Refonte de la formation infirmière : à chacun sa méthode

lundi 31 juillet 2023, par Bruno Benque

La refonte de la formation infirmière est entérinée par tous les acteurs du domaine paramédical et validée par le ministère. Les groupes de travail ad hoc sont à l’œuvre, les uns proposant des webinaires ouverts animés par des intervenants aux compétences diverses, les autres réfléchissant en vase clos. Souhaitons que ces réflexions aboutiront à un consensus rapide afin de mettre en des référentiels de compétences et de formation rénovés en faveur d’une profession centrale pour le système de Santé dans son ensemble.

Le think tank Santé Autonomie LISA a organisé, au mois de juin sous la houlette de son Président Stéphane Le Bouler, une série de webinaires sur le thème de la refonte de la formation de la profession infirmière.

Le formation infirmière se doit de faire évoluer ses référentiels de compétences et de formation

C’est un avis partagé par tous les acteurs paramédicaux aujourd’hui, les maquettes pédagogiques sensées préparer les jeunes gens à la pratique soignante, en particulier pour la filière infirmière, ne sont plus adaptées aux besoins des patients. Le désormais ex-ministre de la Santé et de la Prévention en avait bien conscience, lui qui avait annoncé la mise en place de groupes de travail dédiés à l’évolution des formations infirmières. Mais il faut bien reconnaître que le domaine est vaste et que les arguments divergent sur ce qui doit être supprimé, ce qui doit être maintenu ou ce qui doit être créé pour améliorer les référentiels de compétences et de formation.

LE CEFIEC mobilise ses adhérents sur le dossier

En juin 2023, le Comité d’Entente des Formatons Infirmière et Cadre (CEFIEC) annonçait la constitution de groupes de travail réservés à ses adhérents, axant cette formation sur des sciences infirmières privilégiant le raisonnement clinique et les prises de décisions fondées sur les données probantes. Il avait fait des propositions sur le champ pédagogique en privilégiant une approche centrée sur l’étudiant et insistait sur la contribution des départements universitaires en sciences infirmières (DUSI) et sur l’autonomie des Directeurs des instituts de formation en termes de projet pédagogique et d’ancrage territorial. Nous serons attentifs aux arguments que proposeront les groupes de travail sur les évolutions concrètes qu’ils apporteront aux programmes de formation.

Une série de webinaires dédiés donnant la parole à un large panel d’intervenants

C’est en juin aussi, donc, que le laboratoire LISA réunissait des acteurs aux compétences et sensibilités diverses pour intervenir dans des webinaires dédiés à la refondation de la formation infirmière. Nous avons ainsi eu le plaisir d’écouter notamment Florence Girard (ANdEP) évoquer concrètement les nouveaux référentiels et programmes qui pourraient s’intégrer dans le contexte sanitaire actuel ou l’épineuse question du processus d’admission en formation infirmière, Pascale Beloni (CHU Limoges) apporter des perspectives à la formation des formateurs, Hélène Kerdiles (Université de Rennes) faire un retour d’expérience sur la montée en compétences des IPA ou Emma Peltais promouvant le droit des étudiants.

Un document qui synthétise les critères d’attractivité de la profession

Cette série de webinaires a été ponctuée d’un document de synthèse dans lequel Stéphane Le Bouler (LISA), Florence Girard (ANdEP), Françoise Jeanson, (vice-présidente de la Région Nouvelle Aquitaine), Manon Morel (FNESI), Ludivine Videloup (ANFIPA) rappellent les enjeux de la modernisation de la formation des personnels infirmiers. Ils rappellent les critères d’attractivité de la profession, à commencer par la question des rémunérations et des disparités importantes entre le public et le privé, entre les secteurs et territoires ou la notion d’infirmière référente qui doit jouer un plus grand rôle dans la prévention la coordination de certaines prises en charge. Ils évoquent également les conditions de travail, concernant le travail de nuit, les contraintes physiques, la violence faite aux soignants, les risques psycho-sociaux, notamment.

Un sujet central pour la pérennisation du système de Santé dans son ensemble

La formation infirmière devra désormais intégrer toutes ces caractéristiques tout en étant ancrée dans l’Enseignement supérieur, structurée à partir de bases scientifiques issues de données probantes, faisant la part belle aux usages numériques et à la simulation et formalisées à travers des processus d’évaluation, de diplomation et de droits des étudiants. Le chantier est vaste et les fondations doivent résulter d’un consensus de toutes les parties, en faisant fi des querelles de clochers et des luttes de pouvoir. Nous en appelons à la responsabilité de tous pour l’évolution d’une profession centrale du système de Santé.

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@gpsante.fr
@bbenk34.


Partager cet article

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus