Immersion dans un hôpital polonais entre modernité et traditions

mardi 22 décembre 2015, par Marie Odile COUSIN

Dans le cadre des programmes d’échanges initiés par la Fédération Européenne des hôpitaux (HOPE), j’ai passé quatre semaines à l’hôpital de Biala-Podlaska en Pologne. J’encourage un maximum de cadres de santé à vivre une expérience de ce type, qui s’avère très enrichissante et permet de changer sa vision sur les établissements de santé de l’Est européen.

Depuis plus de 30 ans, la Fédération Européenne des hôpitaux (HOPE) organise un programme d’échange de cadres hospitaliers dans le but de découvrir le fonctionnement des services de santé d’un autre pays Européen. Chaque année, environ 150 personnes, directeurs, médecins, cadres de santé, ingénieurs participent à cet échange pendant 1 mois.

Le programme d’échange

En mai 2015, j’ai participé au programme d’échange HOPE. Mon dossier avait été retenu pour la Pologne. Nous étions 6 Européens répartis dans 3 établissements de santé au Nord, au Sud et à l’Est. J’ai passé quatre semaines à l’hôpital de Biala-Podlaska (ville de 60000 habitants à 50 km de la frontière Biélorusse) en binôme avec un collègue Grec.

Un hôpital entre traditions et modernité

Ce fut un séjour très riche mais il est difficile de rendre en quelques mots tout ce que j’ai vécu : des découvertes, des émotions, des rencontres dans un pays entre traditions et modernité. Ma vision d’un hôpital de l’est a ainsi complètement changé : tous les services sont certifiés ISO 9001 et dans une dynamique de modernisation. L’innovation est présente : un hôtel intégré à l’hôpital a ouvert pour les familles des patients, le laboratoire développe des contrats avec les médecins de ville pour que leurs patients viennent, différentes catégories de personnels sont sous-traités à des sociétés privées (entretien, blanchisserie, cuisine, services techniques).

Les infirmiers et les patients au centre de l’organisation

La plus haute technologie côtoie les images pieuses. L’organisation des soins est centrée autour des infirmiers car il n’y a pas d’aide-soignant. Les chambres sont encore à 2 voire 3 lits avec salles de bains communes, mais une salle est réservée, dans chaque service, aux patients pour qu’ils se retrouvent autour d’un thé ou un café.

L’information du patient est soignée. Ainsi, à chaque porte de chambre, des plaquettes amovibles mises à jour les informe à chaque changement d’équipe avec le nom du médecin et de l’infirmière qui les prennent en charge. ’hôpital étant le premier à la frontière de l’union Européenne (espace SCHENGEN), il y a eu création d’un service de maladies infectieuses pour stopper toute progression à l’entrée du pays si besoin. De plus, l’établissement a développé un partenariat avec la Biélorussie pour la prise en charge des arythmies cardiaques.

Les échanges avec mon partenaire grec, ainsi qu’avec les autres européens accueillis en Pologne, les professionnels de l’hôpital Polonais ou toutes les personnes rencontrées lors du séjour ont été très enrichissants. Je garde un excellent souvenir de mon séjour et du travail que nous avons réalisé avec mes 5 collègues Européens. J’encourage un maximum de cadres de santé à tenter cette expérience.

Marie Odile COUSIN
Cadre de Santé I.B.O.D.E.
G.C.S.STERHOSPIC Saint Quentin
m.o.cousin@ch-stquentin.fr


Partager cet article

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...

Découvrir les formations

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus