La présidence belge de l’UE relance le dossier relatif à la pénurie de personnels soignants à l’échelle européenne

lundi 26 février 2024, par Bruno Benque

À l’instar de tous ses pays membres, l’Union Européenne est toute entière confrontée à la pénurie de personnels soignants. La présidence belge de l’UE reprend le dossier en 2024 et fixe un agenda pour des discussions des ministres de la santé relatives à une action commune des pays membres. Les associations de professionnels de Santé s’impatientent et attendent une issue positive pour le 24 avril 2024.

La pénurie de personnels paramédicaux que nous connaissons en France n’est pas isolée. Tous les pays dits développés connaissent ce type de désagréments et n’ont semble-t-il pas encore trouvé la solution miracle pour y remédier.

L’Union Européenne face à la pénurie de personnels soignants

Au niveau de l’Union Européenne, le problème est pris très au sérieux si bien que la Commission européenne a conclu, dans ses Rapports sur l’état de la santé dans l’UE de décembre 2023, que chaque pays de l’UE est confronté à des problèmes de personnel de santé, en termes de vieillissement des personnels soignants, de formation, de recrutement, de fidélisation et de reconversion.

Déjà, en 2010, le Conseil de l’Europe avait publié une déclaration engageant les pays membres de l’UE à investir ensemble dans le développement des ressources humaines de Santé. Elle les invitait alors à élaborer un plan d’action offrant des options pour soutenir le développement des politiques des États membres en matière de personnels de santé, à impliquer dans l’élaboration de ce plan d’action les représentants des patients et des professionnels de la santé, ainsi que d’autres parties prenantes concernées du secteur de la santé et à prendre en compte, lors de l’élaboration de ce plan d’action, la contribution potentielle d’autres domaines politiques, notamment l’enseignement, le travail, les affaires sociales et le marché intérieur.

La présidence belge de l’UE reprend me dossier en 2024

Ce document n’a semble-t-il pas motivé les pays membres de l’UE à mettre en pratique ces recommandations et, de plus, la période de crise sanitaire que nous avons connu n’a pas arrangé les choses. C’est la raison pour laquelle la présidence belge de l’UE pour 2024 annonce reprendre ce sujet et le placer parmi ses priorités. Elle s’efforce de jeter les bases d’une future stratégie européenne en matière de personnels de santé et vise à intensifier l’action de l’UE, qui a donc été mise en sourdine après la déclaration de 2010.

Le média spécialisé dans les affaires relatives à l’Union Européenne, Euractiv, consacre un dossier à cette thématique, daté du 14 février 2024. On y découvre notamment une interview de Pedro Facon, responsable du personnel soignant à la présidence belge de l’UE et vice-président de l’Institut national belge de la santé et de l’assurance maladie.

« Ce n’est pas un sujet facile car il est multifactoriel, mais il est clair que tout le monde est confronté à certains défis liés au personnel de santé, déclare-t-il. Ce que nous aimerions avoir comme conclusion, c’est que les ministres européens de la Santé conviennent que nous avons vraiment besoin d’une stratégie explicite et globale en matière de personnels de santé, qui ne soit pas autonome. Cela doit être complémentaire aux politiques nationales ainsi qu’à certaines initiatives politiques de l’OMS et de l’OCDE. Nous souhaitons vraiment que la prochaine Commission élabore une stratégie européenne en matière de personnels de santé."

L’UE fixe un agenda pour les discussions relatives à une action commune des pays membres

Les travaux sont déjà en cours et la prochaine étape à l’ordre du jour est la conférence sur l’avenir de l’Union européenne de la santé, les 26 et 27 mars 2024, où un atelier réunissant des politiciens, des parties prenantes et des experts de la santé discutera de « ce que nous pourrions faire pour mettre en place une meilleure approche politique au niveau européen pour le personnel de santé ».

L’agenda prévoit ensuite des discussions lors d’une réunion informelle des ministres de la Santé des pays membres les 23 et 24 avril 2024 et, si la présidence belge réussit son coup, espère des conclusions de ces mêmes ministres lors d’une réunion formelle (EPSCO) le 21 juin 2024. Dans le même temps, le cadre réglementaire européen sera étudié afin de faire évoluer directives sur les qualifications professionnelles, la proportionnalité, les soins de santé transfrontaliers et le commerce électronique.

Les associations de professionnels de Santé s’impatientent

Les professionnels de Santé du vieux continent espèrent que ces actions ne resteront pas lettres mortes. Les critiques pleuvent en effet de leur côté car la déclaration de 2010 n’a eu aucune répercussion sur la pénurie. « Je peux comprendre que nous devons intensifier nos actions et que nous devons continuer à investir dans le personnel de santé, conclut Pedro Facon. Mais d’un autre côté, je demande également une approche plus positive et ouverte aux réformes de la part des associations professionnelles, car nous avons besoin de leur soutien pour opérer certains changements dans les modèles organisationnels. »

Nous serons certainement fixés au soir du 24 avril 2024...

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@gpsante.fr
@bbenk34.


Partager cet article

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus