Publicité
Publicité

Technique de passation des questionnaires dans une enquête

mercredi 18 décembre 2002, par Marc Catanas

Formulation du questionnaire

Choix du vocabulaire :

Les mots doivent être choisis de façon à éviter toute équivoque :
- termes simples ne nécessitant aucune explication
- termes précis (exemple : ne pas utiliser le terme « jeune » mais nommer l’âge)
- éviter les mots polysémiques où à double sens comme par exemple le mot « épreuve » qui peut signifier un acte à affronter ou un test ou encore une planche à graver. En fait, il faut faire attention à la polysémie culturelle qui dépend du groupe social auquel on appartient.

Formulation des questions :

On ne se méfiera jamais assez (et c’est là toute la difficulté dans la construction des questionnaires) des questions dichotomiques c’est-à-dire qui proposent deux réponses dans lesquelles il y a un biais possible
Exemple : « Pensez-vous que les Etats Unis devraient utiliser des discours publics contre la démocratie ? » : Oui : 21%, Non : 62% ? Sans réponse : 17%.
On va formuler cette question avec le même contenu mais différemment : « pensez-vous que les Etats Unis devraient interdire des discours publics contre la démocratie ? » : Oui : 46%, Non : 39%, Sans réponse : 15%.
Ici, c’est le mot « interdire » qui fait varier la réponse. Il existe alors un risque d’impliquer des biais. Pour les études de marché, c’est la formulation qui sert au plus près la réponse.

De plus, on peut formuler en « entonnoir » c’est-à-dire en une série de questions allant du général au particulier. Chaque question élimine successivement les éléments du problème. Ceci est un fondement des échelles d’attitudes. On peut aussi formuler de façon hiérarchisée ou ordre de préférence.

Précautions à prendre lors de la formulation

Les problèmes des biais :

Plus les questions sont longues, plus les réponses vont être inutilisables parce que l’enquêté n’écoutera plus ou ne comprendra plus très bien. Quant au nombre des questions celui ci va varier en fonction du lieu (on aura moins de questions si le questionnaire est soumis dans un lieu public qu’au domicile) et de la capacité d’attention de la personne. On peut alors biaiser le questionnaire au niveau de l’échantillon, de sa construction, par le travail de l’enquêteur sur le terrain et dans l’analyse des résultats.

Orientation des réponses :

Certaines formulations vont orienter les réponses. Ainsi certains types de questions suscitent chez les personnes interrogées des réactions qui vont induire des réponses particulières. Ces réactions proviennent de l’utilisation d’un mot (à tonalité dramatique importante comme « sida » ou « guerre » qui sont des mots « forts »). Les réactions pourront être de peur ou conformistes c’est-à-dire :
- Tendance à l’acquiescement : tendance à répondre « oui » plutôt que « non » ; pour éviter ceci, il vaut mieux utiliser le principe de l’alternance en variant l’énoncé des questions de façon à ce que la réponse soit favorable ou défavorable à la même opinion.
- Réaction de prestance : plus on avance en âge, plus on ment sur son âge ; les diplômes sont toujours surestimés ; les revenus sont quelques fois surévalués…etc.
- Tendance à la représentation normative : la réponse traduit un idéal social et moral mais n’éclaire pas forcément les conduites.
- Effet de primauté : les enquêtés choisissent toujours les premiers items proposés
- Effet de « halo » ou de contamination qui correspond au fait que la réponse à une question induit la réponse suivante. Ainsi, il faudra espacer les réponses susceptibles de se contaminer mutuellement.

L’échantillonnage

On ne peut jamais interroger exhaustivement la population (sauf lors du recensement de la population par l’INSEE), on va donc choisir un échantillon tel que les observations que l’on fera sur lui pourront être généralisées à l’ensemble de la population. Pour qu’un échantillon soit représentatif, il faut qu’il ait les mêmes caractéristiques que la population générale.
On appelle « population parente » ou « matrice » l’ensemble des individus auxquels s’applique l’étude et le procédé d’échantillonnage correspond à tous les membres de la population donnée qui ont la même probabilité de faire partie de l’échantillon.

Lorsqu’on prend un échantillon, on fait un sondage qui se fait par deux méthodes :
- Méthode probabiliste : elle va utiliser des statistiques. Un échantillon probabiliste sera représentatif au sens statistique du terme (base de calculs, nombre, tables…)
- Méthode empirique : par l’utilisation de quotas ou unités types c’est-à-dire l’obtention d’une représentativité suffisante en cherchant à reproduire dans l’échantillon une distribution de certaines variables importantes.

Modes de passation des questionnaires

- Entretien direct : Ici, on peut facilement vérifier la véracité des dires de la personne interrogée et on obtient de nombreux renseignements. Il est considéré comme le meilleur type de « questionnaire ». Le problème est qu’il faut trouver un endroit et que l’entretien coûte cher.

- Questionnaire envoyé par la poste : On peut couvrir un large territoire car on utilise la poste. Le problème est qu’il y a beaucoup de perte de courrier (elle serait considérée entre 30 à 50% de déperdition). De plus, beaucoup de questionnaires sont remplis de mauvaises façons. Pour avoir un minimum de réponses, on peut envoyer un maximum de questionnaires mais ce n’est pas suffisant car c’est un certain type de personnes qui répondent d’où mauvais échantillonnage.

- Téléphone, minitel ou Internet : Ici le contact est direct et est beaucoup plus rapide que par la poste. En fait, il permet de recueillir des données en temps réel. Seulement là aussi, c’est une certaine catégorie de personnes qui répond ce qui pose un problème d’échantillonnage qui n’est pas représentatif de la population. L’intérêt de cette méthode portera sur une population bien ciblée.


Partager cet article

Publicité

TOUT L’ÉQUIPEMENT DES CADRES DE SANTÉ

IDE Collection a regroupé tout le matériel nécessaire au management de vos équipes : livres, revues, fournitures, stylos, tenues, idées cadeaux...

Découvrir nos produits

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus

Publicité