Publicité
Publicité

Le système et l’approche dite systémique.

samedi 6 mars 2004, par Claude Aromatario

Préambule

Depuis plusieurs années apparaissent dans différents articles, dans le langage et dans les demandes institutionnelles les expressions : approche systémique, le système management, la théorie des systèmes etc. Globalement que signifie ces formules et que représentent-elles ?

C’est une nouvelle façon de lire la réalité dans laquelle nous sommes. En effet aujourd’hui la lecture de la réalité ne donne plus satisfaction ; un écart trop important existe entre ce que l’on attend comme résultat suite à ses choix et les résultats obtenus. C’est pourquoi une autre « interprétation » de la réalité se fait jour. Nous voulons, nous devons comprendre différemment cette réalité et aller vers de nouveaux comportements plus adaptés aux situations.

Au départ c’est la naissance d’un nouveau paradigme pour la compréhension des phénomènes complexes quelle que soit leur nature : physico chimique, biologique, psychique, sociale etc.
Puis, l’approche système est « transposée », « appliquée » à des domaines particuliers tels que la gestion des organisations, le management des hommes et des entreprises.

Quelques repères historiques

A ) C’est le brassage des hommes et des idées suite à la seconde guerre mondiale qui est à l’origine de la notion de « système », de l’approche systémique.
C’est la rencontre de plusieurs courants de pensée et le travail dans les centres de recherche.

C’est en France :
• La biologie H. Laborit, J. de Rosnay, H. Atlan,
• L’économie F. Perroux, J. Lesourne, R. Passet, G. Donnadieu,
• La sociologie E. Morin,
• L’épistémologie J.L. Le Moigne,
• Les organisations J. Mélèse.

C’est aux Etats Unis d’Amérique :
• La cybernétique par le mathématicien N. Wewer,
• La biologie par Von Bertalanffy,
• La théorie de l’entreprise par Jay Forrester.

B) C’est l’évolution de la posture, du regard pour expliquer la réalité. C’est, aussi, une autre façon de raconter l’histoire.

- Durant de nombreuses années la science occidentale a tenu le paradigme de l’approche classique ou atomistique. Celle-ci tente d’expliquer la réalité en la décomposant et en recherchant les éléments simples qui la constitue. C’est un objet clos et distinct fait de partie élémentaire que l’on découpe en éléments simples de combinaisons. L’objet, c’est-à-dire la réalité est indépendante de l’observateur et du milieu naturel.
C’est l’explication de ce qu’est la « complication » qui entrave toujours nos organisations.

- Devant les limites de l’explication classique dans le domaine des sciences, va se substituer une approche qui considère la réalité comme un système donc ouvert sur son environnement. L’approche systémique se centre sur les interrelations qui lient les éléments entre eux, sur l’organisation de ses interactions et sur les interactions avec leurs différents éléments.
C’est un système ouvert, fait de systèmes ouverts où l’on analyse, aussi, les interactions entre les éléments et leurs environnements. L’objet, c’est-à-dire la réalité forme système avec l’observateur et l’environnement.

C’est l’explication de ce qu’est le « complexe » qui peut, dans l’avenir, nous permettre de « gérer » voire maîtriser les organisations.

Définition

I. un système est un ensemble d’éléments en interaction dynamique organisé en fonction d’un but.
Cette définition montre :
- La pluralité des éléments et leur interaction.
- Le mouvement par l’équilibre dynamique.
- La finalité par l’organisation en fonction d’un but.

I. La notion de système englobe et recouvre celle de structure.
Le concept de structure correspond à ce que l’on peut appeler le principe d’organisation de l’objet considéré. La détermination de la structure d’un système ne rend pas compte du système. Par contre l’analyse structurale est une analyse de système permettant de montrer partiellement, l’interdépendance des éléments d’un objet conçu comme une totalité.

Le structuralisme est limité à certaines disciplines ; anthropologie, linguistique. Dans les sciences humaines la notion de structure est unie à la notion de système, elle-même corrélative à la notion de modèle.

II. La notion de système est synonyme de réseau.
Celui-ci peut être vu de façon structurelle et de façon fonctionnelle comme une entité en relation avec son environnement.
Le réseau est un ensemble de projets « transactionnels » d’acteurs localisés dans l’espace et tentant par ces « transactions » avec d’autres lieux de faire entrer d’autres acteurs dans leur territoire.

III. Le Système est un substratum commun à une grande variété de phénomènes.
Ceci ouvre la voie à une approche unifiée de diverses disciplines de recherche et de pratiques. L’idée est de construire une théorie générale des systèmes.

IV. Application
LE TRAVAIL : L’organisation scientifique du travail (O.S.T.) comprend l’étude des structures permettant à une entreprise de fonctionner avec le maximum d’efficacité. Cela fait faire le lien avec l’analyse structurale qui est une analyse partielle de l’entreprise ou du « système entreprise ».
Les directions des entreprises (des établissements dans le secteur santé) sont-elles ou veulent-elles s’organiser en « système » ?

Qu’en est-il de la pratique ?

D’après le vécu de chacun dans son organisation (dans sa structure) :

- Soit il considère mener ses activités dans une structure de type O.S.T. du fait de l’absence de prise en compte et de liens entre la direction et les départements, les services etc. Mais surtout il n’y a pas de relation avec son environnement. De plus la direction se positionne hors de la situation (je ne peux rien à la situation « cela ne dépend pas de moi").

- Soit il considère qu’il existe des relations pertinentes et efficaces entre les structures et avec l’environnement. Les décisions sont prises sur un mode « participatif » et non de la participation.
La prévention est une orientation et un acte premier. Sont favorisés les relations internes (cela fait partie de la charge de travail donc dans la description des postes), les relations internes - externes et externes - internes. De plus la direction se positionne comme interagissant dans la situation.

Cette dernière vision est celle vers laquelle peu de directions s’orientent.
L’entreprise « système » c’est pour demain. A cela deux raisons : le manque de méthodes et d’outils afin d’appréhender le concept et la pratique de construction d’un « système » et le manque ou l’insuffisance de formation des directions avec un centrage sur l’économique et non sur l’efficacité (loin de nous la pensée de généraliser ce comportement). Notre position est claire. Nous nous basons sur le principe de la démarche qualité globale : le fonctionnement des structures d’une entreprise est à l’image de son « responsable » au plus haut niveau.

En conclusion

Méfions-nous des mots, système est utilisé pour structure. Pour système management nous entendrons et dirons structure managériale. Pour l’entreprise système nous retiendrons organisation scientifique du travail (O.S.T.). Au lieu de systèmes opérationnels, fonctionnels nous entendrons et dirons structures opérationnelles, fonctionnelles.
Ce recentrage de vocabulaire peut amener tous les cadres à mieux comprendre ce que font les directions et par la même accompagner au mieux leurs décisions.

PDF - 61.5 ko
Le syst ?me et l’approche dite syst ?mique.

Bibliographie

BONAMI Michel, de HENNIN Bernard, BOQUE Jean-Michel, LEGRAND Jean-Jacques - Management de systèmes complexes, pensée systémique et intervention dans les organisations - Bruxelles : De Boeck université, 1993 - 251 p.

COLLECTIF - Système et paradoxe, autour de la pensée d’Yves BAREL - Paris : Seuil, 1993 - 213 p. -

DONNADIEU Gérard - Manager avec le social, l’approche systémique appliquée àl’entreprise - Paris : Editions sociales,1997 - 423 p. -

DURAND Daniel - La systémique - Paris : P.U.F., 1998 8ème édition corrigée - 121 p. - (coll. que sais-je ? n° 1795) -

ENCYCLOPAEDIA UNIVERSALIS consultation sur le mot « système ».
MORIN Edgar - Introduction à la pensée complexe - Paris : ESF, 1990 4ème tirage 1992 - 158 p. -

MORIN Edgar - La complexité humaine - Paris : Flammarion, 1994 - 368 p. - (coll. champs l’essentiel)

NIZET Jean, HUYBRECHTS Chantal - Interventions systémiques dans les organisations, intégration des apports de Mintzberg et de Palo Alto - Bruxelles, de Boeck université - 1998 - 152 p.

Pour donner votre avis ou interroger l’auteur, rendez-vous sur le forum de cadredesante.com 


Partager cet article

Publicité

TOUT L’ÉQUIPEMENT DES CADRES DE SANTÉ

IDE Collection a regroupé tout le matériel nécessaire au management de vos équipes : livres, revues, fournitures, stylos, tenues, idées cadeaux...

Découvrir nos produits

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus

Publicité