L’Intelligence artificielle s’invite aux Rencontres des cadres de la FHF

mercredi 3 avril 2019, par Bruno Benque

L’Intelligence artificielle a, comme partour aujourd’hui, fait une apparition remarquée aux Rencontres Annuelles des Cadres (RAC) de la FHF. Le Dr Guillaume Mercy en a fait une présentation didactique et exhaustive, évoquant notamment l’avènement prochain du professionnels de Santé augmenté. Mais la machine ne remplacera pas l’humain. Explications.

L’Intelligence artificielle (IA) est aujourd’hui mise à toutes les sauces, sans que ses tenants et aboutissants ne soient maîtrisés par tous, notamment dans le domaine de la Santé.

Des systèmes compliqués très loin de nos organismes complexes

L’intervention du Dr Guillaume Mercy, Chef de projet pour le Fonds FHF pour la recherche et l’innovation a, du coup, pris une dimension significative pour les participants aux Rencontres Annuelles des Cadres de la Fédération Hospitalière de France (FHF). Lors de cette allocution du 28 mars 2019, il a eu un discours très didactique, partant des fondamentaux pour finir sur les applications qui peuvent être faites de ce processus dans le cadre de la pratique professionnelle en Santé. Il a tout d’abord décrit les systèmes de Deep learning comme compliqués, par opposition aux systèmes complexes que sont les organismes vivants. Ces derniers sont donc plus évolués et disposent d’un autonomie de jugement qui leur permet de remettre en question les algorithmes.

L’importance de la standardisation des données

L’orateur a ensuite évoqué la cybersécurité, pré-requis à des usages sereins des outils d’intelligence artificielle, d’autant que ces systèmes sont appelés à être mis en pratique par bon nombre de professionnels de Santé dans un avenir proche, mais également ce qu’il a appelé « l’intelligence économique », les gestionnaires de big datas de Santé étant appelés à garder ce capital informationnel dans le giron des hôpitaux. Il a ainsi mis en garde contre le captage de cette information par des sociétés développant des algorithmes très friandes de données. Mais ces dernières, qui sont souvent des fichiers textuels très complexes, pour être exploitées de façon pertinente, doivent être standardisées dès leur insertion dans les bases de données, sous peine d’être inutilisables.

Bientôt l’avènement d’un professionnel de Santé augmenté

Ces contraintes étant satisfaites, les professionnels de Santé devraient devenir des personnels augmentés au contact de l’IA. Mais ils ne seront ps remplacés par la machine, qui ne dispose pas de l’empathie, de la créativité, de la pensée complexe ni de la contextualisation des situations qui font l’apanage de l’humain. « C’est le couple Humain + Numérique qui sera plus fort, assure le Dr Mercy. Le Big Data traité par l’IA apportera une aide précieuse en épidémiologie, dans l’aide au diagnostic, dans l’analyse territoriale des besoins en prise en charge thérapeutique, voire dans la sécurisation médicamenteuse. » L’IA deviendra donc un partenaire incontournable dans la coordination des parcours, dans la complétion des dossiers patients, dans le traitement de l’image médicale, ainsi que dans la sécurisation des activités médicales à risque ou dans les outils de simulation.

Une étude destinée à répertorier les tâches des professionnels de Santé

Quant aux limites de l’IA, il faut les chercher dans l’interopérabilité des sources d’information, dans l’ontologie commune des données - ce que nous appelions plus haut standardisation - et leur anonymisation, ainsi que dans l’absence de prédiction et le lissage des modèles qui traitent les types de données les plus nombreuses en oubliant, par exemple, les maladies rares. Mais les algorithmes permettront tout de même d’améliorer la sécurité et la rapidité des soins, d’en réduire les coûts, de s’abstenir de réaliser des tâches répétitives pour mettre l’accent sur les activités à valeur ajoutée.

À ce propos et pour conclure, le Dr Mercy a présenté le projet d’étude lancé par la Fondation Recherche & Innovation de la FHF qui vise à répertorier les quelques 3 000 tâches réalisées par les 52 métiers sanitaires afin d’analyser l’impact que pourrait avoir l’IA sur les es métiers demain. Si vous souhaitez participer à cette enquête, vous pouvez vous connecter sur le site dédié.

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...

Découvrir les formations

AS-espace-retraite_CGOS_300x250_MAI.gif

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus