Un nouveau collectif propose un nouveau cap pour le SMPS

Convaincus de la nécessité de porter une parole moderne, innovante et ancrée avec les préoccupations de terrain mais aussi de s’appuyer sur des élus expérimentés, un collectif de professionnels de santé intitulé « Ensemble, construisons l’avenir des manageurs de santé » s’est constitué pour proposer un nouveau cap pour le SMPS. Entretien avec Sébastien Retif, candidat à la Vice-présidence « Cadres soins ».

Emmenée par Jérôme GOEMINNE, Directeur Général du GHT Coeur Grand Est, cette équipe de cadres, ingénieurs, directeurs et directrices, ainsi que pour la première fois de manageurs médicaux, a pour ambition de porter avec force et efficacité la parole des manageurs publics de santé dans un contexte difficile. Elle veut ainsi faire du SMPS l’acteur incontournable pour le changement du système de santé et des conditions d’exercice professionnel des manageurs.

Les élections au Bureau national du syndicat des manageurs publics de santé auront lieu du 26 octobre au 2 novembre par vote dématérialisé. Le collectif a entamé depuis début septembre un tour de France pour se faire connaître et d’échanger sur ses propositions en régions.

Entretien avec Sébastien RETIF, représentant du collectif et candidat à la Vice-Présidence « Cadres soins ».

Je m’appelle Sébastien RETIF. Je suis cadre de santé depuis 5 ans. Mon exercice professionnel en tant que manageur de santé s’est d’abord réalisé dans le secteur médico-social pendant 4 ans au sein d’un EHPAD et d’une USLD. J’ai rejoint l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris depuis 1 an en Médecine Physique et Rééducation auprès de patients blessés médullaires à l’hôpital de Garches.
Je suis adhérent au SMPS depuis près de 3 ans. Aux côtés de Jérôme GOEMINNE, je souhaite donner un écho supplémentaire aux attentes qui sont celles de notre catégorie professionnelle. Avec « Ensemble, construisons l’avenir des manageurs de santé », je suis convaincu de la détermination collective et de l’engagement concret des membres au bénéfice des cadres de santé.

Cadredesante.com : Un rapport récent du CNRS sur le système hospitalier a mis en lumière la créativité et l’efficacité de l’encadrement de proximité dans la gestion de la crise COVID. C’est une découverte pour vous ?

Sébastien Retif : Ce rapport, bien qu’il soit réalisé « à chaud », confirme ce que nous savons tous depuis bien longtemps : les manageurs hospitaliers et notamment ceux de proximité permettent à l’hôpital de ne pas imploser face aux changements structurels et organisationnels qui font son quotidien. Pourtant, ce sont des travailleurs de l’ombre et ce rapport, comme d’autres avant lui, témoigne de leur rôle essentiel au sein de l’institution hospitalière surtout en période de crise. Aujourd’hui, il est donc nécessaire de valoriser ces manageurs, de les respecter et de les défendre. C’est notre ambition au sein du SMPS.

CDS.com : Que souhaitez-vous proposer concrètement pour mettre en lumière ces travailleurs de l’ombre dans nos institutions ?

S.R. : Naturellement et c’est essentiel, nous demandons une revalorisation indiciaire à la hauteur des fonctions assumées quotidiennement par ces professionnels engagés. Il est anormal que les cadres de la FPH aient une rémunération inférieure à celles des autres fonctions publiques et des autres filières administratives ou techniques. Ceci participera à rendre de nouveau attractive notre profession. Nous demandons le triplement de la prime d’encadrement afin d’être rémunérés à la juste hauteur des missions que nous assumons.

CDS.com : Au-delà de la rémunération, quels apports complémentaires pourraient rendre cette profession plus attractive ?

S.R. : Pour nous, l’exercice du « faisant fonction » cadre de santé doit être borné en termes de temporalité et de rémunération. Il doit bénéficier d’un accompagnement et d’un encadrement spécifiques. Sans cela, c’est envoyer dans le mur des professionnels qui étaient motivés initialement. Nous souhaitons également réfléchir à des filières plus fluides vers l’EHESP pour les cadres de santé et leur ouvrir ainsi des perspectives plus concrètes de carrières et de montée en responsabilités. Un des préalables à tout cela est de systématiser l’obtention d’un double diplôme en IFCS : le diplôme d’état cadre de santé bien sûr mais également un diplôme master 2 en partenariat avec les Universités.

CDS.com : Il est souvent observé un sentiment d’isolement chez les cadres de santé. Y-a-t-il des propositions concrètes de la part du SMPS pour pallier à cela ?

S.R. : Effectivement, il suffit d’être aux côtés des cadres de proximité pour mesurer combien ils sont seuls face aux problématiques quotidiennes qu’ils rencontrent. Nous souhaitons mettre à leur disposition des guides actualisés sur des éléments qui font leur quotidien et amorcer des pistes de réponses aux difficultés qu’ils rencontrent. Naturellement, pour les adhérents, la délégation nationale propose déjà des conseils personnalisés mais cet aspect mérite d’être renforcé pour répondre aux attentes des adhérents. Nous souhaitons également généraliser l’accès à de 2 à 4 jours de « valorisation professionnelle » déjà en place sur l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris pour permettre à l’encadrement de présenter leurs travaux lors de congrès ou de colloques, pour rédiger des articles à l’attention de la presse spécialisée par exemple.

Communiqué du collectif Ensemble, construisons l’avenir des manageurs de santé
Communication-avenir-manageurs-sante@outlook.fr


Partager cet article

TOUT L’ÉQUIPEMENT DES CADRES DE SANTÉ

IDE Collection a regroupé tout le matériel nécessaire au management de vos équipes : livres, revues, fournitures, stylos, tenues, idées cadeaux...

Découvrir nos produits

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus