E-santé : zoom sur le rôle des infirmiers au colloque ANFH - EHESP

samedi 12 juin 2021, par Anne Perette-Ficaja

Le 2 juin, une Webconférence était conjointement organisée par l’Association nationale pour la formation permanente du personnel hospitalier et l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique, partenaires depuis 2011 en matière de formation et de recherche. A la faveur de la sixième édition du colloque (la première en virtuel), le thème choisi était celui de la place des infirmiers dans la e-santé dans un but de personnalisation des parcours patients.

Alors que le partenariat entre l’ANFH et l’EHESP a été scellé il y a une dizaine d’années, les deux organismes ont organisé, comme ils le font régulièrement, un colloque commun. Au programme : la place des infirmiers dans la personnalisation des parcours patients grâce au numérique et aux innovations technologiques. Au-delà du cadre général, les initiatives concrètes menées dans différents contextes de soins fournissent des enseignements utiles concernant le rôle prépondérant de la profession dans l’évolution des systèmes de santé au bénéfice des patients.
Une profession au coeur de l’évolution

Il faut accompagner les professionnels, qui sont à la fois les vecteurs et ceux qui vivent les évolutions numériques au sens large. Je suis convaincu que les infirmiers en particulier jouent un rôle pivot grâce à leur capacité à être des acteurs solides et reconnus des actions et transformation des systèmes de santé, a introduit Laurent Chambaud, Directeur de l’EHESP, pour planter le décor. Un point de vue partagé par de nombreux acteurs de l’écosystème de santé comme le Pr Etienne Minviellle, Médecin de santé publique, professeur à l’Ecole Polytechnique et Directeur de Recherche au CNRS et par ailleurs responsable des parcours innovants pour les patients au sein de l’Institut Gustave Roussy. Pour lui, c’est l’interaction des différents acteurs impliqués qui permet que les choses fonctionnent en matière d’innovation numérique en santé, et notamment le rôle des infirmiers : reconnaissons-le, ce sont les infirmiers - les IDEC en particulier - qui font la différence. De son côté, l’Ordre National des Infirmiers s’est lui aussi emparé du sujet en promouvant auprès des professionnels les outils et leurs bénéfices, mais aussi en souhaitant proposer d’inscrire au futur décret d’actes infirmiers (la version actuelle date de 2004, ndlr) le lien entre le métier et les nouvelles technologies. Indiscutablement, il y a là un enjeu fort pour l’ONI et pour la profession, a reconnu Patrick Chamboredon, son Président, pour qui il est essentiel de soutenir activement ces développements et les faciliter pour une meilleure qualité et une meilleure continuité des soins. Nous avons déjà entrepris de nombreuses actions pour faire percevoir aux professionnels les avancées effectives ou à venir des évolutions numériques, et les efforts pédagogiques méritent d’être poursuivis. Au-delà des outils eux-mêmes (RRPS, messagerie sécurisée de santé, téléconsultation et télésuivi, dossier médical partagé...), il s’agit aussi de valoriser les actes infirmiers et de dessiner un avenir pour la profession.
Lire la suite dans www.infirmiers.com...

Anne Perette-Ficaja
Directrice des rédactions paramédicales adjointe
anne.perette-ficaja@gpsante.fr
@aperette


Partager cet article

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus