La CNAMTS restreint l’activité des IPA libérales

vendredi 30 août 2019, par La Rédaction infirmiers.com

Les négociations conventionnelles concernant les rémunérations des futurs IPA exerçant en libéral entre l’Assurance maladie et les syndicats représentatifs des infirmiers libéraux (FNI, Sniil, Convergence Infirmière) se poursuivent. La dernière séance date du 27 août 2019. Selon l’UNIPA, le syndicat des infirmiers de pratique avancée, les propositions de la CNAMTS sont bien en deçà des réalités du terrain et les compétences réelles de ces infirmiers spécialisés resteraient nettement sous-évaluées. Voici le communiqué du syndicat où il exprime son point de vue. Nous le remercions pour ce partage. Le syndicat Convergence Infirmière partage cette indignation. Le Sniil attend la dernière version pour prendre posistion et la FNI serait plutôt prête à signer.

Les dernières propositions de la CNAMTS prévoient un forfait de 160 € par an et par patient (ce qui comprend une intervention initiale et trois autres visites). « Ce n’est pas totalement aberrent, cela reste correct comme rémunération. Par contre, il n’y a pas de reconnaissance des actes transversaux de l’IPA. Pourtant, il travaillera dans une équipe de soins coordonnés avec des missions de prévention, de santé publique, de recherche... », clarifie Catherine Kirnidis, présidente du Sniil. « Pour information, les premières propositions de la CNAMTS en juin étaient d’établir un forfait à 100€/patient et par an. Il nous a fallu arracher les 160 € », estime Daniel Guillerm, président de la FNI.

En ce qui concerne le forfait structure, l’Assurance maladie a suggéré 890 €, avec une majoration de 400 € dans les zones à faible densité médicale. Pour Catherine Kirnidis, ce n’est pas suffisant. Cela présuppose que l’IPAL devra avoir une file active d’au moins 385 patients pour que son exercice soit viable. Mais les médecins sont-ils prêts à confier si aisément leur patientèle ? « D’après les échanges que nous avons eu avec des praticiens et des responsables syndicaux, les patients qu’ils jugent potentiellement éligibles aux transferts vers l’IPAL sont évalués à une dizaine par médecin. L’infirmier devrait donc collaborer avec au moins une trentaine de médecins », estime Catherine Kirnidis.
Lire la suite dans www.infirmiers.com...

Rédaction Infirmiers.com en collaboration avec l’UNIPA


Partager cet article

TOUT L’ÉQUIPEMENT DES CADRES DE SANTÉ

IDE Collection a regroupé tout le matériel nécessaire au management de vos équipes : livres, revues, fournitures, stylos, tenues, idées cadeaux...

Découvrir nos produits

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus