Publicité
Publicité

Qualité de vie des étudiants en Santé : un Centre national d’appui pour le moins éclectique

mardi 16 juillet 2019, par Bruno Benque

Pour apporter une meilleure qualité de vie aux étudiants en Santé, les deux ministères concernés viennent de lancer le Centre national d’appui pour la qualité de vie des étudiants en Santé. Il s’agit d’une structure de coordination dans laquelle interviendront des personnalités aux prérogatives très diverses et dans laquelle les représentants de la formation infirmière seront sous-représentés. Cela risque de diluer quelque peu leur message initial...

Les Ministres de l’Enseignement supérieur de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal, ainsi que des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, ont annoncé, le 15 juillet 2019, la mise en place du Centre national d’appui à la qualité de vie des étudiants en Santé.

Un rapport commandé par deux ministères pour circonscrire la problématique

Certaines problématiques sont régulièrement mises en lumière par les associations étudiantes et les services sociaux depuis plusieurs années sur ce champ, ce qui a motivé les deux ministères à commander une mission dédiée au Dr Donata Marra pour les circonscrire. Cette dernière a remis, au printemps 2018, son rapport, particulièrement riche, réunissant analyse de la littérature, comparaisons internationales et entretiens de l’ensemble des acteurs. Les Ministres reconnaissent dans leur communiqué commun que « ce rapport a confirmé l’ampleur des difficultés et l’urgence à agir pour le bien-être des étudiants en santé ».

Une structure nationale pour favoriser une meilleure qualité de vie des étudiants

Après avoir identifié 15 mesures de transformation des environnements, des organisations et des interventions de soutien, elles lancent une structure de coordination nationale pour favoriser une meilleure qualité de vie : le Centre national d’appui pour la qualité de vie des étudiants en santé. Il regroupera des représentants des étudiants en santé, des enseignants, ou des conférences, ainsi que des personnalités qualifiées chargés de piloter des actions de formation, d’investigation ou de prévention, notamment. Elles attendent ainsi qu’émergent des formations et des recommandations visant à développer la qualité de vie des étudiants en santé à destination des formateurs, des responsables d’enseignement et des représentants des étudiants.

Des comités de pilotage qui ratissent large !

`Sur le plan opérationnel, le Centre national d’appui pour la qualité de vie des étudiants en Santé sera composé d’un Comité de direction comprenant, pour porter la voix des étudiants, William Chastel, président de la Fédération Française des Étudiants Orthoptiste (FFEO), Ludivine Gauthier, étudiante en soins infirmiers, élue CNOUS Bretagne et représentante de la Fédération Nationale des Étudiants en Soins Infirmiers (FNESI), Loïc Lemoine, VP affaires sociales de l’ Association Nationale des Étudiants en Médecine de France (ANEMF), Julie Kerbart, présidente de l’ Association Nationale des Étudiants Sage-Femme (ANESF), ainsi que Maxence Pithon, interne en médecine générale et Romain Sayous, VP risques psychosociaux, représentants l’Intersyndicale Nationale Autonome Représentative des Internes de Médecine Générale.

L’ANdEP et le CEFIEC très peu représentés

Ce Comité de direction, nommé par les ministères, comprend également des personnels « es-qualité » ainsi que - tout de même ! - des représentants des enseignants, parmi lesquels Florence Girard, Présidente de l’Association Nationale des Directeurs des Écoles Paramédicales (ANdEP) et Martine Sommelette, Présidente du Comité d’Entente des Formations Infirmières et Cadres (CEFIEC). Il sera accompagné d’un Comité plénier constitué de l’ensemble des représentants d’enseignants et d’étudiants, de représentants de structures et de professionnels qualifiés, ainsi que d’un Comité scientifique, constitué de personnes qualifiées dans le domaine de la santé sur le plan international et d’experts extérieurs au domaine de la santé, sociologues et experts en éthique en enseignement, notamment.

Un fort risque de dilution du message initial

À la lecture de la liste de tous les intervenants qui ont été retenus par les Ministères pour venir au chevet de la qualité de vie des étudiants en Santé, nous sommes quelque peu circonspects tant leur champ de compétences est large. Le risque étant, comme cela a pu se produire dans d’autres projets du même type, que le message initial ne se dilue dans des discours trop généralistes et des solutions au problème imparfaites. Car le point de départ de ce processus est bien, sauf erreur de notre part, à l’initiative des étudiants infirmiers, en particulier lors de l’entrée à l’université de leur formation initiale. Et ces derniers semblent sous-représentés dans les comités de pilotage de cette nouvelle assemblée.

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

Publicité

TOUT L’ÉQUIPEMENT DES CADRES DE SANTÉ

IDE Collection a regroupé tout le matériel nécessaire au management de vos équipes : livres, revues, fournitures, stylos, tenues, idées cadeaux...

Découvrir nos produits

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus

Publicité