Le numérique, une réelle plus-value pour la formation des professionnels de Santé

vendredi 8 février 2019, par Bruno Benque

Le développement du numérique procure une réelle plus-value à la formation des étudiants en Santé et à l’information des patients. C’est la conclusion que nous tirons d’une session du dernier Colloque TICSanté, tant sur le champ pédagogique que sur la promotion de l’interprofessionnalité. Mais il est nécessaire d’intégrer les compétences des soignants et les connaissances des patients issues du numérique, afin que ces derniers comprennent mieux leur prise en charge.

L’édition 2019 du Colloque TICSanté, qui s’est tenu les 6 et 7 février à la Cité Internationale, Paris XIVème, a une nouvelle fois fourni la preuve que l’ensemble des acteurs du soin sont très concernés par les changements issus du numérique dans la pratique soignante.

Intégrer les connaissances des patients et les compétences des soignants

C’est ainsi que, lorsqu’il a été question des apports et des limites du numérique pour la formation des étudiants en Santé et l’information des patients, les intervenants ont été unanimes pour témoigner de l’impact majeur qu’il a dans les relations soignants / soignés. Mais AnatoleLe Guillou, Président de l’Association Nationale des Étudiants en Médecine (ANEMF), a rappelé que, certes, les patients ont accès à un volume important d’informations mais ils sont déconnectés des préoccupations des soignants. Bilal Latrèche Président de la Fédération Nationale des Étudiants en Soins Infirmiers (FNESI), lui a emboîté le pas en ajoutant que les nouveaux outils numériques, bien qu’ils aient une utilité significative, relèvent pour les patients d’un changement anxiogène. Les soignants se doivent donc de les accompagner dans les usages. Dans ce cadre, les étudiants sont favorables à une co-construction de leur formation avec les patients afin que ces derniers apportent leur feedback.

Le numérique comme facilitateur de l’interprofessionnalité

Gérard Raymond, Président de France Assos Santé (FAS), rejoint l’avis des représentants des étudiants et souhaite également que les patients experts participent à la formation initiale des professionnels de Santé. Mais l’accès massif des populations à l’information, notamment médicale, est susceptible de leur fournir, du moins ponctuellement, un savoir supérieur aux soignants qui les prennent en charge. Pour Bilal Latrèche, ils ont ainsi l’impression que les soins qui leur sont prodigués leur sont imposés. Les soignants ont dès lors besoin d’une compétence supplémentaire, qui retourne du savoir-être, pour pouvoir expliquer le bien fondé de leur action en lien avec les connaissances scientifiques.

Pour les étudiants en Santé, l’apport du numérique se matérialise également sur le champ de l’interprofessionalité. Ils ont assuré que la majorité d’entre eux portaient désormais beaucoup d’intérêt aux compétences des acteurs des autres filières et que les outils digitaux favorisent les échanges entre elles.

Une plus value sur le champ pédagogique, mais gare aux inégalités

Mais la plus-value de la e-santé agit fortement également sur le champ pédagogique. Les formateurs, sont devenus, dans ce contexte d’abondance d’informations issues du numérique, des guides à l’accès au savoir après avoir été des transmetteurs de connaissances. Les étudiants apprennent ainsi à chercher l’information et à identifier la plus pertinente pour leur pratique. D’autre part, sue le champ des usages, les formateurs sont maintenant dépositaires de l’acculturation des étudiants au digital, afin que ces derniers s’emparent des outils numériques et en dégagent les fonctionnalités spécifiques à leur pratique.

Les méthodes pédagogiques font, de plus, l’objet d’un changement de paradigme puisque les sessions en présentiel et le e-learning cohabitent désormais. De nouveaux modes de partage des compétences sont ainsi développés, illustrés par une immersion dans un environnement de réalité virtuelle ou les processus de simulation.
Reste que tous les instituts de formation ne sont pas logés à la même enseigne. Ces outils ont un coût et tous ne disposent pas d’un niveau d’équipement équivalent. Et c’est la seule limite que les orateurs de cette session ont mis en exergue dans le cadre du développement du numérique pour la formation des professionnels de Santé. La balance est en effet fortement en faveur d’une amélioration dans ce domaine.

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

Cadre de santé, trouvez votre futur poste en quelques clics

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...

Découvrir les formations

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus