Le fort impact du médecin généraliste sur les parcours de soins primaires

mercredi 10 août 2022, par Bruno Benque

La fidélité au médecin généraliste permettrait de faire baisser le taux de mortalité des patients, notamment des personnes âgées. C’est ce que montre une étude anglaise sur plus d’un million de personnes. Il est donc urgent désormais de rétablir les effectifs de généralistes, voire des IPA, ce qui permettrait notamment de réduire les plus de patients aux urgences.

L’un des problèmes les plus significatifs que rencontre le système de Santé aujourd’hui concerne la prise en charge des soins de premier recours. Pour des raisons diverses, les services d’urgences sont perpétuellement pris d’assaut par des patients dont l’état de Santé ne nécessitent qu’une consultation médicale non programmée.

Des mesures urgentes pour améliorer la médecine de premier recours

Le Gouvernement prend ce problème récurrent vraiment au sérieux, le nouveau Ministre de la Santé et de la Prévention François Braun ayant lancé une mission flash au début de l’été qui a conditionné un certain nombre de décisions à mettre en œuvre par les Agences Régionales de Santé (ARS). Une instruction urgente leur a en effet été diffusée le 11 juillet 2022, ainsi qu’à l’ensemble des services de l’État, pour décliner les modalités des actions recommandées par la mission flash, notamment la revalorisation du travail de nuit à l’hôpital à compter du 1er juillet, les modalités de rémunération des professionnels libéraux mobilisés pour la régulation au SAMU, voire le retour des soins non programmés vers la médecine libérale de ville.

Le médecin de famille happé par la pénurie médicale

Cette médecine générale, qui devrait en effet faire figure de priorité pour les soins de premier recours, comme elle l’était il n’y a pas si longtemps grâce au concept rassurant du médecin de famille – remplacé depuis, avec plus ou moins de bonheur, par le médecin référent -. Mais, on le sait, le rythme de turn-over de la médecine générale s’est avéré, avec le temps, bien inférieur à celui des besoins de Santé, ce qui a engendré une grave pénurie dans certains territoires que l’avènement des infirmiers de pratique avancée (IPA) ne comblera que partiellement en attendant une nouvelle vague de jeunes médecins généralistes formés.

Une étude qui promeut la fidélité au même généraliste

Oui, ces derniers sont la pierre angulaire de la continuité des parcours de soins et il est urgent qu’ils reprennent leur place dans le concert sanitaire. C’est d’ailleurs ce que montre une étude menée au sein de la Queen Mary University of London (Royaume-Uni). Ce travail met en lumière le fait que les patients qui voient le même clinicien pour la plupart de leurs soins ont des taux de mortalité plus faibles et moins d’admissions à l’hôpital. Ils sont également plus susceptibles d’établir une relation de confiance avec leur médecin généraliste et de suivre ses conseils.

Des résultats différents selon le type de patient

Les chercheurs ont analysé les soins d’un million d’adultes inscrits dans 126 cabinets de médecine générale de l’est de Londres. Ils ont ressorti un taux de 52 % de patients qui consultent régulièrement le même médecin généraliste, plutôt des personnes âgées. Les personnes souffrant de problèmes de santé de longue durée et celles qui visitent fréquemment un cabinet médical sont celles qui bénéficient le plus de voir le même médecin généraliste, ce qui sécurise la continuité des soins. Les chercheurs ont ainsi identifié l’importance de la qualité de la pratique des médecins généralistes pour améliorer et encouragé les organismes de tutelle à encourager leurs pratiques.

Rétablir d’urgence les effectifs de médecins généralistes

Ils pensent notamment que la continuité des soins devrait être mesurée de façon routinière en tant que marqueur de la qualité de la pratique, d’une part, et d’autre part que des incitations doivent parvenir aux patients pour promouvoir l’engagement des réseaux de soins primaires émergents et des systèmes de soins intégrés. Non seulement cela améliorera les résultats pour les patients, mais cela aura également un effet positif sur la satisfaction des patients et des médecins. Mais la première condition est bien sûr d’augmenter les effectifs de médecins, voire d’IPA...

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34.


Partager cet article

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus