Les enjeux du développement de la télémédecine en France

vendredi 17 mai 2019, par Bruno Benque

La modification de l’avenant 6 à la convention médicale a donné une nouvelle impulsion à la pratique de la télémédecine. Nathaniel Bern explique comment, dans une tribune, la digitalisation est en passe d’améliorer la continuité de la prise en charge des patients et de faire réaliser des économies substantielles à la Sécurité sociale. Reste à obtenir l’approbation de l’ensemble des praticiens sur ce champ.

Dans une tribune intitulée "Pourquoi il faut encourager la télémédecine en France, Nathaniel Bern, cofondateur de Medadom, explique pourquoi les acteurs de la Santé des français n’ont pas d’autre alternative.

Fluidifier la prise en charge des patients dans un contexte de pénurie médicale

Alors que la démographie médicale est insuffisante, que sa répartition sur le territoire est inadaptée, et que le parcours de soins des patients n’est pas optimisé, le Plan « Ma Santé 2022 » encourage les usages numériques à distance pour assurer la continuité de la prise en charge des patients. « On entend principalement parler de téléconsultation, mais cette dernière est accompagnée de ses confrères télé-expertise, télésurveillance, téléassistance, télémédecine en officine, qui ont tous même vocation à fluidifier la prise en charge des patients, et à libérer du temps aux professions médicales », avance Nathaniel Bern.

Une nouvelle impulsion venue de l’avenant 6 à la convention médicale

Les enjeux sont connus, ils touchent à la pénurie médicale, dans les campagnes mais aussi dans les villes, avec notamment des délais de rendez-vous qui ne cessent de s’allonger pour une consultation avec un spécialiste en temps raisonnable, et des médecins traitants qui font valoir leur droit à la retraite sans pouvoir trouver de remplaçant. « Grâce à une téléconsultation, certaines pathologies peuvent éviter le déplacement du médecin et du patient, ainsi que l’examen clinique, tout en garantissant une réponse médicale de qualité », poursuit-il. Il rend grâce ainsi à l’avenant 6 à la convention médicale, qui entérine depuis le 15 septembre 2019 le remboursement des actes de téléconsultation par la Sécurité Sociale.

des économies substantielles pour les caisses de la Sécurité sociale

Au registre des avancées que la digitalisation rend possibles, il avance que 65% des soins non programmés peuvent faire l’objet d’une téléconsultation, ce qui permettrait de désengorger les services d’urgence et d’éviter nombre d’hospitalisations. On obtiendrait alors des économies substantielles pour les caisses de la Sécurité sociale. Il observe également que la profession médicale n’est pas « ubérisée », comme certains le laisseraient croire. « L’innovation de rupture apportée par la télémédecine vient en réalité aider les professions médicales dans leur démarche, en évitant des déplacements aux médecins, en leur proposant d’appliquer une cotation médicale aux réponses à distance qu’ils ne facturaient pas auparavant, en leur offrant la possibilité d’un exercice flexible temporellement et géographiquement, le développement de la téléconsultation facilite l’exercice des médecins tout en accélérant la réponse médicale », explique-t-il.

Reste à obtenir le consensus de tous les praticiens

Au final, la télémédecine promeut la continuité de la prise en charge des patients en soins non programmés en apportant une réponse médicale rapide et adaptée ainsi qu’une « offre attractive pour les médecins dont le mode d’exercice a profondément évolué ». La prise en charge « reste humaine, professionnelle et encadrée, avec des médecins formés et suivant des protocoles médicaux précis rédigés par un comité médical expérimenté ». Présenté comme telle, elle semble représenter en effet un atout majeur pour absorber l’augmentation des pathologies chroniques et le grand âge notamment. Mais tous les médecins sont-ils d’accord avec ce point de vue ? Rien n’est moins sûr...

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...

Découvrir les formations

AS-espace-retraite_CGOS_300x250_MAI.gif

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus