La FNAIR vent debout contre Mediapart

jeudi 29 décembre 2016, par Bruno Benque

Suite à la publication dans Mediapart d’un article critiquant la prise en charge des patients insuffisants rénaux chroniques, la Fédération Nationale d’Aide aux Insuffisants Rénaux (FNAIR) a réagi, via un communiqué, sur l’état d’esprit délétère que ce type d’argumentaire engendre dans le débat public. L’association de patients tient ainsi à manifester son désaccord avec cette vision caricaturale de la prise en charge de l’insuffisance rénale chronique en France.

La Fédération Nationale d’Aide aux Insuffisants Rénaux (FNAIR) vient de réagir à un article publié dans Mediapart le 21 décembre 2016, mettant en cause la prise en charge des patients chroniques pour cette pathologie.

Un article accusateur contre les établissements de santé

Cet article accuse les établissements de santé de s’assurer des revenus confortables en multipliant les actes de dialyse, rémunérés grâce à la T2A, sur ces patients. Les hôpitaux seraient enclins à proposer cette prise en charge plutôt que la greffe moins coûteuse, ce qui générerait une dépense de 3,1 milliards d’euros à l’Assurance maladie. Et ce n’est pas la première fois que l’insuffisance rénale chronique fait l’objet d’accusations de ce type.

La FNAIR monte au créneau

La FNAIR regrette vivement, dans un communiqué publié le 27 décembre 2016, que cet article juge le traitement de cette pathologie comme « comparable à un milieu mafieux et où les seuls intérêts ne seraient que financiers et non la meilleure prise en charge possible des patients qui en sont atteints. » Elle remarque que cet article est basé sur des contre-vérités, ainsi que sur des documents analysés approximativement, et qu’il met en doute la confiance réciproque qui caractérise la relation soignant-soigné.

Un travail coopératif de longue haleine au service des patients

L’Association de patients assure travailler avec les sociétés savantes pour créer les conditions d’une coopération avec l’ensemble des acteurs de la néphrologie que sont les institutions, les professionnels de santé et les patients et faire avancer la qualité de la prise en charge des patients insuffisants rénaux chroniques. « Vouloir aujourd’hui agir différemment, poursuit le communiqué, c’est aller à contre-courant du sens de l’histoire, et en dernier ressort ne dessert que les patients. »

Halte aux pamphlets démagogiques !

Elle annonce donc condamner ce type d’article et se désolidariser de « ceux qui entretiennent ce délétère état d’esprit. » Rappelons à nos confrères de Mediapart, et aux autres, que la greffe, si elle est effectivement moins coûteuse pour l’Assurance maladie à long terme, nécessite de disposer de greffons compatibles et donc, de donneurs plus nombreux. Mais diffuser des appels à la solidarité est moins vendeur que publier des pamphlets démagogiques contre les acteurs du soin ou les procédures thérapeutiques...

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com


Partager cet article