L’expérience du management de proximité

mardi 21 septembre 2021, par Bruno Benque

Le management moderne est celui qui favorise l’autonomie et la responsabilité des collaborateurs. C’est en substance ce que nous dit Bertrand Duséhu dans son livre « Le Manager de proximité ». Il y détaille les critères par lesquels la confiance gagne l’équipe et comment ses membres deviennent efficaces, grâce à l’action de son manager. Les attitudes de celui-ci sont primordiales et ont impact direct sur les performances s’il est coopératif, surestimé, sous-estimé ou négativiste.

Les hommes et les femmes qui assurent l’encadrement de terrain au sein des structures hospitalières et médico-sociales représentent le lien entre la Direction et les agents.

Le management de proximité traité par un auteur expérimenté

Dans son ouvrage « Le Manager de proximité - Le management opérationnel au cœur de la performance de l’entreprise », Bertrand Duséhu, psychologue social et désormais consultant spécialisé dans l’accompagnement et la formation de managers à différents niveaux, s’attache à nous transmettre les moyens pour révéler son leadership, tout en gagnant en efficacité, en autonomie et en responsabilité. Vaste programme, mais cocktail apparemment facile à réaliser pour qui base son action sur les relations humaines, les seules à pouvoir faire cohabiter productivité et bien-être au travail.

Un management contemporain qui favorise l’autonomie et la responsabilité

C’est de cette ambivalence dont il en effet question dans ce livre, qui débute par la sempiternelle question de l’autorité, déclinée de trois manières, la structurelle, donnée par l’institution, la sapientiale, que nous avons tous, en tant qu’ancien professionnel paramédical, de par les compétences que l’on peut transmettre à ses collaborateurs, et la personnelle, qui met en jeu la personnalité intrinsèque du manager. Ce dernier semble équipé pour mener un management de proximité contemporain, un modèle qui favorise l’autonomie et le développement des comptétences des agents, au contraire du management dit « classique », exercé par un acteur de la filière qui a forcément raison en cas de litige avec ses collaborateurs.

Récompenser mais aussi critiquer de manière constructive et argumentée

Bertrand Duséhu nous rappelle ensuite que pour faire vivre une équipe, il faut créer de la confiance en son sein, an montrant du respect pour les femmes et les hommes qu’il accompagne, ne pas oublier de les récompenser lorsque l’on est satisfait de leur travail, ce qui n’empêche pas de faire la critique de l’action de ces derniers - et non pas de ces derniers personnellement -, de manière constructive et argumentée. Il est nécessaire d’autre part d’être sincère, même lorsque l’on s’est trompé, d’être à la fois conforme à ce qu’il pense et en même temps innovant. Il doit enfin déléguer, tout en prenant soin que son point de vue soit respecté et gérer les éventuels conflits.

Le poids de l’expérience

Après quelques notions de management adaptatif, l’auteur décrit ensuite des situations managériales particulières qu’il a certainement expérimentées, à commencer par la Fonction publique territoriale où les flux d’information effectifs ne suivent pas le modèle recommandé en sautant quelquefois un étage pour atteindre plus vite le sommet. Certains d’entre nous reconnaîtront ici des situations connues dans le fonctionnement des établissements de Santé. Il évoque également les organisations saisonnières, où le personnel et le manager ne sont présents qu’une partie de l’année, avec des turn-over importants, ou la gestion de la génération Y, sans compter les cas où l’équipe, ou pire, les délégué syndicaux, prennent le pas sur le manager.

L’attitude managériale, le cœur du réacteur

Mais le cœur de cet ouvrage traite des attitudes du manager et des relations interpersonnelles qui se créent selon le cas. L’impact de sa personnalité et la gestion des sources d’autorité seront à la base des types de relations qu’il entretiendra avec les membres de son équipe. S’il adopte une attitude de coopération, tous les feux seront au vert dans une relation gagnant-gagnant qui, selon l’auteur, ne dure pas éternellement. L’attitude du manager survalorisé - gagnant-perdant - créera des conflits avec ses collaborateurs qui auront tendance à inventer des stratégies de contournement. L’attitude du manager dévalorisé - perdant-gagnant - est quant à elle catastrophique, les collaborateurs n’en faisant qu’à leur tête et le manager n’ayant que le nom mais pas la fonction. Enfin, la manager négativiste perd totalement pied, il est soit nihiliste - agressif envers lui-même - ou saboteur - agressif envers l’institution -.

Ces quelques lignes de présentations vous ont, j’espère, donné envie d’acquérir cet ouvrage qui recèle de nombreux détails et de nombreuses mises en situation pour vous aider à adopter les bonnes postures selon la situation dans laquelle vous vous trouvez.

Le Manager de proximité - Le management opérationnel au cœur de la performance de l’entreprise
Bertrand Duséhu
Éditions Gereso
Août 2021, 223 pages
E-book 14,99€ ; Version papier 20,90€

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus