Faible participation au mouvement infirmier du 24 janvier

jeudi 26 janvier 2017, par APM-International

Même si elle impliquait l’ensemble des organisations représentatives des infirmiers, la manifestation du 24 janvier 2017 n’a rassemblé que 500 personnes dans la rue et le mouvement de grève a été peu suivie dans les établissements. Une délégation a toutefois été reçue au cabinet du Ministère qui a annoncé le lancement d’une concertation sur le décret d’actes ou les pratiques avancées.

« Quelque 500 infirmiers » ont manifesté mardi dans les rues de Paris, à l’appel d’un collectif de 14 organisations de la profession, a indiqué en fin d’après-midi à l’APM la présidente de la Coordination nationale infirmière (CNI), Nathalie Depoire.

L’ensemble des associations représentatives des infirmiers au rendez-vous

Jointe en début de soirée, la préfecture de police de Paris faisait pour sa part état de « 300 manifestants ». Déçues des suites données par le gouvernement au mouvement du 8 novembre dernier, 14 organisations d’infirmiers appelaient à la mobilisation pour obtenir des engagements plus « concrets ». Il s’agissait de syndicats (CNI et SNPI pour les hospitaliers, SNIA plus précisément pour les infirmiers anesthésistes, Convergence infirmière et SNIPUERLIB pour les libéraux, SNICS et SNIES pour l’éducation nationale, UNEF pour les étudiants), d’associations ou comités représentant les spécialités (CEEIADE pour les anesthésistes, AEEIBO et Unaibode pour le bloc opératoire, ANPDE
pour les puéricultrices), ainsi que l’Association nationale française des infirmières et infirmiers diplômés et étudiants (ANFIIDE) et l’association d’infirmiers libéraux UNIDEL.

Les manifestatans peu nombreux dans la rue

Interrogée sur la mobilisation, Nathalie Depoire a constaté que les infirmiers étaient « nettement moins nombreux que le 8 novembre ». Ce jour-là, plusieurs milliers de professionnels de santé avaient battu le pavé parisien -3.500 selon la préfecture de police, 10.000 selon le SNPI. Mais davantage d’organisations appelaient alors à manifester, dont la CGT, FO et SUD, la Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers (FNESI), ou encore les syndicats d’infirmiers libéraux FNI et SNIIL.

Faible mobilisation également dans les établissements

Dans les établissements, les grèves ont aussi été de moindre envergure. Contacté par APMnews, le cabinet de la ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine a indiqué le 24 janvier au soir que « le taux de mobilisation national (y compris les assignés) des personnels paramédicaux était de 2,4% ». Le 8 novembre, le taux de mobilisation de l’ensemble du personnel hospitalier était de 8%, et de 12% chez les seuls infirmiers, rappelle-t-on. Tout en reconnaissant la faible ampleur de la mobilisation, la présidente de la CNI a fait état de « sur-assignations » et estimé que « des atteintes au droit de grève » avaient eu lieu. « La DGOS [direction générale de l’offre de soins] n’a pas diffusé le préavis de grève du collectif à tous les hôpitaux », a ajouté Thierry Amouroux, du SNPI.

Le Ministère évoque le lancement d’une concertation

Au ministère, une délégation du collectif a été reçue par des représentants du cabinet de Marisol Touraine et de la DGOS -dont sa directrice, Anne-Marie Armanteras de Saxcé- a indiqué Nathalie Depoire. Cette réunion a été l’occasion de faire « un point d’avancement sur l’ensemble des revendications » du collectif infirmier, a indiqué le cabinet de la ministre, évoquant notamment le lancement d’« une concertation sur l’actualisation du décret d’actes » et de travaux sur les pratiques avancées. Nathalie Depoire a dit sortir du ministère « avec un sentiment mitigé ». « Si rien de concret » n’est annoncé prochainement, « alors, la CNI n’écarte pas un appel à une nouvelle mobilisation », a-t-elle déclaré. Thierry Amouroux a pour sa part indiqué que le SNPI appelait « d’ores et déjà à rejoindre l’appel à mobilisation le 7 mars 2017 lancé par la CGT, FO et SUD pour la fonction publique hospitalière ».

© 2004-2017 APM-International - Tous droits réservés. Les données sont la propriété de APM International. Toute copie, republication ou redistribution des données APM Santé, notamment via la mise en antémémoire, l’encadrement ou des moyens similaires, est expressément interdite sans l’accord préalable écrit de APM. APM ne sera pas responsable des erreurs ou des retards dans les données ou de toutes actions entreprises en fonction de celles-ci ou toutes décisions prises sur la base du service. APM et le logo APM International, sont des marques d’APM International dans le monde. Pour de plus amples informations sur les autres services d’APM, veuillez consulter le site Web public d’APM à l’adresse http://www.apmnews.com/


Partager cet article

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus