Les étudiants infirmiers lancent leurs États Généraux

mardi 24 octobre 2017, par Bruno Benque

Suite à une enquête inquiétante sur la situation financière, sanitaire et psychologique des étudiants infirmiers, la FNESI lacer, lors de son prochain congrès annuel, ses premiers États Généraux dans le but de repenser les processus de formation en soins infirmiers. Il s’agit d’un processus démocratique participatif dont l’objectif est de faire évoluer la formation en rapport avec le contexte sanitaire actuel.

En septembre 2017, la Fédération Nationale des Étudiants Infirmiers (FNESI) a mené une enquête sur le bien-être des étudiants en soins infirmiers.

Précarité, crises d’angoisse et souffrance chez les étudiants infirmiers

Un questionnaire leur a été envoyé en février et mars 2017, qui a obtenu quelques 14055 réponses, soit plus de 15% de la cible. Les rois principales thématiques composant l’enquête traitaient de la situation financière des étudiants, de leur santé et de leur vécu en institut. Les résultats ont été jugés alarmants, révélant une forte précarité, supérieure en tout cas que pour l’ensemble de la population étudiante et un état de santé physique et psychologique très dégradé. C’est ainsi que 40% des étudiants interrogés déclarent consommer des médicaments psychotropes et plus de 30% faire des crises d’angoisses. L’étude objectivait, de fait, de nombreux témoignages d’étudiants en souffrance.

Faire évoluer la formation des IDE pour l’adapter au contexte sanitaire

Cette enquête a été intégrée à un document intitulé “Mal-être ESI : il est temps d’agir”, qui reprend donc l’ensemble des résultats et fait l’état des lieux de nombreuses problématiques estudiantines. La FNESI y édite plusieurs revendications visant à l’amélioration des conditions d’études et du bien-être global, tant psychologique que social, des étudiants en soins infirmiers.Elle prend en compte, notamment, les enjeux de santé publique et les déterminants de santé modernes, en particulier l’ambulatoire et les maladies chroniques, auxquels les infirmiers sont soumis. Elle émet également des propositions afin de faire progresser en parallèle la formation en soins infirmiers.

Des États Généraux pour repenser les processus de formation

Pour aller plus loin dans sa réflexion, la FNESI lancera, lors de son XVIIème Congrès National qui se déroulera à Lyon du 16 au 19 novembre 2017, ses premiers États Généraux sur la thématique : “repenser la formation en soins infirmiers au regard des nouveaux enjeux de santé”. Processus inspiré de la Fédération des Associations Générales Étudiantes (FAGE), ce processus, qui durera une année, fera la promotion d’une nouvelle forme de démocratie participative afin de donner plus de poids aux étudiants dans les décisions qui les concernent. Il visera à démocratiser l’entrée en formation, à favoriser l’acquisition des compétences et à faire évoluer la profession, le tout afin que les étudiants puissent peser dans les discussions relatives à la réingénierie de la formation.

La FNESI annonce que plusieurs thématiques, comme l’andrologie, les conditions d’études, l’innovation pédagogique, les parcours de stage ou l’entrée en formation seront développées au cours de ces États Généraux. Ce projet ambitieux montre, au-delà des constats alarmants dont les étudiants infirmiers font l’objet, qu’ils souhaitent résolument prendre leur avenir en mains. Et ce volontarisme est assez rare de nos jours pour être mis en valeur...

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus