Publicité
Publicité

Qui sauvera les caisses de retraite complémentaire ?

lundi 22 septembre 2014, par Bruno Benque

Le début des frappes aériennes françaises en Irak ou le retour de Nicolas Sarkozy sur la scène politique ont peut-être occulté une nouvelle, intéressant la plupart d’entre nous, qui impactera notre futur plus ou moins proche. Elle concerne l’état désastreux des caisses de retraite complémentaire des cadres.

JPEG - 12.4 ko

Des réserves épuisées à brève échéance

Amorcé depuis quelques années déjà, plus précisément depuis que les baby-boomers ont amorcé leur départ massif vers une retraite bien méritée, le déséquilibre entre les cotisations reçues par les caisses et les pensions versées aux retraités grandit dangereusement. Et la crise économique que nous connaissons, accompagnée par un chômage endémique, fait encore baisser les cotisations, ce qui accélère d’autant le processus de déficit. Les spécialistes évaluent à 730 000 le nombre de départ en retraite annuel depuis 2010, l’INSEE estimant que huit millions de personnes seront concernées d’ici à 2020. Les réserves sont aujourd’hui de 9 milliards pour l’Agirc et de 55,4 milliards pour l’Arrco, au 31 décembre 2013, si bien qu’elles seront épuisées, d’après les prévisions les plus optimistes, en 2018 pour les salariés et 2014 pour les cadres.

Recul de l’âge de la retraite et augmentation des taux de cotisation ?

Il y a donc urgence à revoir le système, autant sur le volet des cotisations que sur celui des pensions. Les partenaires sociaux se sont réunis en groupe de travail le 9 septembre 2014, afin de réfléchir à la stratégie à adopter pour enrayer cette fuite en avant inexorable si l’on n’y prend garde. Il semble difficile de toucher aux pensions des retraités aujourd’hui, ces derniers ayant été touchés par les récentes mesures gouvernementales. Le MEDEF propose tout de même d’abaisser le taux de réversion aux ayant droit en cas de décès du conjoint retraité. Ce sont donc les actifs qui seront contraints de faire des efforts, notamment par le recul de l’âge de cessation d’activité à 65 ans. Cela permettrait de gagner du temps, environ jusqu’en 2040, si l’emploi des jeunes ne s’en trouve pas trop perturbé. Quant à l’augmentation du taux de cotisation, elle fera certainement l’objet d’un bras de fer entre les représentants des employeurs et ceux des employés.

Les négociations reprendront le 28 septembre 2014 pour essayer de trouver les solutions susceptibles de pérenniser le système, la date butoir étant fixée à juin 2015, pour une mise en pratique du nouveau dispositif en janvier 2017. Qui sauvera les caisses de retraite complémentaire ? Deux paramètres pour que les pensions puissent être versées à moyenne échéance : que les débats ne soient pas trop houleux et qu’un consensus se dégage rapidement, ou que la croissance redémarre en France. Je ne vous le fais pas dire, ce n’est pas gagné…

Bruno BENQUE
Rédacteur en chef adjoint cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com


Partager cet article

Publicité

TOUT L’ÉQUIPEMENT DES CADRES DE SANTÉ

IDE Collection a regroupé tout le matériel nécessaire au management de vos équipes : livres, revues, fournitures, stylos, tenues, idées cadeaux...

Découvrir nos produits

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus

Publicité