Publicité
Publicité

Une période faste pour les concepts pédagogiques innovants

jeudi 17 octobre 2019, par Bruno Benque

La période est très intéressante pour tout acteur impliqué dans la formation des professionnels paramédicaux. Les étudiants changent, les outils pédagogiques sont plus nombreux, sous l’effet des progrès technologiques, et des concepts d’apprentissage nouveaux apparaissent, comme l’a expliqué Béatrice Jamault lors des dernières Journées d’étude des directeurs de soins. Mais la position des formateurs contraints de traiter avec les universités devra également être surveillée.


L’environnement des instituts de formation des professionnels paramédicaux change, depuis quelques temps, sous l’effet des réformes et des progrès technologiques. De l’autre côté, le profil des étudiants évolue également, avec des générations imprégnées, dès l’âge de la parole, par l’outil informatique.

Un public de formés hétérogène

Cette double évolution fragilise quelque peu les formateurs de toutes les filières qui voient bien que leur message passe parfois mal auprès des jeunes et que leur avenir semble moins évident à prévoir.

Ce sujet a été évoqué, à l’occasion des 17èmes Journées nationales d’étude des directeurs de soins, par Béatrice Jamault, Coordinatrice des écoles et instituts, Coordinatrice pédagogique et administrative de SimUSanté au CHU d’Amiens. Elle a dressé un tableau très réaliste de la situation, avec un public de formé très hétérogène, les deux tiers ayant moins de 24 ans en formation IDE, 33 ans en IADE, alors que les apprenants cadres de santé sont aujourd’hui plus jeunes.

Co-working, efficacité personnelle, construction d’un métier original

Après avoir effeuillé les caractéristiques des différentes générations, besoin d’apprendre, pas de hiérarchie mais plus de démocratie pour les X, appartenance à un clan, technologie primordiale pour les Y, digital native, émotivité, refus du concept de diplôme, technologie sans fil pour les Z (ou C), elle a abordé les nouveaux espaces à créer pour espérer capter l’attention des nouveaux apprenants. Car les attentes de ces jeunes sont en faveur d’espaces de co-working dans lequel se forge un savoir de groupe. Ceux-là recherchent également l’efficacité personnelle, sont audacieux et ne connaissent pas le stress. Pour leur avenir, ils ont plutôt une Puzzle attitude par laquelle ils pourront construire progressivement un métier original.

Susciter toujours plus l’intérêt de l’étudiant

Et la pédagogie dans tout ça ? Béatrice Jamault constate qu’elle devra s’adapter à ce nouvel apprenant. Il faudra donner du sens aux contenus et responsabiliser les étudiants en leur donnant de l’autonomie et en leur laissant développer leurs habiletés, leur motivation intrinsèque. Le formateur, quant à lui, deviendra plutôt un médiateur d’informations qui devra trouver des formes de cours attractives pour donner de l’intérêt aux étudiants. S’il dispose d’un arsenal de technologies numériques suffisant, il pourra alors trouver des méthodes pour déconstruire les savoirs antérieurs afin de susciter l’intérêt des apprenants par des quizz, du brainstorming ou de la carte conceptuelle notamment.

La simulation, concept ultime de l’apprentissage efficace

L’oratrice s’est attardée, enfin, sur les outils pédagogiques innovants qui éclosent ça et là. Le numérique, en présentiel ou non, est bien sûr au centre de cette réflexion, laissant un champ d’action à l’autoformation des étudiants, mais aussi à des sessions de classe inversée à des contributions effectuées par les pairs. Si le MOOC et le SPOC ont été jugés peu efficaces pour le moment, elle a mis en lumière l’importance de techniques comme le tutoriel vidéo. Il est prouvé qu’un geste observé est refait avec qualité dans 40 à 70% des cas. Autre piste de progrès, la gamification. L’intérêt d’un jeu sur nos thèmes de prédilection vient de l’expérience immersive qu’elle permet d’activer sur le formé. Reste enfin la simulation, pour laquelle Béatrice Jamault, qu’elle favorise une meilleure mémorisation du geste en situation de pleine échelle.

La période qui s’annonce est donc très prometteuse, en termes de pédagogie et de conception de nouveaux outils d’apprentissages. Mais nous devrons aussi surveiller le devenir des formateurs, dans une contexte de passage à l’Université.

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

Publicité

TOUT L’ÉQUIPEMENT DES CADRES DE SANTÉ

IDE Collection a regroupé tout le matériel nécessaire au management de vos équipes : livres, revues, fournitures, stylos, tenues, idées cadeaux...

Découvrir nos produits

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus

Publicité