La valse des milliards pour le secteur sanitaire

mardi 12 octobre 2021, par Bruno Benque

Dans son discours du 12 octobre 2021, le Président de la République a annoncé des mesures sensées accompagner la réindustrialisation de la France, en ciblant certains secteurs, avec une enveloppe de 30 Mds€ à l’appui. La Santé fait encore partie de ces secteurs aidés, lui qui a déjà fait dépenser des milliards à son gouvernement pour le Plan Innovation Santé ou le Ségur de la Santé notamment. Du coup, à la découverte de cette valse des milliards, on ne distingue plus bien ce qui relève de l’effet d’annonce pré-électoral de ce qui est sensé compléter ces deux projets phares pour le secteur sanitaire.

Le Président de la République Emmanuel Macron a pris la parole, ce 12 octobre 2021, depuis le Palais de l’Élisée, dans le but de faire connaître sa vision de la France en 2030 ainsi que les mesures qu’il souhaite voir mises en œuvre afin d’assurer l’indépendance industrielle du pays.

Un Plan d’investissement de 30 milliards d’euros dans l’industrie française

Il a tout d’abord tiré les leçons de la pandémie de Covid, qui a « mis en lumière notre dépendance à l’étranger : il y a 18 mois, nous étions tous soumis au manque de masques (…) Nous devons rebâtir les termes d’une indépendance productive française et européenne », a-t-il annoncé au début de son discours. Dans ce contexte, il a annoncé le déblocage de 30 milliards d’euros sur cinq ans, selon un Plan fixant « dix premiers objectifs clairs, pour faire face à ces défis et mieux produire, mieux vivre et comprendre notre monde ». Il faut dire que le Président, ces derniers temps, jongle avec les milliards comme le funambule avec des balles de couleurs ou Killian M’Bappé avec un ballon rond !

Trois milliards d’euros annoncés dans le domaine de la Santé

Cette nouvelle enveloppe est sensée soutenir plusieurs filières comme le nucléaire – construire de petits réacteurs -, l’écologie – Hydrogène vert et transports décarbonnés -, l’aéronautique et l’agriculture – révolution autour du numérique, de la robotique, de la génétique -. Mais c’est une nouvelle fois le domaine de la Santé qui a fait l’objet d’une annonce, comme s’il avait besoin de se racheter après les atermoiements de l’exécutif au début de la pandémie de Covid. « Mieux vivre, c’est aussi mieux se soigner, a-t-il annoncé. Nous avons les capacités humaines, de recherche et de pratique. A travers le Plan Santé-innovation 2030, nous avons l’objectif de reprendre la tête sur une médecine plus prédictive ». Il a ajouté vouloir produire en France « au moins 20 biomédicaments contre les cancers, les maladies chroniques dont celles liées à l’âge et de créer les dispositifs médicaux de demain ». Coût de la mesure : 3 Md€ !

Une valse des milliards comme une fuite en avant

Tout cela ajouté au milliard d’euros pour renforcer notre capacité de recherche biomédicale, aux 800 M€ pour soutenir le développement de biothérapies et accompagner le développement du tissu industriel pour des biothérapies françaises, aux 650 M€ pour passer à la médecine 5P (préventive, personnalisée, prédictive, participative et basée sur les preuves) ou aux 750 M€ pour se préparer aux pandémies et disposer sur le territoire des moyens d’y répondre, autant de mesures qui avaient été annoncées en juin 2021 pour le Plan Innovation Santé 2030.

On ne sait d’ailleurs plus si l’on doit y ajouter les 1,5 Md€ prévus pour pérenniser le soutien à l’investissement et à la relocalisation en France des industries de la santé, le Milliard d’euros planifié pour l’attractivité des chercheurs de haut niveau et le soutien aux infrastructures de recherche, les 2Md€ de mesures d’accès au marché et de mise en cohérence des politiques de régulation des prix des médicaments et dispositifs médicaux, les 2Md€ pour le renforcement de l’investissement de BPI France, etc. Sans oublier, bien sûr, les sommes mobilisées pour le Ségur de la Santé qui, elles sont bien identifiées..

Un éclaircissement est nécessaire pour identifier les bénéficiaires de ces nouvelles ressources

Le Président semblait, jusqu’à l’arrivée de la crise sanitaire, maîtriser ses dossiers et prendre des décisions de bon sans en rajouter outre mesure. Avec ces nouvelles annonces, qui, certes, concernent des domaines d’activité pouvant assurer une meilleure indépendance de la France vis-à-vis de la concurrence, le voilà lancé dans une fuite en avant à coup de milliards d’euros comme l’ont été ses prédécesseurs avant lui à six mois d’un scrutin présidentiel. Car tout cela sent l’effet d’annonce à plein nez, d’autant que certains économistes considèrent les niveaux de financement annoncés très insuffisants pour, comme il le prétend lui-même, insuffler des changements de rupture dans l’industrie française. Il faudra en tout cas que ses services communiquent mieux à l’avenir pour que nous puissions identifier clairement les bénéficiaires de ces nouvelles ressources.

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus