Des soignants trop peu valorisés par le Ségur de la Santé

mercredi 15 juillet 2020, par Bruno Benque

Le Ségur de la Santé a donc accouché d’un accord, qualifié ’historique" par le gouvernement. Mais si des avancées salariales ont été décidées dans ce cadre, les personnels soignants restent encore peu valorisés par rapport aux autres agents hospitaliers. Cet accord comprend d’autre part une vague de mesures dont les contours et le calendrier restent flous, ce qui laisse présager de nouvelles négociations futures.

Le protocole d’accord sur le Ségur de la Santé a donc été signé, le 13 juillet 2020, après plus de six semaines de négociations entre les syndicats et le gouvernement, à l’hôtel Matignon.

Le Ségur accouche d’un « accord historique », selon le gouvernement

Les trois syndicats majoritaires, FO, CFDT et Unsa, ont validé le texte proposé par le Premier Ministre, Jean Castex et le Ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran, qui, avec quelques 8,1 milliards d’euros octroyés aux personnels hospitaliers, parlent d’un « moment historique pour le système de santé » et d’"une reconnaissance considérable à l’égard de celles et ceux qui ont été en première ligne dans la lutte contre cette épidémie ». Mais, si les mesures d’ordre salarial, qui étaient les plus attendues par les personnels hospitaliers, font l’objet de dispositions concrètes et d’un agenda précis, le reste reste quelque peu flou et suspendu à de nouvelles négociations ultérieures.

Des soignants encore peu valorisés sur le plan salarial

Sur le plan salarial, et comme l’on pouvait s’y attendre, les personnels soignants ne trouveront certainement pas ces mesures très équitables. Car en effet, si le gouvernement octroie 183 euros de rallonge mensuelle pour eux, les personnels non soignants font partie également des bénéficiaires de cette revalorisation salariale, ce qui ne reflète pas le niveau d’engagement, de risque ou de cadence opérationnelle des uns et des autres. Les personnels administratifs sont les lus visés par la vindicte soignante, eux qui sont proportionnellement très nombreux dans les hôpitaux et dont la charge de travail est souvent remise en cause. Et ce ne sont pas les 35 euros supplémentaires que le gouvernement leur a promis qui les satisferont.

Les agents du privé n’ont pas été oubliés

Les personnels paramédicaux et les autres personnels hospitaliers du secteur public ont donc obtenu une enveloppe de 7,6 milliards d’euros pour améliorer leurs rémunérations. Mais le secteur privé n’a pas été oublié puisque c’est à hauteur de 160 euros mensuels que ces derniers seront augmentés. Quant à l’agenda, il prévoit une première revalorisation de 90 euros en fin d’année, le temps que les textes législatifs soient promulgués - avec effet rétroactif au 1er septembre 2020 -, le reste dû devant être débloqué au 1er mars 2021. D’autre part, de nouvelles majorations sont en discussion pour les heures supplémentaires et quelques 7 500 recrutements sont prévus dans le cadre du Ségur de la Santé.

Une vague de mesures sans calendrier ni contours précis

Mais ces deux dernières mesures font partie d’un panel d’annonces dont ni les contours précis ni les agendas n’ont été annoncés et qui laissent présager de nouvelles négociations futures. On y trouve également des pro­jets pilo­tes visant à faire évoluer l’orga­ni­sa­tion du tra­vail dans les établissements de Santé, ouvrant vers la possibilité de création de plan­nings en pleine auto­no­mie par les agents du ser­vice avec une vali­da­tion par les enca­drants ou la mise en place de pools de remplaçants avec char­tes de fonc­tion­ne­ment de plan de montée en com­pé­ten­ces afin de per­met­tre le rem­pla­ce­ment sys­té­ma­ti­que des absen­ces de plus de 48 heures, mais également la reva­lorisa­tion des heures sup­plé­men­tai­res avec la majo­ra­tion des mon­tants d’indem­ni­sa­tion des 5 pre­miè­res heures sup­plé­men­tai­res ou des dis­po­si­tifs d’annua­li­sa­tion du temps de tra­vail per­met­tant d’ajus­ter le temps de tra­vail en fonc­tion des varia­tions de l’acti­vité tout au long de l’année à l’inté­rieur de cycles heb­do­ma­dai­res com­pris entre 32h et 40h.

Sans compter un groupe de mesures fourre-tout qui souhaitent « sys­té­ma­ti­ser les réu­nions d’échanges pro­fes­sion­nels », « faire de l’amé­lio­ra­tion de la qua­lité de vie au tra­vail une prio­rité en termes de for­ma­tion et d’orga­ni­sa­tion du tra­vail », « garan­tir les temps de trans­mis­sion sur le temps de tra­vail » ou « former au mana­ge­ment tous les res­pon­sa­bles d’équipe ». Les formateurs IFCS apprécieront...

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

TOUT L’ÉQUIPEMENT DES CADRES DE SANTÉ

IDE Collection a regroupé tout le matériel nécessaire au management de vos équipes : livres, revues, fournitures, stylos, tenues, idées cadeaux...

Découvrir nos produits

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus