Vers une synergie entre expertise soignante et efficacité robotique ?

lundi 17 juin 2024, par Bruno Benque

Nous mettons aujourd’hui en lumière deux hôpitaux allemands qui se placent à l’avant-garde de la logistique et de la maintenance grâce à la robotique. Dans le domaine soignant, ces machines sont sensées valoriser et non remplacer les personnels et des modèles de location ou de leasing permettent une adoption rentable de nouveaux robots par les professionnels. Mais il faut créer une synergie collaborative entre l’expertise soignante et l’efficacité robotique pour obtenir, à terme, des soins qui auront gagné en qualité et en humanité.

Parmi les innovations technologiques qui investissent l’hôpital, la robotique opératoire est certainement la plus spectaculaire, tant en termes d’organisation, d’infrastructure à mettre en place, que de qualité de prise en charge des patients.

Deux hôpitaux allemands à l’avant-garde de la logistique et de la maintenance grâce à la robotique

Mais la robotique touche également d’autres activités du secteur sanitaire, comme, par exemple, les processus de gestion des médicaments dans les pharmacies à Usage Intérieur (PUI). Mais quels sont les autres domaines dans lesquels l’utilisation de robots peut contribuer à réduire les contraintes des professionnels ? Il semble que les machines trouvent une certaine utilité pour les opérations logistiques et les tâches de maintenance en milieu hospitalier.

La plateforme healthmanagement.org se fait l’écho de quelques expériences de ce type initiées au sein de l’hôpital LMU München Großhadern et de l’hôpital St. Franziskus de Münster dans les activités logistiques de routine en marge des espaces de soins. Des robots de service y sont pour transporter toutes sortes de colis, des pièces de prélèvements opératoires médicaux, aux médicaments, en passant par les fournitures biomédicales ou de bureau sur des distances significatives, selon la topographie architecturale des établissements concernés.

Des machines sensées valoriser et non remplacer les personnels soignants

Si ces machines allègent considérablement la charge de travail des personnels es services logistiques, leur mise en œuvre s’avère assez compliquée car, en milieu clinique, les réglementations en matière de sécurité incendie, de protection des données et de sécurité informatique notamment nécessitent des prérequis qui compliquent leur déploiement. La robotique hospitalière s’avère ainsi plus coûteuse, en termes de budget et de ressources humaines, que dans les autres secteurs.

Il n’en demeure pas moins que les interactions entre les robots et le personnel soignant sont jugées intéressantes au sein de ces deux hôpitaux allemands, l’automatisation étant considérée comme une stratégie essentielle pour alléger la pression sur la main-d’œuvre. « Au vu du manque de personnel, l’automatisation des tâches et l’optimisation de l’allocation des ressources sont impératives », rapporte le Pr Uli Fischer du LMU Klinikum München, plaidant pour une approche équilibrée qui valorise plutôt que remplace le rôle des personnels soignants.

Des modèles de location ou de leasing pour une adoption rentable de nouveaux robots

À l’hôpital St. Franziskus, la gestion des flux de matériaux et de la logistique sont intégrées avec des solutions d’IA et une technologie de capteurs avancée permet aux robots de service de naviguer de manière autonome dans les couloirs des hôpitaux, sans que les ascenseurs ou les portes automatiques ne soient un problème pour eux. La Directrice Générale de cette institution, Annika Wolter, a pour projet l’installation d’une flotte de robots de service qui assisteront les activités quotidiennes sans réelle valeur ajoutée exercées à l’hôpital.

Malgré les obstacles initiaux liés à l’acquisition et au financement de ces systèmes coûteux, il existe des alternatives, notamment des modèles de location et de leasing des machines pour une adoption rentable, en particulier dans des tâches telles que le nettoyage et la logistique.

Une synergie collaborative entre l’expertise soignante et l’efficacité robotique

La robotique semble cependant ne pas trouver d’utilité dans les domaines du soin, hormis, bien entendu, au bloc opératoire. Car si les pressions sur les coûts et la rareté de la main-d’œuvre qualifiée sont récurrentes et durables, et si l’automatisation des tâches répétitives apparaît comme une nécessité, les soins directs aux patients restent un domaine exclusivement humain. Dans ce cadre, le rôle de l’automatisation sera d’augmenter, plutôt que de remplacer les professionnels de la santé.

Dès lors, le Pr Fischer prévoit que le secteur de la santé changera de paradigme à mesure que ces technologies évolueront. « Personne ne perdra son emploi au cours des 20 prochaines années à cause d’un robot », conclut-il. L’avenir promet plutôt une synergie collaborative entre l’expertise humaine et l’efficacité robotique pour des soins qui auront gagné en qualité, mais aussi en humanité.

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@gpsante.fr
@bbenk34.


Partager cet article

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus