Le management bienveillant améliore les relations interpersonnelles au travail

lundi 7 septembre 2020, par Bruno Benque

Dans son ouvrage « Si on osait la bienveillance au travail ? », Christèle Albaret aborde les bienfaits de ce concept pour améliorer le bien-être au travail et ainsi améliorer la performance des organisations. Après une définition de la bienveillance et des différents leviers pour la mettre en œuvre, elle applique ces derniers au monde du travail. Confiance, recherche de solutions, inventivité ou sens de la mission de chacun sont alors favorisés au quotidien.

Les ouvrages traitant des nouvelles formes de management, qui se veut désormais plus humain et résilient, garnissent de nombreux rayons de bibliothèques RH.

La bienveillance, une disposition de l’esprit qui porte à vouloir du bien à soi-même et aux autres

Celui que nous propose de lire Christèle Albaret, Pyscho-sociologue et coach mental professionnelle des sciences relationnelles et de la e-santé qui apparaît de temps en temps dans le paysage audio-visuel, est consacré au management bienveillant. Dans « Et si on osait la bienveillance au travail ? », elle montre, tantôt de façon ludique tantôt de manière réaliste, les bienfaits de ce concept très en vogue. La bienveillance se définit, selon l’auteure, par « une disposition de l’esprit, une attitude concrète de compréhension et d’indulgence, qui porte à vouloir du bien à soi-même et aux autres ». Il s’agit, dans un premier temps, de s’adresser à tous types de cerveaux afin de pouvoir offrir un espace libre pour communiquer, partager et dialoguer, en tenant compte du droit à l’erreur et à la différence dans le comportement ou les actes réalisés.

Une prise de conscience amplifiée par la crise sanitaire

Nous le savons tous maintenant, le modèle industriel du XIXe siècle est révolu et s’avère même contreproductif pour la performance d’une organisation d’une part, et pour le bien-être des travailleurs d’autre part. Et si beaucoup de managers n’avaient pas encore évalué la pertinence d’un tel changement, Christèle Albaret remarque que la crise liée à la pandémie de COVID-19 a engendré une prise de conscience pour la plupart d’entre eux. « Elle a déstabilisé les organisations et généré un niveau de stress important, dit-elle. La nécessité pour beaucoup de salariés de réorganiser leur travail à la maison est également venue perturber un management bien rôdé et a obligé à repenser les modes de collaboration ». Dans ce contexte, il est nécessaire de faire baisser le stress ambiant afin de préserver la performance des collaborateurs.

Quelques notions à activer pour pratiquer la bienveillance

Pour pratiquer cette bienveillance, elle définit six notions à activer ou à prendre en compte en milieu professionnel. Il s’agit tout d’abord de l’environnement, le lieu mais aussi les relations interpersonnelles qui s’y jouent, le comportement ensuite, notamment l’attitude qui est la nôtre face à une situation donnée, ainsi que nos compétences, ce qui construit notre expertise et nous rend crédibles et légitimes. L’auteure évoque également dans ce cadre les valeurs ainsi que les croyances de chacun d’entre nous, nos convictions et l’identité, « ce qui fait que nous sommes uniques dans notre façon d’être et de faire notre travail ». Elle ajoute à cette liste le sens de notre action dans l’organisation, notre raison d’être ou l’ambition que nous déployons chaque jour pour donner de la profondeur à nos actions.

Les applications dans les organisations

Qu’est-ce que, à partir de cette présentation quelque peu théorique, un management bienveillant ? Il s’agit, d’après Christèle Albaret, d’un management « qui fait la part belle à la confiance et à des comportements orientés solution plutôt que problème ». Un manager bienveillant encourage ainsi les comportements positifs afin de l’inciter à rechercher des solutions, inventer, identifier les causes et les conséquences des difficultés et accepter sa part de responsabilité. Le manager est, dans ce cadre, celui qui « crée les conditions d’une culture du partage et, surtout, veille à ce que chaque collaborateur dans l’entreprise trouve du sens à sa mission ». Il stimule, donne les moyens à ses collaborateurs d’accomplir leur mission, s’assure de leur bonne santé, et favorise la qualité des relations au sein de son équipe. En retour, ces derniers feront preuve d’engagement et de mobilisation.

L’auteure rappelle enfin que « le leadership d’excellence est accessible à tous et s’exprime quand l’ego n’est plus au pouvoir ». Cela implique de se mettre au service des autres pour améliorer leur quotidien et contribuer à un mieux-vivre ensemble. L’une des récompenses attendues est qu’il donne aux autres l’envie d’en faire autant et de développer leurs compétences. Vision utopique de l’organisation moderne et de ses composantes humaines ? Pour le savoir, osons la bienveillance...

Et si on osait la bienveillance au travail ?
Christèle Albaret
Éditions Diateino, Septembre 2020
280 pages, 24,90€

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

TOUT L’ÉQUIPEMENT DES CADRES DE SANTÉ

IDE Collection a regroupé tout le matériel nécessaire au management de vos équipes : livres, revues, fournitures, stylos, tenues, idées cadeaux...

Découvrir nos produits

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus