Les Directeurs d’hôpitaux préparent l’An 2 des GHT

mercredi 29 août 2018, par Bruno Benque

Les GHT sont diversement appréciés par les Directeurs d’Hôpitaux, selon leur environnement et leurs prérogatives. C’est ce qui ressort de l’enquête menée récemment par l’Association des Directeurs d’Hôpitaux (ADH), où certains réclament plus d’intégration alors que d’autres souhaitent bénéficier de plus de temps pour assimiler les restructurations. L’ADH profite de cette enquête pour formuler des propositions pour accélérer les fusions ou impliquer les autres structures.

Après une année de mise en œuvre effective des Groupements Hospitaliers de Terrotoire (GHT), l’Association nationale des Directeurs d’Hôpital (ADH) a mené, en février 2018 une enquête nationale auprès des DH pour connaître leurs attentes et proposer aux pouvoirs publics des recommandations afin de faire évoluer les organisations.

Transparence, communication et gestion des carrières

Intitulée « Consolider l’an1, préparer l’an 2 des GHT », cette enquête a retenu l’attention de près de 600 répondants. Sur le plan général, les Directeurs estiment à plus de 50% le périmètre de leur GHT pertinent et à 60% que l’ARS de laquelle ils dépendent est impliquée dans le bon fonctionnement du GHT. Mais les réponses semblent très contrastées, conditionnées certainement par la diversité des situations locales impactent les organisations médicales ou les relations de travail notamment. Parmi les critères de réussite, ils citent en majorité la transparence et la communication au sein des GHT, ainsi qu’une meilleure gestion des carrières et parcours professionnels des directeurs d’hôpitaux.

De nouvelles contraintes chronophages créées par les GHT

Cette première année a fait émerger des expériences organisationnelles réussies. Les participants à l’enquête de l’ADH souhaitent qu’elles soient valorisées et proposées comme bases de travail pour l’ensemble des hôpitaux. C’est le cas notamment des actions de coopération relatives à la fonction achats, jugée comme la meilleure coopération réussie dans ce cadre. Mais ils sont nombreux à appeler de leurs vœux une simplification du fonctionnement général, par exemple en bénéficiant d’outils efficaces de pilotage des restructurations. Sur le même thème, ils critiquent la multiplication des instances, les temps de trajets allongés ou les nombreuses réunions qui sont considérés comme chronophages.

Des ressentis différents selon l’nevironnement de travail

Des réponses contrastées sont également formulées sur le thème de l’évolution du métier de directeur d’hôpital. 41% des répondants estime que la mise en œuvre des GHT a eu une influence significative sur l’intérêt des postes des DH, alors qu’environ 25% d’entre eux y voient un impact négatif et que près de 50% estime que les GHT génèrent des conditions de travail défavorables. L’on s’aperçoit d’ailleurs, sans surprise, que les DH travaillant en CH ou en CHS ainsi que les directeurs adjoints des services économiques, logistiques, travaux, etc., sont plus critiques que les DH exerçant en CHU ou CHR. Pour essayer d’inverser cette tendance, l’ADH préconise de mieux accompagner la carrière de ces professionnels et de valoriser l’exercice territorial, en renforçant l’attractivité par des dispositifs plus incitatifs de primes ou de reconnaissance statutaire.

Un écart de positionnement entre plus d’intégration et temps de consolidation

Alors, quelles sont les perspectives envisagées pour l’an 2 des GHT ? L’enquête objective, sur ce point, un écart de positionnement entre ceux qui souhaitent voir un modèle de territorialisation encore plus intégratif, et ceux qui demandent encore du temps pour assimiler les réformes et mener les restructurations sur des bases plus solides. Ce sont d’ailleurs les directeurs les plus anciens dans le corps qui favorisent en plus grand nombre l’option de laisser les acteurs locaux choisir les modalités adaptées à leur territoire. Enfin, les DH sont nombreux à militer pour une évolution du cadre législatif pour favoriser, au sein d’un territoire, une plus grande implication des libéraux, du médico-social et des ESPIC.

Pour l’ADH il s’agit, à l’orée de l’An 2 des GHT, de pouvoir bénéficier de modèles plus intégratifs de fusion et de direction communes et de créer les conditions de préparation culturelle, managériale et règlementaire pour l’ouverture des GHT à d’autres structures.

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...

Découvrir les formations

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus