Approche lexiculturelle du langage paramédical

mardi 31 mars 2015, par Christine Paillard

Pour les cadres formateurs en institut paramédical souhaitant conseiller un fonds documentaire à leurs étudiants, ou projetant s’atteler à la réalisation d’un document de référence, Chrsitine Paillard, Documentaliste en IFSI, nous propose une étude sur les différentes approches conduisant à la constitution de tels recueils de savoirs, ainsi que sur la terminologie utilisée dans le vocabulaire soignant. Après l’architecture documentaire en soins infirmiers, le second volet de cette étude se propose de situer le langage infirmier dans la culture soignante universelle autant que dans la linguistique.

JPEG - 7.6 ko

La relation soignant-soigné centrée sur la personne...

La psychologie humaniste est née aux États-Unis dans les années 1950, d’après E. Ledesma [1] « ce courant est insufflé par l’idéologie de l’après-guerre, notamment sous l’impulsion d’Abraham Maslow (1908-1970) et Carl Rogers (1902-1987) mais aussi Rollo May (1909-1994), Fritz Perls (1893-1970) ou encore Wilhem Reich (1897-1957) ». Pour le Soin infirmier, en général, les caractéristiques de l’approche humaniste se définissent clairement dans le cadre de la relation d’aide. Celles-ci sont souvent inscrites dans une perspective rogerienne. Pour Carl Rogers [2],il s’agit des « relations dans lesquelles l’un au moins des deux protagonistes cherche à favoriser chez l’autre la croissance, le développement, la maturité, un meilleur fonctionnement et une plus grande capacité d’affronter la vie. L’autre, dans ce cas, peut être soit un individu, soit un groupe. On pourrait définir une relation d’aide comme une situation dans laquelle l’un des participants cherche à favoriser chez l’une ou l’autre partie ou chez les deux une appréciation plus grande des ressources latentes internes de l’individu, ainsi qu’une plus grande possibilité d’expression et un meilleur usage fonctionnel de ces ressources ». La dimension rogerienne se situe au cœur des relations interpersonnelles (empathie, non-jugement, acceptation positive inconditionnelle, congruence...).

...et la relation d’aide comme référence théorique en formation SI

En soins infirmiers, et selon, par exemple, la conception de Parse [3], (modèle conceptuel en soin infirmier : école des patterns), l’humain est le centre d’intérêt. Pour J.Watson (école du Caring- Prendre soin), le personnel soignant s’implique dans la relation, dans la rencontre avec l’autre avec des outils rogeriens comme l’acceptation. Virginia Henderson, en reprenant la pyramide des besoins d’A. Mawlow, pérennisa l’intégration de la psychologie humaniste pour prendre soin et accompagner les individus à devenir acteur-trice-s de leur parcours de soin. Si les activités soignantes supposent la compréhension globale de l’individu dans un contexte préventif, éducatif, dans l’accompagnement de façon générale, il en ressort que l’infirmier-ière est un facilitateur-trice, c’est-à-dire, « une personne authentique qui cherche à développer en elle les attitudes justes, pour mieux aider l’autre à s’approprier les connaissances [4]”. Ainsi, Carl Rogers invite les éducateurs, les pédagogues, les infirmiers, à respecter les individus avec sincérité pour faire émerger en eux leurs propres réponses et faire un usage efficient de leurs ressources internes, afin d’en faciliter l’expression. La guérison, le rétablissement est l’objectif de ce cheminement interactif. La relation d’aide, telle que la concevait C. Rogers, a, semble-t-il influencé les pratiques infirmières et les références théoriques en formation initiale.

La charge culturelle partagée en soins infirmiers

La production littéraire professionnelle des sciences humaines pour le soin infirmier, recensée dans les bases de données provient, en grande partie, du Canada, de la Suisse, de la Belgique, de la France. Bien que les lois légiférant l’acte infirmier soient différentes, les concepts humanistes sont identiques et semblent être enseignés dans les établissements universitaires (ou Instituts), comme par exemple les quatorze besoins de Virginia Henderson. En Belgique, le législateur accordera une place à l’art infirmier pour décrire les interventions infirmières. Le Canada utilise l’expression sciences infirmières depuis un certain nombre d’années... La France formalise aujourd’hui ses pratiques professionnelles infirmières avancées pour aller vers une reconnaissance universitaire. Selon Robert R. Galisson [5], une Charge Culturelle Partagée (CPP) est une culture transversale qui appartient à un groupe tout entier, qui est extra- institutionnel (et difficile à légitimer). « Cette CCP en étroite collaboration avec la langue constitue ce que R. Galisson appelle l’identité collective, expression qu’il préfère à l’identité culturelle parce que dans l’identité culturelle, on ne dissocie pas la langue de la culture qui va avec. La langue et la culture partagées fonctionnent comme un identificateur pour les individus qui constituent le groupe, c’est en quelque sorte leur dénominateur commun [6] ». Par exemple et pour le soin infirmier, évoquer la “blouse blanche” comme locution qui peut être analysée dans le contexte de la bienveillance.

Une approche lexiculturelle qui dépasse le code linguistique

Le langage infirmier et les concepts qui s’y rattachent, semblent être parfois réunis pour une cause identique, celle d’exercer scientifiquement un métier technique et relationnel, tout en visant une reconnaissance sociale universelle. Si l’information culturelle de la santé possède ici des valeurs internationales promues dans le champ de la santé publique ou celui de la recherche, elles sont caractérisées par l’explication à l’altération de la santé et à la potentialité des individus à y répondre. La pratique langagière infirmière humaniste relève d’une approche lexiculturelle et « cette approche dominante dépasse le code linguistique pour acquérir une compétence de communication transite par la maîtrise des règles psychologiques, sociologiques [7]… ». Le concept d’identité collective, selon la formule de R. Galisson [8], prend tout son sens dans notre projet car « il permet de comprendre certains mécanismes sociaux » et permet d’envisager un travail lexicographique fiable, pouvant être réceptionné par chaque pays, même s’il n’est pas d’usage, par exemple, d’employer, en France, le schème CLIENT, désignant au Canada la personne soignée. De même, nous avons renvoyé la vedette PATIENT, pour évoquer plutôt la personne soignée. Cette dernière désignation implique un comportement actif. R. Galisson [9] rappelle que « la culture partagée sert d’identification aux individus du groupe et sans ce double dénominateur commun (langagier et culturel), on voit mal comment ils pourraient se réclamer d’une même appartenance et se reconnaître entre eux ».

Conclusion

Un dictionnaire humaniste élaboré à partir de concepts professionnels relève d’une vision didactique, intertextuelle et lexiculturelle, dans la mesure où il fait rayonner une terminologie porteuse de projets interdisciplinaires (information, communication, documentation, linguistique, sociologie…). Les entrées sont constituées comme un thésaurus et valorisent l’histoire d’un mot, sa valeur étymologique, son aspect historique et décrit les sens attribués dans une profession donnée. Si l’arrière plan de ce dictionnaire est teinté de la culture infirmière, il reflétera ses figures marquantes, ses théories ancrant une identité relationnelle. Pour citer Émile Littré [10], nous dirions que « la conception du dictionnaire fut due, en de telles circonstances, à une occasion fortuite, n’eut d’abord qu’un petit commencement et un caractère fragmentaire, et ne parvint que par des élaborations successives à se former en un plan général et en un ensemble où toutes les parties concouraient ». Le travail du lexicographe est celui du chercheur préoccupé par la rigueur scientifique de son analyse et de sa description lexicale. Il convient de noter le nombre d’années [11] pour répertorier, avec pour les étudiants, des locutions et des collocations, des concepts, des auteurs, pour rédiger ensuite des articles de nature épistémologiques, destinés aux infirmiers.

Christine Paillard
Documentaliste IFSI Nanterre
christine.paillard@ch-nanterre.fr


[1Ledesma. E. Histoire et influences des courants de pensée dans les soins en psychiatrie. EMC (Elsevier Masson SAS), Savoirs et soins infirmiers, 60-705-A-10, 2010

[2ROGERS, Carl- Ramsom. Le développement de la personne. Titre original : On Becoming a Pearson : USA : Houghton Mifflin Company . France : Dunod- InterEditions.. 2005

[3Cité par KEROUAC, Suzanneet PEPIN, Jacintheet DUCHARME, Francine. La pensée infirmière. 3e édition. 2010. Canada : Chenelière Education

[4HANNOUN, H. L’Attitude non-directive de Carl Rogers. Ed. ESF. 1972

[5GALISSON, Robert. Culture et lexiculture pour une approche dictionnairique de la culture partagée. Cahiers de linguistique hispanique médiévale la culture populaire. [Format Pdf]. 1988. V.7. pp. 325-341. URL Disponible à partir de la base de données PERSÉE (revues scientifiques éditées par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche :
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cehm_0180-9997_1988_sup_7_1_2133

[6DUMONT Pierre. L’interculturel dans l’espace. Paris : L’Harmattan. 2003

[7GALISSON, Robert. De la langue à la culture par les mots. Paris : Clé International. 1991. 191 P

[8GALISSON, Robert. Cultures et lexicultures. Pour une approche dictionnairique de la culture partagée Annexes des Cahiers de linguistique hispanique médiévale. Volume 7. 1988. pp. 325-341

[9GALISSON, Robert. Cultures et lexicultures. Pour une approche dictionnairique de la culture partagée. Opus Cit.

[10LITTRE, Emile ; CELLARD, Jacques (préf.). Comment j’ai fait mon dictionnaire. Arles : Editions Philippe Picqiuer. 1995

[11Comportant deux éditions : Dictionnaire humaniste infirmier (soutenance de thèse en sciences du langage, Cergy en décembre 2012 et publication en 2013) , puis, Dictionnaire de concepts en soins infirmiers (2015) comprenant 605 définitions


Partager cet article

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...

Découvrir les formations

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus