Six bonnes habitudes à prendre dans votre management en 2019

vendredi 4 janvier 2019, par Mark Green

En ce début d’année, il est d’usage de prendre de bonnes résolutions. Et si vous changiez vos mauvaises habitudes et adoptiez des attitudes de leadership plus efficaces ? Mark Green nous donne six exemples de rupture avec d’éventuelles mauvaises habitudes managériales que l’on pourrait prendre.

Il peut être difficile de rompre avec de mauvaises habitudes et, pour les managers qui en ont, elles peuvent être néfastes. Dans une étude menée par Leadership IQ, une entreprise de formation en ligne, les principales raisons pour lesquelles les dirigeants ont été licenciés - mauvaise gestion des changements, ignorance des clients, tolérance des employés peu performants et manque d’action - étaient souvent liées à des habitudes improductives.

Six exemples de rupture avec les mauvaises habitudes

« Bien que les dirigeants qui affichent ces comportements sachent généralement quoi faire et comment le faire, leurs habitudes improductives les rendent incapables de faire avancer les choses - avec des conséquences désastreuses, a déclaré Mark Green, conférencier, coach à CEOs - auteur de Activators : A CEO’s Guide to Clearer Thinking and Getting Things Done -. Les habitudes de leadership improductives les plus courantes comprennent notamment l’évitement des décisions et des conflits, le maintien des réseaux de zones de confort ou le défaut d’écoute et elles sont difficiles à éliminer. »

Mais Mark Green considère qu’elles peuvent être mises sous silence et suggère de les remplacer par des habitudes fondamentales qui font le succès des leaders. Il en donne ici six exemples.

Profiter de la malchance et être reconnaissant

Tout d’abord, capitaliser sur la chance. C’est une habitude de penser de manière avant-gardiste en réponse aux événements de chance et de malchance. Green affirme que la malchance, telle que l’absence prolongée d’un employé clé, offre au dirigeant la possibilité de responsabiliser les autres en leur demandant d’apprendre, de grandir et de proposer de nouvelles pratiques. « Quelles que soient les circonstances, les leaders comprennent rapidement l’importance de générer un retour sur la chance. Tout le monde gagne. »

Il faut ensuite être reconnaissant. « Lorsque vous appréciez et valorisez ce que vous avez, vous obtenez une perspective plus claire, déclare Green. Un rituel quotidien de réunions d’appréciation crée un espace pour que chaque manager puisse partager ce qu’il apprécie le plus et initie de la transparence et une meilleure collaboration. »

Donner un peu et se concentrer sur le processus en cas de problème

Il convient également de donner, en gardant des limites. Les recherches montrent qu’il existe de nombreux avantages à être un donateur, mais il est important de trouver un équilibre pour rester productif. « Le partage d’informations et de ressources cultive une mentalité d’abondance, apportant des avantages que l’entreprise et le manager peuvent tirer, déclare Green. Mais il y a des limites ; si vous donnez trop de temps et de ressources, vous ne pourrez pas atteindre vos propres objectifs. Donnez, mais sachez quand dire non. »

Autre habitude à prendre lorsque des problèmes surviennent, se concentrer sur le processus et pas sur les personnes. « Lorsque quelque chose ne va pas, une approche commune consiste à critiquer les personnes impliquées, déclare Green. Cependant, des processus mal communiqués peuvent donner une mauvaise impression aux employés les plus talentueux et dévoués. Questionnez d’abord les processus et la communication avant d’explorer les intentions, le caractère ou les capacités de ceux qui sont impliqués. La recherche montre que croire en son peuple est payant. »

Nous devons d’autre part attendre beaucoup des autres. Les leaders qui placent la barre haute et donnent ensuite à leurs équipes la latitude nécessaire pour en tirer plus d’avantages que ceux qui disent simplement à leurs équipes quoi faire, poursuit Green. Ceux dont les habitudes incluent la valorisation de l’autonomie et de la responsabilité individuelle peuvent construire quelque chose de grand au fil du temps. Des attentes élevées et la responsabilisation sont la clé. "

Se focaliser sur les tâches importantes

Il faut enfin maintenir le focus intentionnel. « De nombreuses études ont révélé que le multitâche excessif était inefficace, conclut Green. Pour faire de réels progrès, gardez à l’esprit un petit nombre de choses très importantes et abandonnez le reste. Une hiérarchisation sans faille et une concentration dans l’exécution vous rendront libre. Avec nos pensées, nous créons notre monde. Vérifiez vos croyances sur vos habitudes de leadership, choisissez-en une ou deux pour changer, demandez à d’autres de vous soutenir, puis passez à l’action. »

Mark Green
Conférencier
Coach à CEOs
Auteur de Activators : A CEO’s Guide to Clearer Thinking and Getting Things Done


Partager cet article

Cadre de santé, trouvez votre futur poste en quelques clics

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...

Découvrir les formations

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus