Vers une reconnaissance effective du métier de cadre formateur

lundi 21 juin 2021, par Bruno Benque

Suite à l’annonce de la création du Collège des Cadres de Santé Formateurs par le CEFIEC, nous avons rencontré Isabelle Bayle, Vice-Présidente de l’association en charge de la recherche et de l’innovation qui a été nommée pour piloter ce collège. Elle nous en explique la genèse, ainsi que les motivations et les objectifs de cette nouvelle entité au service d’une meilleure visibilité et d’une reconnaissance retrouvée pour les cadres de santé formateurs. Elle nous donne, en outre sa vision de l’évolution des formations paramédicales.

Cadredesante.com : Vous intervenez depuis quelques années pour promouvoir la formation des personnels paramédicaux. Mais quelle est votre activité aujourd’hui ?

Isabelle Bayle : Je suis tout d’abord Directrice des soins et coordinatrice des instituts de formation d’infirmiers et d’aides-soignants de Saverne et Sarrebourg (57). J’agis donc au quotidien pour la formation initiai et continue des soignants. Je suis titulaire, d’autre part, d’un doctorat en sciences de l’éducation, ce qui me permet d’intervenir à l’Université de Strasbourg où j’ai participé à la création du département de sciences infirmières et d’un laboratoire de recherche. Je dispense également des cours en master à l’Université de Strasbourg et à la Sorbonne. J’espère obtenir le statut d’enseignant-chercheur à la rentrée 2021.

CDS.com : Vous êtes, en plus de toutes ces activités, vice-Présidente du Comité d’Entente des Formations Infirmière et Cadre (CEFIEC). Quelles sont vos attributions au sein de cette entité ?

I.B. : Ma fonction de vice-Présidente du CEFIEC vient en effet d’être reconduite. Je suis en charge de la recherche et de l’innovation. Je me suis investie récemment dans le dossier Parcoursup ainsi que dans la Mission Le Bouler sur l’évolution des métiers de la Santé. Enfin, lors de l’Assemblée Générale de mai 2021, le CEFIEC m’a confié le pilotage du tout nouveau Collège des Cadres de Santé Formateurs (CCSF) qui vise à donner de la visibilité à ce métier et à en faire reconnaître la spécificité.

CDS.com : Qu’est-ce qui vous a incité à créer un tel collège ?

I.B. : La fonction de cadre de santé formateur (CSF) manque cruellement de reconnaissance. Il est d’ailleurs souvent décrié par les cadres managers dans le services, ce qui m’a beaucoup surprise lors de mon travail de recherche doctorale qui traitait de ce thème. Or, les CSF sont essentiels dans la chaîne du soin et on ne se rend pas toujours compte du travail accompli au sein des instituts de formation. C’est pourquoi le CEFIEC a souhaité faire quelque chose de spécial pour les soutenir et mettre en valeur l’importance qui la leur dans la formation initiale et continue des paramédicaux, des infirmiers spécialistes ou des cadres de santé.

CDS.com : Comment le travail du CCSF va-t-il s’articuler ?

I.B. : Plusieurs groupes de travail ont été constitués, chacun s’occupant d’une cible (IDE, spécialité, CDS), qui vont faire un état des lieux de l’existant, en termes de nombre de formateurs, de leur statut, du diplôme qu’ils font valoir. Dans un deuxième temps, les groupes de travail étudieront l’activité des CSF au quotidien et évalueront les perspectives d’évolution de leurs attributions. Depuis l’annonce de la constitution du collège, nous avons recueilli de nombreuses demande de participation et nous avons senti une vraie motivation des CSF de valoriser leur métier. J’avoue que cela nous met un peu de pression mais nous sommes satisfaits de cet engouement. Et comme nous souhaitons aller vite, je me réjouis de ces candidatures.

CDS.com : Quelle est la composition du CCSF ?

I.B. : Le CEFIEC a souhaité apporter une vision territoriale au collège. C’est la raison pour laquelle il sera composé, en premier lieu, de deux représentants des 24 comités régionaux du CEFIEC, en plus de ma personne et de quelques invités institutionnels, universitaires ou référents par thématique qui pourront nous rejoindre ponctuellement. De septembre 2021 à mai 2022, des réunions mensuelles seront organisées en présentiel et en distanciel. Nous pourrons, de plus, bénéficier des résultats d’un autre travail de recherche doctorale sur le sujet pour enrichir notre réflexion. Je souhaite, enfin, que les conclusions du CCSF soient présentées lors des prochaines Journées d’étude CEFIEC qui se tiendront à Lyon en juin 2022. Elles seront éditées dans un Livre blanc que nous élaborerons spécialement.

CDS.com : Les missions du CCSF pourrait-il, à terme s’élargir aux autres filières paramédicales dont les formateurs rencontrent les mêmes problématiques sur les infirmiers ?

I.B. : Vous savez que le CEFIEC est circonscrit aux formations infirmière et cadre. Ce n’est donc pas d’actualité. Mais il faudra bien un jour croiser les données avec les autres paramédicaux, surtout dans un contexte universitaire qui se veut pluridisciplinaire et pluriprofessionnel. Les dispositifs sont opérants et transférables et on pourrait bien, à moyen terme, voir émerger des formations paramédicales constituées d’un tronc commun suivi de spécialités cœur de métier. C’est, je crois, le bon moment de faire bouger les lignes et de proposer des expérimentations au Ministère plutôt que d’attendre que ce dernier ne nous les impose.

Propos recueillis par Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus