L’espérance de vie a baissé en 2015

vendredi 22 janvier 2016, par Bruno Benque

L’espérance de vie à la naissance a nettement diminué en 2015. C’est l’information majeure qu’il faut retenir du bilan démographique publié par l’INSEE, qui attribue cette tendance à des conditions épidémiologiques et météorologiques défavorables. Le nombre de décès a donc augmenté et il n’est plus compensé par les résultats de la mortalité infantile qui stagne depuis 15 ans.

Le bilan démographique 2015 publié ces jours-ci par l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques (INSEE) montre qu’au 1er janvier 2016, la France compte 66,6 millions d’habitants, soit une hausse de 0,4 % par rapport à l’année précédente.

Forte augmentation du nombre de décès

Si le nombre de naissances diminue légèrement (– 19 000), le fait majeur de cette étude concerne la forte augmentation du nombre de décès (+ 41 000), qui atteint 600 000 en 2015, un chiffre jamais atteint depuis l’après-guerre. Le solde naturel, différence entre les nombres de naissances et de décès, est ainsi le plus faible depuis 1976. Ces chiffres sont d’autant plus remarquables que les taux de mortalité à chaque âge ne varie pas. C’est donc le nombre de personnes de 65 ans et plus qui augmente le nombre de décès.

Des conditions épidémiologiques et météorologiques défavorables

L’INSEE attribue cette évolution à « des conditions épidémiologiques et météorologiques peu favorables ». Il explique ainsi que durant les trois premiers mois de l’année 2015, où l’on a enregistré 24 000 décès supplémentaires par rapport à la même période en 2014, “l’épisode grippal, long (9 semaines) et de forte intensité, a eu un impact relativement sévère chez les personnes de 65 ans ou plus. Le vaccin n’était pas efficace contre certains virus et la couverture vaccinale des personnes de plus de 65 ans a baissé.” Concernant les mois suivants, la canicule de juillet (+2000 décès) et la vague de froid d’octobre (+4000 décès) sont des phénomènes ponctuels qui ont favorisé cette tendance à la hausse.

Nette diminution de l’espérance de vie à la naissance

Du coup, sous l’effet du surcroît de mortalité enregistré aux âges élevés, l’espérance de vie à la naissance diminue nettement en 2015, à la fois pour les femmes (– 0,4 an) et pour les hommes (– 0,3 an). Elle s’établit à 85,0 ans pour les femmes et 78,9 ans pour les hommes. L’INSEE remarque des évolutions similaires avaient déjà été enregistrées ponctuellement mais ne touchait que les femmes. Outre le vieillissement de la population, c’est probablement la stagnation, depuis les années 2000, de la mortalité infantile, alors qu’elle avait fortement décru à partir des années 1950, qui provoque des résultats d’espérance de vie décroissants.

Aujourd’hui, une femme de 60 ans peut espérer vivre en moyenne 27,3 ans et un homme 22,9 ans. Et comme cette population arrive en nombre dans l’univers du soin, la gestion de sa prise en charge est donc encore tout à fait d’actualité, malgré la baisse globale d’espérance de vie.

Bruno Benque
Rédacteur en chef cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com


Partager cet article

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus