Une période peu propice aux innovations managériales

mardi 30 novembre 2021, par Bruno Benque

La session dédiée aux innovations organisationnelles lors des Journées nationales des cadres de santé a fait l’objet de débats vifs mais constructifs dans la communauté. Les présentations consacrées au management participatif, mais surtout au Lean Management ont été accueillies tièdement par l’assistance. Certains participants ont en effet souligné les difficultés rencontrées dans cette période troublée et qui ne sont pas en faveur d’une quelconque expérimentation sur le terrain.

Les Journées d’études des cadres de santé, qui se sont tenues les 29 et 30 novembre 2021 à Rennes, ont attiré quelques 400 participants, ce qui constitue un record pour l’ANCIM, organisatrice de l’événement.

Les innovations managériales comme réponse à la crise identitaire des soignants

Les présentations auxquelles ces derniers ont pu assister ont suscité un intérêt certain, mais également des échanges souvent vifs, l’un n’allant généralement pas sans l’autre, accompagnés d’une argumentation solide de la part du public comme des orateurs. Ce fut le cas notamment de la session consacrée à l’innovation dans les organisations de Santé, durant laquelle Lydvine Vaillant, a tout d’abord présenté quelques initiatives ponctuelles ayant été amorcées dans des organisations sanitaires. Nous avons déjà, il y a quelque temps dans nos colonnes, fait une critique de l’ouvrage qu’elle a élaboré en 2020 sur ce sujet.

Le management participatif a toujours la côte

Là, elle a rappelé le processus participatif conçu par le Pr Colombat à travers le staff pluriprofessionnel de service animé par un tour de table en trois étapes, la première qui donne tout à tour la parole, chronologiquement aux aides-soignants, aux infirmiers, puis aux médecins, la deuxième qui fait la synthèse de la première et la dernière à la recherche d’un consensus. Mais c’est la présentation de Raphaëlle Scapin sur le jean management qui a suscité le plus de réactions dans l’assistance. Il faut dire qu’elle s’attaquait avec audace - Audce, le fil rouge de ces journées - à un sujet clivant dans la communauté soignante. Elle présente le cas d’un service d’orthopédie qu’elle a eu à manager et pour lequel la demande institutionnelle était d’appliquer, à son arrivée, cette méthode de gestion.

Le Lean Management au sein d’un service d’orthopédie

Elle a donc présenté les différentes actions qu’elle a initiées, au sein de son service, en faveur notamment de la gestion des matériels de soins, tant sur le plan des rangements que des volumes due commandes, de l’optimisation des déplacements des personnels dans des locaux anciens et très étendus, ou de la disposition des chariots de soins. Il n’a échappé à personne que ces quelques ajustements n’avaient en aucune manière besoin du jean management pour être mises en œuvre et qu’il s’agissait seulement d’actions de bon sens. Mais il fallait laisser sa chance au produit, comme on le dit en économie, et voir ce qui était proposé en complément. Les réunions en stand-up de quinze minutes où tout le service participe ? La formation des personnels par des séances pédagogiques sous forme de jeu ? Les séances de simulation de type « vis ma vie » ? Ils ont l’avantage de faire partie du processus voulu par la direction et de recueillir, de ce fait, l’engagement de tous.

Échanges constructifs mais vifs dans une période troublée

Raphaëlle Scapin a bien tenté de persuader l’assistance que ces mesures organisationnelles et managériales portaient leurs fruits, en termes de qualité de vie au travail, d’attractivité, notamment des jeunes infirmiers, de satisfaction des patients ou de résorption de l’absentéisme. Mais quelques participants n’ont pas été convaincus, estimant que la période, plombée par les tensions démographiques et la crise sanitaire, n’était pas propice à ce type d’expérimentation, ni à quelconque innovation organisationnelle. Ce à quoi les oratrices ont toutefois répété à qui voulait l’entendre que ne rien faire n’était pas en faveur d’une solution des problèmes à moyen terme. Mais il semble que la pénurie de soignant soit le point d’achoppement de toutes les velléités de changements organisationnels de nos jours.

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus