L’IM2A, un institut de médecine translationnelle francilien dédié à la maladie d’Alzheimer

mercredi 22 septembre 2021, par Anne Perette-Ficaja

Niché au cœur de la Pitié-Salpêtrière à Paris, le pavillon Lhermitte est l’un des plus petits bâtiments de l’hôpital universitaire. Il abrite pourtant un institut entièrement dédié aux consultations et à l’activité de recherche portant sur des pathologies à la prévalence grandissante en raison du vieillissement de la population : les troubles cognitifs et comportementaux d’origine neurologique. Son fondateur et l’un des infirmiers de la structure nous ont accueillis à l’occasion de la 28ème édition de la journée mondiale Alzheimer.

Troubles de la mémoire, confusion spatio-temporelle, difficulté d’expression orale ou écrite… des symptômes parfois annonciateurs de la maladie d’Alzheimer. A l’Institut de la mémoire et de la maladie d’Alzheimer, que consacre aux démences le plus grand hôpital public de France, on accueille les patients, on les soigne, et on fait aussi avancer la recherche. Focus sur l’IM2A, où recherche et clinique se rejoignent.

L’infirmier, premier contact des patients

Dans la salle d’attente, les têtes sont blanches et le pas souvent mal assuré, quand il ne nécessite pas l’aide d’un tiers. Le plus souvent, les patients sont adressés à au Centre Mémoire de Ressources et de Recherche (CMRR) de la Pitié-Salpêtrière, par ailleurs Centre National de Référence démences rares ou précoces, par leur médecin référent pour des troubles évocateurs d’une dégénérescence neurologique. Contrairement à ce qui est couramment observé (3 femmes pour 5 hommes en moyenne à l’échelle nationale), les populations masculine et féminine y sont à peu près équitablement réparties. Le box infirmier est la première chose que l’on voit en rentrant dans le pavillon, entièrement dédié aux personnes atteintes de démences (à corps de Lewy, fronto-temporale…), Alzheimer en tête. Ici, tout est fait pour les personnes souffrant de ce type de pathologies, affirme le Pr Bruno Dubois, neurologue et directeur de l’IM2A, et les infirmiers assurent le tout premier contact avec les patients.
Lire la suite dans www.infirmiers.com...

Anne Perette-Ficaja
Directrice des rédactions paramédicales
anne.perette-ficaja@gpsante.fr
@aperette


Partager cet article

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus