Continuité des soins : prévenir la deuxième vague

lundi 27 avril 2020, par Bruno Benque

Alors que la fin de la crise sanitaire semble bientôt accessible, il est possible que l’hôpital fasse l’objet d’un nouveau pic d’activité pour des patients n’ayant pas été touchés par le COVID-19. Pour le Pr Patrick Pessaux, cette deuxième vague doit être anticipée. Dans un texte qu’il a élaboré pour le Lab LISA, il appelle à la coopération de tous les acteurs, à une remise à plat de la gouvernance hospitalière et à une meilleure répartition des activités.

Nous alertions récemment dans ces colonnes les risques encourus par les malades du cancer dans cette période où l’essentiel des ressources, humaines det matérielles, sont consacrées à la prise en charge des patients atteints des pathologies liées au COVID-19.

Prospective sur la gestion hospitalière de sortie de crise

Dans un texte paru sur le site du Lab LISA, le Pr Patrick Pessaux, Professeur des Universités-Praticien Hospitalier au sein des Hôpitaux universitaires de Strasbourg et Président de l’Association Française de Chirurgie, revient avec force sur les problèmes qui pourraient survenir lorsque, une fois que la crise se sera atténuée, voire disparu - restons optimistes -, le système hospitalier aura à faire face, d’une part, à une éventuelle deuxième vague de l’épidémie résultant de la circulation des personnes à échéance du déconfinement, d’autre part à un afflux de patients qui n’ont pas eu la possibilité d’être soignés durant cette période tendue.

Un nouveau pic d’hospitalisations pour les malades non-COVID

Ce nouveau pic d’hospitalisations pourrait toucher notamment les patients chroniques, ceux qui relèvent d’actes chirurgicaux qualifiés de non-urgents durant la pandémie, les malades touchés par le cancer qui ont différé, volontairement pour certains d’entre eux, leur traitement, mais également ceux qui ont été, de manière indirecte, touchés par les effets du confinement par des conduites addictives ou des affections psycho-somatiques post-traumatiques - ces deux derniers cas étant souvent intimement liés -. Il s’agit, pour eux, selon les mots du Pr Pessaux, d’« une perte de chance, que nous ne pouvons nous résoudre à qualifier d’inévitable ».

Une période estivale synonyme de repos pour les soignants

Le système de Santé doit donc se préparer cette nouvelle échéance, alors que la fin de la crise sanitaire n’est pas encore clairement déterminée, que les professionnels de Santé sont usés physiquement et psychologiquement par la période qu’ils viennent de vivre et que les mois d’été qui se profilent sont généralement synonymes de baisse d’activité dans les établissements de Santé. Car, si les congés estivaux devraient être quelque peu réduits, dixit le Premier Ministre, dans les secteurs qui ont été sinistrés durant la pandémie, on voit mal comment les soignants ne pourraient pas goûter à quelques semaines de repos après des semaines de travail intense pour combattre les ravages du COVID-19.

La nécessaire coopération de tous les acteurs hospitaliers

Dans ce contexte, le Pr Pessaux appelle à une mobilisation de tous les acteurs su système de Santé et à une redéfinition de leurs missions. Il cible tout d’abord la nécessaire collaboration public-privé. Forts de l’expérience de mise en commun des moyens matériels et humains pour organiser la prise en charge des patients infectés par le virus, il les exhorte à en faire de même afin de rendre plus cohérente l’offre de soins. De la même manière, il appelle à un meilleur partage et à une meilleure visibilité de la gouvernance hospitalière afin que l’épisode qui s’annonce ne sonne pas comme une ènième crise. « Cette planification de la stratégie sur plusieurs semaines de sortie de crise doit être élaborée en cassant les codes et en dépassant les pesanteurs habituelles, par un travail entre l’ensemble des soignants et les directions, sans rejouer les luttes de pouvoir classiques ».

Il demande enfin que les autorités cessent « de mettre l’hôpital face à des injonctions contradictoires : développer les activités les plus « rentables » et être à la fois centre de recours et d’excellence. Pour cela une meilleure répartition des activités ». Mais ça, c’est une autre histoire...

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

TOUT L’ÉQUIPEMENT DES CADRES DE SANTÉ

IDE Collection a regroupé tout le matériel nécessaire au management de vos équipes : livres, revues, fournitures, stylos, tenues, idées cadeaux...

Découvrir nos produits

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus