La Basse-Normandie a mis en place l’e-learning hybride

mercredi 10 juin 2015, par Bruno Benque

Les étudiants en IFSI bas-normands disposent d’une plate-forme d’e-learning universitaire qu’ils peuvent utiliser en toute autonomie. Mais ce processus de formation est hybride car il donne une place prépondérante à l’accompagnement en présentiel des formateurs.

JPEG - 16.1 ko

A l’occasion des 70èmes Journées d’étude du CEFIEC, qui se sont déroulées à Caen du 27 au 29 mai 2015, Isabelle Derien, Cadre formateur au sein de l’IFSI de Cherbourg-Cotentin, et Nadège Poisson, Ingénieur d’étude au Centre d’Enseignement Multimédia de l’Université de Caen (CEMU), on présenté un processus hybride de formation des étudiants infirmiers.

17 matières universitaires dans une plate-forme Moodle

Derrière le terme hybride décrit par les oratrices se cache une savante interaction entre l’acquisition du savoir des étudiants par e-learning et son accompagnement en présentiel par les formateurs de l’IFSI de Cherbourg-Cotentin. En pratique, l’Université de Caen met à disposition des apprenants le contenu pédagogique, réalisé par des auteurs habilités et rémunérés par la région pour cette mission, de 17 matières universitaires au sein d’une plate-forme Moodle. Outre les auteurs, la Région Basse-Normandie finance également un ingénieur d’étude qui coordonne le processus au sein du CEMU, ainsi que des classes mobiles.

Des scénarios pédagogiques adaptés à la pratique

Mais les étudiants ne sont pas livrés à eux-mêmes face à ce contenu dématérialisé. Les formateurs choisissent au préalable les UE auxquelles les apprenants auront accès, au sein des classes mobiles des IFSI ou à domicile. Ils les accompagnent ensuite dans l’utilisation du média, y apportent des compléments et les assistent en cas de difficultés. Afin que les savoirs soient bien appropriés, ils réalisent des scénarios pédagogiques qui donnent du sens au contenu et le relient au contexte pratique. Les étudiants ont néanmoins le loisir de consulter les cours en ligne en toute autonomie mais ils savent qu’ils peuvent bénéficier de l’entourage pédagogique et de salles dédiées dans les IFSI.

Un processus évalué par les formateurs et les étudiants

Le formateur est, quant à lui, une sorte de médiateur dans ce processus. Il est l’interface entre le média et l’étudiant et réalise des fiches de synthèse de l’évolution de ce dernier par rapport à l’utilisation de l’outil. Mais il est également en interface avec la pratique de terrain et doit favoriser les temps de médiation avec l’étudiant, favoriser son questionnement, lui proposer des cas concrets, voire des plans d’action. Puis vient le temps de l’évaluation, où les formateurs se penchent sur le niveau d’acquisition et d’appropriation des savoirs, et où les étudiants donnent leur avis sur l’organisation de cette formation hybride.

Un système bientôt adapté aux autres filières paramédicales

Au final, les oratrices tirent un bilan positif de ce processus de formation. Les étudiants se montrent, pour les plus fragiles d’entre eux, rassurés devant le support dématérialisé, et pour les autres, ravis de cette nouvelle autonomie. Les formateurs, quant à eux, après les premières résistances à l’outil numérique décentralisé, ils voient leur rôle renforcé car ils sont présents tout au long du parcours pédagogique, et jugent ce système très souple dans son utilisation. Isabelle Derien a conclu son intervention en remarquant qu’il existait encore une bonne marge de manœuvre pour améliorer le système et a annoncé l’ouverture de cette formation hybride aux autres filières paramédicales de la région.

Bruno Benque
Rédacteur en chef cadedesante.com
bruno.benque@cadredesante.com


Partager cet article

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus