Un débat constructif pour apaiser les incompréhensions

lundi 7 octobre 2019, par Bruno Benque

La polémique suscitée par notre article du 4 octobre 2019 a été appréhendée de façon constructive par les Infirmiers de Pratique Avancée chahutés par les propos qu’il contenait. Nous nous félicitons de cette réaction argumentée, animés que nous sommes par le débat d’idées, facteur de cohésion dans la communauté, même si nous restons attentifs aux déclaration, fussent-elles maladroites, de tous les acteurs paramédicaux.

C’est avec satisfaction que nous avons pris connaissance du droit de réponse formulé par les Infirmiers de Pratique Avancée (IPA) à notre article du 3 octobre 2019.

Une réponse argumentée et constructive

D’aucuns, esprits restreints, diront que cette satisfaction vient uniquement d’un besoin de l’auteur de faire parler de lui, de faire le buzz comme ils disent selon la formule consacrée, quand d’autres évoqueront une volonté de diviser la communauté soignante, on ne sait trop dans quel but d’ailleurs. C’est plutôt le ton constructif qui nous a plu dans cette réponse, les protagonistes ayant eu l’intelligence d’argumenter leurs propos après avoir été quelque peu chahutés, nous le concevons tout à fait, par l’article initial.

C’est dans les familles unies que les discussions les plus vives se font entendre

Mais c’est dans les familles les plus unies que les discussions les plus vives se font entendre et il doit en être de même au sein de la communauté soignante. La division, dans ce contexte, souvent motivée par certains lobbyistes habitués des couloirs du Ministère qui font passer en douce des mesures corporatistes ne servant pas l’intérêt général. L’ouverture d’un débat sur quelques points de détails, tel était donc notre objectif dans l’article sus-cité, l’entame de celui-ci mettant en lumière la pertinence des discours prononcés à l’occasion de cette session des Journées de l’AFDS, ainsi que, entre autres, l’utilité majeure de la pratique avancée dans le système de Santé moderne.

Des imprécisions qu’il est de notre devoir de relever

Nous sommes tout à fait conscient, et nous en avons déjà fait l’amère expérience, de la difficulté, pour les orateurs, des échanges questions / réponses qui ponctuent chaque prise de parole dans ce contexte. Des déclarations imprécises, voire mal comprises peuvent alors fuser et ne pas refléter la pensée de celui ou de celle qui les a prononcées. Car oui, Jocelyn Schwinggrouber a bien répondu de façon ambigüe à la question relative à la prise de responsabilités dans les services de soins. Et comme le dit une célèbre personnalité politique des Hauts-de-France, « quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup ! » Et oui, cette courte intervention a suscité, sinon du brouhaha, du moins un frémissement dans l’assistance. Dès lors, les porte voix des managers hospitaliers que nous sommes avaient le devoir de le relever.

Nous sommes donc rassurés que les IPA, par l’intermédiaire de leur droit de réponse, ne visent que le domaine clinique et souhaitent travailler de concert avec les cadres de santé « autour des problématiques de l’amélioration des pratiques professionnelles » et à la « formation clinique des équipes de soins ». Et nous sommes, conformément à notre ligne éditoriale depuis plusieurs années, à la fois attentifs aux aspirations de tous les acteurs paramédicaux et ouverts aux débats d’idées qui se manifestent dans la communauté.

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...

Découvrir les formations

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus