle économique ne serait pas en faveur d’innovations de ce type. Certains y voient enfin une sorte de déshumanisation de leur métier. Sauf que de telles solutions sont à même d’alléger leur quotidien et les soustraie à des tâches rébarbatives et peu valorisantes.

La ligue contre le cancer communique au sujet de la pénurie de médicaments

Mais le problème majeur du circuit du médicament est bien la pénurie, notamment dans le domaine de l’oncologie. En 2020, la Ligue contre le cancer dressait un état des lieux alarmant, évaluant à 75 % le taux de professionnels de Santé qui rapportaient avoir été confrontés à des situations de pénuries et avoir constaté des pertes de chances pour leurs patients. La Ligue communique aujourd’hui pour avertir que la situation est loin d’être stabilisée, stigmatisant des défaillances majeures du système de production. Elle annonce que 10% des médicaments utilisés en oncologie font l’objet d’une pénurie, une situation qui se perpétue depuis environ 10 ans.

Un problème aggravé par la pandémie de COVID

Il est bien évident que la situation des patients s’est aggravée ces deux dernières années, sous le coup de la crise sanitaire, qui, nous en avons témoigné dans nos colonnes, a empêché les patients, par impossibilité d’accéder aux soins, ou par peur de la pandémie, de satisfaire à leur parcours de soins. Parce que l’accès aux médicaments et un droit fondamental, la Ligue contre le cancer alerte une nouvelle fois l’opinion publique sur ce problème et, à partir de ce jour, 20 septembre 2021, diffuse des séquences vidéo et publie une bande dessinée qui restituera des témoignages de patients victimes de la pénurie de médicaments contre le cancer.

La numérisation et l’automatisation du circuit du médicament, c’est très bien. Mais encore faut-il que les médicaments soient présents dans ce même circuit. Ne renversons pas la pyramide des besoins de Maslow…

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus