Quels moyens pour les chercheurs paramédicaux ?

dimanche 25 novembre 2018, par Bruno Benque

Les institutions tutellaires et les CHU affichent clairement leur volonté de promouvoir la recherche paramédicale au sein des universités. Des projets de recherche fleurissent ainsi un peu partout, notamment sur les évolutions des pratiques managériales. Mais ces initiatives se heurtent parfois à des contraintes bassement matérielles. C’est ce qui arrive à Loïc Martin pour son projet de thèse...

La recherche paramédicale est une thématique largement reconnue et promue aujourd’hui par les organismes de tutelle.

Une volonté clairement affichée par les tutelles

Elle s’inscrit dans le processus d’orientation de la stratégie de transformation du système de santé, notamment l’axe 3 de cette stratégie qui engage à simplifier le partage de l’information entre tous les professionnels de santé en accélérant le virage numérique ou l’axe 4 qui vise à adapter les formations et les ressources humaines aux enjeux du système de santé. Elle répond également aux orientations du processus d’universitarisation des formations en santé qui définit clairement la promotion de la recherche et de la montée en puissance de la qualification des enseignants-chercheurs dans le champ paramédical.

Des initiatives pour promouvoir la recherche paramédicale au CHU de Rouen

Le projet stratégique du CHU de Rouen Normandie s’inscrit également dans cette vision et énonce des mesures en faveur du développement de l’innovation et de l’excellence de la recherche au sein de cette institution pour toutes les professions paramédicales. Pour accompagner cette activité, il souhaite optimiser le management des ressources dédiées à la recherche avec le développement de la maison de la recherche, prendre le virage de l’hôpital numérique et promouvoir la qualité de la formation en santé. Il suit en cela les recommandations du rapport IGAS de juin 2017 sur l’intégration des formations paramédicales à l’université et de parcours de formations jusqu’au doctorat.

Une thèse sur la transformation des pratiques managériales à l’ère du numérique

C’est dans cette optique que le CHU de Rouen soutient Loïc Martin, Cadre de santé supérieur et formateur à l’IFSI et à l’IFCS de Rouen, dans l’élaboration de sa thèse de doctorat. Ce projet de recherche a pour intitulé : « Cadre de santé paramédical de proximité en région Normandie : quelle transformation des pratiques managériales à l’ère du numérique, Dans un contexte de volonté politique de développement du numérique dans les établissements de santé ? »

Sa question de recherche tend à identifier les faits qui font qu’en Normandie, « l’effet numérique » dans les Hôpitaux, accentué par les stratégies nationales de santé qui prône de généraliser les usages numériques, transforme les pratiques managériales des cadres de santé paramédicaux de proximité.

Le numérique dans les pratiques, qualité de l’environnement et ergonomie des solutions

Il a tiré, pour l’instant, trois hypothèses à développer. Il établit tout d’abord qu’à l’heure où les pouvoirs publics considèrent le virage numérique dans les établissements de santé comme une priorité et une innovation de rupture, la majorité des cadres de santé de proximité n’ont pas dépassé l’étape de substitution dans l’intégration du numérique au sein de leur pratique managériale. Il constate ensuite que la qualité de l’environnement capacitant (supports/ressources humaines, structurelles et techniques au sein des établissements de santé) a un effet positif sur le sentiment d’efficacité personnel dans l’usage du numérique chez le cadre de santé. Enfin, sa troisième hypothèse formule un manque d’ergonomie et de design dans les solutions et outils numériques utilisés par le cadre de santé, qui freinent ses initiatives managériales.

Des contraintes bassement matérielles qui freinent les bonnes volontés

À l’heure où il commence à structurer ses questionnaires et à réfléchir sur les cibles qu’il choisira pour les diffuser, se pose la question du financement de sa recherche. L’ANFH de Normandie, par une prise en charge de son inscription universitaire, et le CHU de Rouen lui apporteront un soutien partiel mais il lui faut maintenant trouver des fonds pour acquérir des ouvrages ou assurer ses déplacements sur le terrain notamment. La motivation et l’implication des chercheurs paramédicaux se heurtent quelquefois à des contraintes bassement matérielles que les universités devront prendre en compte...

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...

Découvrir les formations

AS-espace-retraite_CGOS_300x250_MAI.gif

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus