Les principales mutations qui ont marqué l’hôpital public depuis les années 2000

jeudi 9 novembre 2023, par Paul Mekann Bouv-Hez

L’hôpital fait preuve, depuis les années 2000, d’une capacité d’adaptation peu commune. Il a été en effet régulièrement soumis à de nombreuses mutations d’origine interne ou externe. Voici quelques exemples de ces mutations qui ont contraint l’hôpital mais qui ne l’ont pas ébranlé.

L’hôpital a dû faire face, depuis les années 2000, à de nombreuses mutations motivées par des injonctions économiques ou par des influences environnementales notamment. J’entends par mutations toutes réformes et/ou grands évènements qui ont impacté l’hôpital, occasionnant des changements dans son fonctionnement et dans son organisation. Elles sont de deux ordres : les mutations internes et les mutations externes.

Les mutations internes ont occasionné de nombreux changements organisationnels

Les restructurations qui ont accompagné la mise en place de la nouvelle gouvernance et la création des pôles ont été les principales mutations internes à l’hôpital. Différentes réductions ont été observées dans beaucoup de directions. On notera par exemple des réductions budgétaires qui vont entrainer des restrictions en matière de ressources humaines.

De même, la réforme portant tarification à l’activité (T2A), dont l’objectif était de permettre aux hôpitaux de fournir les soins à moindre coût, se retrouve aujourd’hui contestée parce qu’elle s’éloigne des objectifs originels aux dépends de la course à la rentabilité, contraire aux objectifs de santé publique.

Par ailleurs, la mise en place des pratiques avancées, qui avait pour but d’améliorer l’accès aux soins et la qualité des parcours des patients, en réduisant la charge de travail des médecins au profit des paramédicaux sur des pathologies bien ciblées, a permis entre autres le développement de nouvelles compétences. A l’inverse ce nouveau métier paramédical nécessite une grande rigueur et un véritable professionnalisme car il reste très contraignant.

La conséquence directe des mutations internes en ressources humaines a été la mutualisation des équipes, favorisant ainsi la suppression des postes de travail et la fermeture des lits dans certains secteurs.

Citons ici également la mutation informatique qui, malgré les difficultés d’adaptation, a contribué à l’amélioration des conditions de travail de certains personnels en leur portant assistance sur des tâches administratives et en leur mettant à disposition des outils d’organisation, de diagnostic et de thérapeutique.

La transformation numérique intègre bien ces nouvelles technologies. Elle fait le bonheur de l’hôpital car elle permet de remplacer tous les processus métier manuels par la technologie numérique.

Les mutations externes ont impacté fortement l’organisation et le fonctionnement de l’hôpital

Pour illustrer les mutations externes auxquelles l’hôpital a récemment été soumis, on retiendra un article traitant principalement de la crise sanitaire due au COVID-19, qui a eu un impact économique, démographique et social considérables. En voici un extrait :
« La France fait partie des pays « très affectés » par la crise sanitaire avec 1332 décès par million d’habitant, beaucoup plus que la moyenne européenne (1092 décès par million). » [1]

Le COVID-19 a touché de nombreuses populations, particulièrement les personnes âgées, « au moins 15 % de la population affectée ». D’autre part, les soignants non vaccinés ont été écartés de leurs fonctions, ce qui a entraîné un nouveau déficit important en personnel. La crise sanitaire a, de fait, engendré la modification du comportement des agents hospitaliers et induit forcément chez eux des adaptations à l’évènement.

Elle a aussi eu d’autres conséquences indirectes, comme la déprogrammation de certains soins ou d’opérations chirurgicales, la saturation des services, notamment en réanimation et en hospitalisation, par de nombreux patients estampillés « Covid ».
L’hôpital n’a jamais connu pareille situation.

Mais en dépit de ces difficultés rencontrées sur le plan des effectifs en personnel ou des problématiques de lits ou de vaccins, il a su « mettre fin » à cet évènement planétaire douloureux qui a endeuillé les populations et montré sa capacité d’adaptation à toute forme de mutation.

Paul Mekann Bouv-Hez
Docteur en Gestion et Management
paul.mekann-bouv-hez@orange.fr


[1Covid-19 : quelle gestion de la crise sanitaire en France ?


Partager cet article

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus