QVT : un ressenti mitigé des soignants vis à vis des cadres

lundi 9 juillet 2018, par Bruno Benque

Dans la lignée des évaluations relatives aux conditions de travail des soignants et des personnels d’encadrement au sein des établissements sanitaires et médico-sociaux, SHAM vient de publier une étude qui recense le ressenti des acteurs de la prise en charge des patients. Ce document s’appuie sur les critères utilisés par la HAS dans le domaine de la Qualité de Vie au Travail (QVT).

La Qualité de Vie au Travail (QVT) est décidément un thème récurrent lorsque l’on évoque la conjoncture socio-économique ou psychosociale dans les établissements sanitaires et médico-sociaux.

Une étude QVT s’appuyant sur les critères utilisés par la HAS

Ce thème a fait l’objet d’une étude de la société d’assurance et de conseil Sham sur la santé au travail des personnels hospitaliers, qui complète sa collection de publications « Risk Management » consacrée à la gestion des risques. Cette enquête s’est appuyée sur les six critères majeurs qu’a identifié la Haute Autorité de Santé (HAS) pour élaborer sa boussole QVT, un outil qui a pour objectif d’aider les acteurs à dresser l’inventaire des
enjeux ou problèmes de QVT propres à leurs établissements en se positionnant sur chacun de ces axes.On retrouve ainsi des thèmes comme les relations de travail et le climat social, l’égalité des chances, le contenu du travail, l’employabilité et le développement professionnel, la Santé au travail, ainsi que la performance et le management.

Les relations avec les collègues ou les patients comme critère de satisfaction majeurs

Les indices de satisfaction globale montrent tout d’abord que les personnels d’encadrement se disent plus satisfaits (5.4) que leurs collaborateurs, qui évaluent leur qualité de vie au travail globale à 5 sur 10. Ce sont d’autre part les agents des établissements sociaux et médico- sociaux qui attribuent une note de qualité de vie au travail plus élevée que les agents exerçant en établissement de Santé (5.8 contre 5.2). Parmi les contraintes les plus souvent décrites dans cette enquête, le volume de travail, l’urgence et la répétitivité des tâches ou les demandes contradictoires arrivent en tête. D’autre part, la relation avec les collègues ainsi qu’avec les patients sont des items qui reviennent très souvent sur le champ de ce qui est important dans le travail, très loin devant les horaires de travail ou la rémunération.

Des tâches diverses... mais souvent interrompues

En termes d’exigences de travail, on remarque sans surprise que les cadres se plaignent à 88%, surtout à l’hôpital, de nombreuses interruptions de tâches, beaucoup plus que les soignants, mais que la diversité de ces tâches fait partie des attraits de la fonction (58%). Plus surprenants sont les retours liés au sens du travail effectué. Alors qu’ils se plaignent souvent d’une perte de sens, ils se positionnent ici à 82% pour des tâches réalisées intéressantes et à 72% pour évoquer le fierté que leur procure leur travail. À noter que ces réponses se placent sur le champ du service rendu et qu’ils sont tout de même à peine 45% à trouver une adéquation entre la conception qu’ils se font de leur métier et la façon dont on leur demande de l’exercer.

Les personnels d’encadrement sur la la sellette...

Sur le thème des rapports sociaux, les cadres semblent ne pas répondre totalement aux attentes de leurs collaborateurs. Le management se présente ici, quoi de plus normal, comme un facteur influant sur le niveau de satisfaction des agents. Ces derniers considèrent à 39 % que leur responsable ne prête pas assez attention à ce qu’ils disent et à 43 % qu’ils ne bénéficient pas de soutien satisfaisant de leur cadre dans les situations difficiles et qu’il ne les aide pas à mener leurs tâches à bien. Ils sont d’autre part 45% à déclarer qu’il ne se sent pas concerné par le bien-être de ses équipes et qu’il ne réussit pas à faire collaborer les agents de son service.

Des données mises en perspective par rapport à l’absence au travail

Enfin, si la grande majorité des personnels d’encadrement se disent bien informés sur la vie et les projets de l’établissement dans lequel ils exercent, ils ne sont que 56% à ne pas être consultés sur les changements qui touchent leu activité. Et si l’on considère l’ensemble des agents, ils sont 48 % à s’attendent ou à être en train de vivre un changement organisationnel indésirable dans leur situation de travail.

L’ensemble de ces données sont ensuite mises en perspective avec les indicateurs d’absence au travail, un domaine que maîtrise depuis longtemps Sham, le promoteur de cette étude.

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

Cadre de santé, trouvez votre futur poste en quelques clics

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...

Découvrir les formations

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus