Publicité
Publicité

Les étudiants réclament plus de démocratie dans les IFSI

mardi 28 avril 2015, par Bruno Benque

Les étudiants infirmiers considèrent que leur IFSI ne fonctionne pas démocratiquement. La FNESI souhaite en effet qu’ils puissent influer plus sur les décisions relatives à la gouvernance de leur Institut. Mais sont-ils bien équipés pour cela ?

JPEG - 33 ko

Les étudiants en Instituts de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) souhaitent s’impliquer d’avantage dans la gouvernance de leur Institut. C’est la demande qu’ils ont formulée dans leur revue Sérum.

Trois Conseils pour chaque IFSI

Les IFSI disposent de trois Conseils distincts siégeant régulièrement pour discuter des dispositions relatives à leur fonctionnement, au projets pédagogiques ou aux calendriers des épeuves d’évaluations entre autres. Le Conseil pédagogique, le Conseil de discipline et le Conseil de vie étudiante ont été institués réglementairement afin de faire participer les étudiants, les représentants des ARS et les membres de l’équipe pédagogique, entre autres, aux décisions de gouvernance de chaque organisme de formation. On peut, d’ailleurs, se demander si on ne pourrait pas en supprimer un en fusionnant les prérogatives de deux d’entre eux.

Le FNESI réclame plus de démocratie dans les IFSI

La Fédération Nationale des Étudiants Infirmiers (FNESI) évoque toutefois, dans sa revue Sérum, une démocratie de façade où les étuduants n’ont qu’une fonction consultative dans les différents Conseils sans réelle pouvoir d’influer dans les projets de leur Institut. Elle a donc lancé une campagne de sensibilisation intitulée « Je veux que ma voix compte ». Parallèlement, elle a initié une enquête auprès des étudiants, dans laquelle 58% d’entre eux ne se considèrent pas comme des partenaires à part entière dans le fonctionnement et l’organisation de son IFSI. Ils sont d’autre part 39% à considérer que leur Institut ne présente pas un fonctionnement démocratique et 40% à ne pas pouvoir s’exprimer librement.

Pouvoir influer sur des sujets qu’ils ne maîtrisent pas forcément

Il est évident que la réforme des formations paramédicales et leur entrée dans l’ère du LMD a transformé les élèves infirmiers dociles et obéissants en des étudiants prenant du recul sur leur environnement et tentant d’influer sur leurs conditions d’exercice. Le contenu même des enseignements dispensés dans les nouveaux cursus sont propices à la réflexion et à la confrontation avec l’existant. Mais, s’ils sont à même de discuter la vie étudiante ou le projet pédagogique, ont-ils assez d’informations et de compétences pour pouvoir influer sur les décisions relatives au budget, au réglement intérieur ou aux modalités de contrôle de connaissances ? Rien n’est moins sûr. Les programmes sont, de plus, assez denses et leur agenda assez serré pour qu’ils se concentrent sur leur formation, plutôt que de se disperser dans des sujets qu’ils ne maîtrisent pas forcément.

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com


Partager cet article

Publicité

TOUT L’ÉQUIPEMENT DES CADRES DE SANTÉ

IDE Collection a regroupé tout le matériel nécessaire au management de vos équipes : livres, revues, fournitures, stylos, tenues, idées cadeaux...

Découvrir nos produits

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus

Publicité