La recherche en management étudie désormais l’activité plutôt que les résultats

lundi 25 juin 2018, par Bruno Benque

La recherche en management s’attache désormais à étudier l’activité plutôt que les résultats du travail. Cette évolution pourrait à terme aider à obtenir une meilleure qualité de vie au travail, selon Wathias Waelli qui est intervenu lors de la journée organisée par trilogie Santé le 19 juin 2018 et consacrée à ce thème d’actualité.

Trilogie Santé a organisé, le 19 juin 2018, une journée sur le thème de la Qualité de vie au Travail comme composante d’un travail de qualité.

La pénibilité au travail à travers le temps

Mathias WAELLI, Maître de Conférences en Management de la Santé, a ouvert cette session avec un propos relatif à l’épanouissement au travail et au rôle que le manager de proximité tient pour promouvoir la Qualité de Vie au Travail. Il est parti d’un constat sans concession : « La souffrance des soignants remet souvent en cause les modèles de management tels qu’ils sont pratiqués », a-t-il annoncé en préambule. Il a, dans un premier temps, fait un petit retour historique sur le thème de la pénibilité du travail, qui était à une autre époque d’ordre seulement physique. Cette pénibilité s’est ensuite déplacée, dans les années soixante, sur le champ de l’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle, une aspiration que l’on retrouve d’ailleurs aujourd’hui dans les représentants de la Génération Y.

Souffrance physique et psychologique

Il a bien sûr évoqué la situation actuelle des soignants, qui font l’objet de souffrances diverses, avec une caractéristique spécifique relative au travail qu’ils ne font pas, sous-entendu que le travail qu’ils rendent au quotidien ne les satisfait pas en termes de qualité. « Sous le joug des réformes successives qui ont transformé le système de Santé, les rythmes de travail se sont accélérés et ont perdu une grande partie de leur sens, a ajouté Mathias Waelli. Les soignants sont trop accaparés par des obligations de comptes rendus d’activité à rendre ou par des tâches administratives à satisfaire. » Ces contraintes, qui sont la plupart du temps qualifiées de déconnectées du travail de terrain, affectent selon lui directement les cadres, qui ont tendance à les prendre en charge pour protéger les membres de leur équipe, prenant pour exemple les procédures d’auto-évaluation qui précèdent la certification des établissements de Santé. Reste que les soignants ressentent tout de même, dans leur majorité, de la souffrance physique, notamment en lien avec des troubles musculo-squelettiques, ou psychologique, illustrée notamment par les effets du manque de sommeil.

Une science qui étudie l’activité plutôt que les résultats du travail

La recherche en management, qui relève du travail quotidien de Mathias Waelli, s’attache désormais à étudier les activités des cadres de santé plutôt que de rester sur des mesures de résultats lesquelles ne sont plus pertinentes aujourd’hui. De tels processus de recherche font ainsi appel à des ethnographes ainsi qu’aux théories de l’activité. Ces dernières permettent, entre autres ouvertures, d’évaluer les ressources mobilisables au sein d’une organisation et d’identifier le sens que les professionnels perçoivent de leur action pour une mission donnée. C’est en cela, précise-t-il, que les cadres de proximité ont un rôle essentiel à jouer car ils sont seuls capables, de par leurs compétences et leur positionnement central, de traduire les indicateurs que cette science mobilise.

Mathias Waelli a fait enfin remarquer que les bons cadres de proximité agissaient désormais comme des intégrateurs du travail administratif des soignants, afin que ces derniers n’aient pas l’impression d’en faire. Il a rappelé, en outre, leur rôle d’ajustement des outils de gestion pour que ces derniers s’adaptent au terrain et non l’inverse, notamment dans le cadre du Lean Management, ainsi que leur propension à mettre en place un espace de dialogue de gestion dans les services.

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34


Partager cet article