Crise sanitaire : les acteurs de la formation paramédicale s’adaptent

mercredi 8 avril 2020, par Bruno Benque

Si les professionnels de Santé sont tous impactés au premier chef par la crise sanitaire que nous traversons, les étudiants des professions paramédicales le sont tout autant.La sélection pour l’entrée en IFSI sera cette année perturbée et les textes réformant l’accès aux formations AS-AP se sont faits attendre. Les étudiants puériculteurs, IBODE, IADE et MERM sont, quant à eux, mécontents du sort qui leur est réservé. Petit tour d’horizon...

En cette période de crise sanitaire majeure, l’ensemble des processus de recrutement d’étudiants doivent s’adapter au ralentissement de l’activité de nombreuses institutions administratives, notamment dans le secteur paramédical.

Des épreuves de recrutement à minima dans les IFSI

La procédure d’accès aux Instituts de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) ne déroge pas à la règle. Si la plateforme de recueil des souhaits Parcoursup n’est pas impactée, étant donnée sa caractéristique totalement dématérialisée, il n’en est pas de même pour la suite du processus de sélection. Nous avons interrogé récemment Martine Sommelette, Présidente du Comité d’Entente des Formations Infirmière et Cadre (CEFIEC) à ce sujet afin d’en savoir plus sur les organisations mises en place. « Les textes contraignent les IFSI, pour sélectionner les futur étudiants infirmiers, à organiser deux épreuves écrites d’une demi-heure de français et de mathématiques, suivies d’un oral, précise-t-elle. Mais la conjoncture les oblige aujourd’hui à annuler cette épreuve, si bien que la sélection ne se fera cette année que sur dossier. »

Les textes concernant la réforme pour les AS-AP se font attendre

Pour le recrutement des aides-soignants, la réforme est en marche, avec une nouvelle procédure de sélection sur dossier à laquelle doit s’ajouter un entretien. Mais il semble que la crise sanitaire ait également un impact sur la publication des textes en préparation pour entériner cette nouvelle formule de recrutement. Les cabinets ministériels doivent, en cette période difficile, connaître des difficultés de fonctionnement bien compréhensibles. « Les textes sont prêts, nous a-t-on confirmé au Ministère, poursuit Martine Sommelette. Il ne reste plus qu’à les vérifier et à les publier. »

Mise à jour du 9 avril 2020 :
L’Arrêté dont il est question dans ce paragraphe a été publié ce jour, soit quelques jours après l’interview de Martine Sommelette. Il s’agit donc de l’Arrêté du 7 avril 2020 relatif aux modalités d’admission aux formations conduisant aux diplômes d’Etat d’aide-soignant (AS) et d’auxiliaire de puériculture (AP), qui prévoit, pour la formation initiale, la formation continue et la VAE, une sélection des élèves AS-AP à partir d’un dossier ainsi que d’un entretien. Ce processus n’entrera toutefois en vigueur qu’à la rentrée 2021.

Traitement inégalitaire chez les étudiants IBODE

Du côté des étudiants déjà intégrés à leur cursus de formation, le mécontentement pointe, notamment ceux qui se préparent au métier d’Infirmier de bloc opératoire (IBODE). Certains d’entre eux auraient dû obtenir leur diplôme en mars 2020 mais les circonstances sanitaires et la Loi du 23 mars 2020 d’urgence pour faire face à l’épidémie de COVID-19 en ont décidé autrement. Les principaux syndicats d’IBODE ont ainsi écrit à Olivier Véran, Ministre des solidarités et de la santé et Katia Julienne, directrice de la DGOS, pour les sensibiliser sur le traitement inégalitaire qui découle des dispositions prises par ce texte qui « … permet d’adapter les modalités de délivrance des diplômes de l’enseignement supérieur, y compris le baccalauréat, ainsi que celles relatives aux voies d’accès aux corps, cadres d’emplois, grades et emplois des agents publics.  » Ils demandent donc, pour tous les étudiants qui passeront avec succès leurs épreuves à la sortie de la crise sanitaire, que leur soient octroyés le diplôme d’État IBODE avec effet rétroactif (mars 2020) afin de rétablir l’égalité de traitement pour tous.

Même constat chez les IADE

Les étudiants IADE, d’autre part, ont également écrit à Katia Julienne car ils se trouvent dans des situations hétérogènes lorsqu’ils exercent sur le terrain. Ils demandent que le texte du 18 mars 2020 qui a pour objet d’informer les étudiants en santé et leurs instituts des aménagements à mettre en œuvre dans le cadre de l’épidémie de COVID-19 soit modifié et que la formation soit temporairement et exceptionnellement interrompue.

Grogne chez les étudiants puériculteurs et MERM

La grogne monte également chez les étudiants puériculteurs, qui regrettent et dénoncent leur situation dans les services de soins ainsi que les organisations très hétérogènes selon les instituts de formation et les établissements. Certains d’entre eux ont en effet choisi de réquisitionner les étudiants dans les établissements de santé sans convention/contrat alors que l’instruction du 18 mars 2020 rappelle qu’ils doivent être « … assimilés dans le cadre de ces réquisitions à des collaborateurs occasionnels du service public et indemnisés directement par la CNAM". » À défaut, il doit leur être proposé « … des vacations en soins infirmiers.  » Et que dire des étudiants Manipulateurs d’ÈlectroRadiologie Médicale (MERM), qui ne sont même pas éligibles à ces dispositions, eux qui participent, en première ligne, au diagnostic du COVID-19, le scanner étant désormais l’examen le plus parlant et le plus rapide pour identifier les patients infectés ? Les responsables de l’AFPPE ont eux aussi décidé de sensibiliser les autorités sur ce dysfonctionnement.

Alors oui, comme nous l’a confirmé Martine Sommelette, « ...cette période est très compliquée et chacun doit s’adapter du mieux qu’il peut, à tous les niveaux, pour optimiser le système de Santé et protéger les personnels soignants, étudiants compris. »

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

TOUT L’ÉQUIPEMENT DES CADRES DE SANTÉ

IDE Collection a regroupé tout le matériel nécessaire au management de vos équipes : livres, revues, fournitures, stylos, tenues, idées cadeaux...

Découvrir nos produits

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus