Prospective sur le métier de manager aux Rencontres Annuelles des Cadres (Part I)

Quelles sont les évolutions à attendre sur le champ de la profession de cadre de santé et quel avenir pour leur formation ? Cécile Kanitzer, Dominique Combarnous et Marie-Gabrielle Vaissière-Bonnet reviennent pour nous, dans une première partie, sur les tenants et aboutissants de la fonction de cadre de santé en s’appuyant sur sa génèse et sur les témoignages recueillis lors des Rencontres Annuelles des Cadres de 2017. Elles feront, dans une seconde partie, de la prospective pour essayer d’identifier le métier de cadre de santé de demain.

Les Rencontres Annuelles des Cadres (RAC) sont un événement majeur de la Fédération Hospitalière de France (FHF). Organisées par SPH Conseil, les RAC rassemblent près de 300 professionnels chaque année (1537 personnes ont été présentes depuis la 1ère édition de 2013) et sont organisées en partenariat avec l’Association Française des Directeurs des Soins (AFDS), l’Association Nationale des Cadres Infirmiers et Médico-techniques (ANCIM), la conférence des Coordonnateurs Généraux des Soins (CGS) de CHU et chaque année un établissement partenaire.

RAC 2018 : conférences plénières et worhshops

La prochaine édition aura lieu les 22 et 23 mars 2018. Les deux jours seront composés de séquences plénières animées par des conférenciers et de workhops animés par les partenaires. C’est l’occasion pour nous de revenir ici sur les ateliers de 2017 qui portaient sur l’évolution de la fonction de cadre de santé. L’ANCIM avait proposé un exercice collaboratif portant sur le rôle du cadre aujourd’hui et de façon prospective. Cet article retrace les contenus des débats et positionne les souhaits partagés de l’ANCIM et la FHF pour l’évolution de la formation des cadres de santé.

Une session 2017 pour le recueil de l’opinion des cadres sur leurs besoins en compétences

La succession des réformes de santé et depuis peu l’avènement des GHT ont remis de l’incertitude dans le management. Si ces différentes organisations et contraintes ont fait et vont faire évoluer les pratiques en matière d’innovation, elles n’ont encore que très peu impacté le mode de management des cadres.

Les RAC 2017 se sont déroulées dans un contexte électoral. Les référentiels d’activités et de compétences pour les cadres, écrits depuis cinq ans - et qui bientôt devront surement être réécrits à l’aune des évolutions à venir -, n’ont toujours pas abouti au référentiel de formation. L’ANCIM a donc souhaité connaître l’opinion des cadres de santé sur la façon dont ils voient leur rôle aujourd’hui et celui de demain pour pouvoir anticiper une formation des futurs cadres adaptée à la demande et au contexte. Il s’agissait de produire, lors des RAC 2017, des idées pouvant servir à la réflexion sur la fonction de cadre de santé et ses besoins en compétences.

Méthode et contenu des ateliers

Un rappel historique de la fonction cadre a été présenté afin de mieux comprendre les usages et les pratiques d’aujourd’hui. Il est indéniable qu’une profession qui méconnaît ses origines et l’histoire de ses pratiques aura du mal à parler d’elle-même et à se projeter dans le futur. Il paraissait donc indispensable de comprendre ensemble la place du cadre de santé dans le lent processus d’institutionnalisation des soins au cours de l’histoire. Simultanément, les participants ont travaillé autour de la représentation du métier et la définition de celui-ci. Beaucoup se sont interrogés sur le terme générique de « cadre de santé » qui est encore aujourd’hui séparé en filières et peu propice à un mélange des genres.

Dans un premier temps, les cadres ont réfléchi en petits groupes en inscrivant sur quatre post-it un mot qui définissait leur rôle aujourd’hui, puis, dans la même configuration, il leur a été demandé comment ils imaginaient « le cadre » de demain. Tous ces post-it ont été collés sur un support et triés en séance pour en faire ensuite une synthèse collective. La dernière étape a consisté à leur demander quel cursus de formation ils souhaiteraient pour leurs futurs collègues cadres et ce qui leur semblait le plus pertinent au vu du contexte actuel. Ces ateliers ont été très interactifs et ont suscité beaucoup d’interrogations, de réflexions et de propositions.

Le rôle du cadre de santé aujourd’hui

Véritable couteau suisse tant ses missions sont variées, le métier de cadre de santé est plus qu’une profession. Les participants à l’atelier se sont définis comme « coordinateur », « pilote », « manager » qui ajuste les effectifs, gère les lits et les flux des patients, garantit la qualité des soins et résout les dysfonctionnements, comme « pompier » ou « homme-orchestre ». Certains se sont décrits comme « animateur », « facilitateur », « polyvalent multitâches », voire « majordome » ou « punching ball ». Plus inspirants, certains considèrent que leur rôle est de donner du sens, anticiper, porter les projets, être le maillon de la collaboration. Avec humour ou ironie, certains se voient comme des « diplomates sans immunité », « catalyseurs » ou « contorsionnistes ».

Quelques-uns ont choisi les mots clés suivants : lien, complexe, garant ou proximité, inventivité et communication. Enfin, certains se décrivent comme « pédagogue », « leader » ou « interface ».

Des professionnels peu nomades attachés aux équipes paramédicales

A l’origine, un métier désignait une activité plutôt manuelle alors que la profession était associée à des activités plutôt intellectuelles. Mais le sens des mots évolue et la différence est aujourd’hui moins aisée. De nos jours, la profession désigne davantage la corporation des personnes qui exercent la même activité. Pour le sociologue M. Sorel, la profession est ainsi « un métier socialement organisé et reconnu ». Le métier se définit par une identité professionnelle et ferait référence à l’exercice d’une activité donnée mais envisagée sous un angle concret. Le métier est ainsi la somme des gestes professionnels et des savoirs faire pour réaliser une tâche donnée.

Au fur et à mesure, les cadres de santé ont construit et construisent aujourd’hui encore leur identité professionnelle dans la manière qu’ils ont d’exercer leur activité professionnelle. Or, « culture professionnelle commune » ne veut pas dire « identité professionnelle commune. » Un réseau de socialisation professionnelle enseigne des manières de voir, de penser et d’agir qui sont particulièrement actives dans l’exercice quotidien. C’est le nomadisme professionnel qui peut générer des professionnels techniques et technicistes dotés de peu d’éthique ou dépourvus d’une identité professionnelle forte. Ce n’est pas le cas des cadres de santé qui sont des responsables peu mobiles et très attachés aux équipes paramédicales.

Ce que dit le Répertoire des métiers de la DGOS

Le Répertoire des métiers de la Direction Générale de l’Offre de Soins (DGOS) précise la fonction de « Cadre responsable d’unité de soins » (07/03/2012 - mise à jour 25/03/2016) : Encadrant d’unité́ de soins et d’activités paramédicales

  • Organiser l’activité́ de soins et des prestations associées
  • Manager l’équipe et coordonner les moyens d’un service de soins, médico-techniques ou de rééducation, en veillant à l’efficacité́ et la qualité des prestations
  • Développer la culture du signalement et gérer les risques
  • Développer les compétences individuelles et collectives
  • Participer à la gestion médico-économique au sein du pôle Concrètement, la gestion du pôle relève plus couramment du grade de cadre supérieur de santé.

Les cadres de santé sont issus des trois filières : infirmière, de rééducation et médico-techniques. Cependant, la majorité est des infirmiers. Il convient de rappeler que la représentation du métier d’infirmier a souffert de deux images :

  • Inféodée au pouvoir médical
  • Soumission et obéissance d’ou la difficulté dans ce contexte d’un encadrement autonome (modèle « paternels directifs ») Cette histoire est encore présente dans les esprits et les cadres de santé restent en partie sous l’autorité fonctionnelle médicale et dépendant des orientations cliniques ou managériales des responsables médicaux.

Des professionnels qui aspirent à conserver un tronc commun de compétences

Le métier de cadre de santé aujourd’hui s’inscrit dans un contexte de développement des techniques médicales et des connaissances qui viennent atténuer les valeurs de soumission des infirmières. Mais il est observé des positionnements de cadres de santé encore dans les schémas féodaux, ce qui influence les pratiques managériales de proximité.

Parallèlement, on assiste au poids croissant de l’impératif budgétaire, la modernisation des relations sociales réglée par les réformes hospitalières, le développement d’un « marché concurrentiel » et aux développement d’une mission d’assurer des fonctions de coordination visant à garantir l’efficacité et la qualité de la prestation rendue au patient ou au résident, dans le respect de l’organisation du service et des objectifs de l’établissement. En ce sens, le cadre de santé est au carrefour d’enjeux internes et externes issus de tous les domaines, qui bousculent en continu les structures de soins ou médico-sociales.

Enfin, les participants à l’atelier ont ouvert le débat sur la à la dichotomie : management / pédagogie. Tous souhaitent conserver un tronc commun de compétences et aucun n’aspire à ce que le métier continue à être scindé en deux : cadre de santé ou cadre formateur. Et pour l’avenir, la quasi-totalité des participants à l’atelier sont favorables à une formation commune à la gestion et à la formation.

Cécile Kanitzer
Conseillère paramédicale, Fédération Hospitalière de France (FHF)
Dominique Combarnous
Cadre Supérieur de Santé, Hospices civils de Lyon (HCL)
Présidente de l’Association Nationale des Cadres Infirmiers et Médico-techniques (ANCIM)
Marie-Gabrielle Vaissière-Bonnet
Responsable-adjointe aux Ressources Humaines Hospitalières, (FHF)


Partager cet article

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...

Découvrir les formations

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus