Publicité
Publicité

Comment Françoise a géré la complexité

mercredi 24 juin 2015, par Bruno Benque

La 3ème Journée Cadr’attitude qui s’est tenue à Marseille le 19 juin 2015 a fait l’objet d’un témoignage fort de Françoise Julien, une cadre de santé qui a du, dès sa prise de poste, gérer une situation empreinte de complexité. Elle a su y trouver une opportunité de développer de nouvelles compétences et tire un bilan largement positif de cette expérience.

JPEG - 12.3 ko

La carrière de Françoise Julien a connu une évolution fulgurante ces dernières années, alors qu’elle ne s’y attendait pas forcément. Elle nous a fait part de cette expérience lors de la 3ème Journée Cadr’attitude qui s’est tenue le 19 juin à Marseille.

Une formation cadre en alternance dans un contexte tendu

Françoise Julien est cadre de santé de la filière laboratoire d’analyses médicales. Elle a pris le poste de cadre de santé des laboratoires du Groupement Hospitalier Diaconesse Croix St-Simon (GHDCSS) en 2009, poste qui était resté vacant depuis janvier 2007. Le contexte n’était alors pas des plus sereins, des tensions entre professionnels se faisant sentir depuis notamment la création du groupement hospitalier en 2006. Pour corser le tout, elle n’était pas encore diplômée. Son institution organise donc pour elle une formation en IFCS de deux ans en alternance, entre 2010 et 2011, période au cours de laquelle elle assure sa mission de faisant fonction de cadre de santé.

Une certification et une fusion de services à gérer

Mais en 2010, la réforme de la biologie médicale impose aux laboratoires de reconsidérer leur positionnement face aux patients et de se placer au cœur du parcours de soins. Cette expression s’accompagne en fait d’une batterie de réorganisation des processus qui doivent les conduire à la certification COFRAC avant 2020. Françoise Julien se voit donc confrontée tout à la fois à la gestion d’un service, à sa formation de cadre, ainsi qu’à la gestion des audits et remises aux normes qu’impose la préparation à une certification. Le GHDCSS s’engage donc dans cette démarche en 2013, et devant la complexité du processus ainsi que les moyens humains et matériels nécessaires à mettre en œuvre, la Direction décide de mutualiser son laboratoire avec d’autres sites disséminés en région parisienne, au sein d’un Groupement de Coopération Sanitaire (GCS).

La complexité, une opportunité pour développer de nouvelles compétences

Voilà donc comment Françoise, laborantine en 2009, se retrouve en 2013 à la tête d’une équipe passant rapidement de 25 à 60 agents ! Des salariés aux conditions de travail disparates, puisque le GCS comprend, outre les laboratoires du GHDCSS et de la Fondation ophtalmologique Rothschild, ceux de centres de santé municipaux, dont le statut diffère, en termes de temps de travail et de jours de repos, avec les salariés des autres structures. Françoise Julien prend donc cette complexité à bras le corps. Elle voit cette situation comme une opportunité de développer de nouvelles compétences. Pour elle, adhérer à ce projet c’est comprendre toutes les composantes de son organisation, observer les stratégies et les résistances de chacun et faire en sorte d’accompagner ceux qui n’adhèrent pas ou ont du mal à suivre la cadence.

Écoute, engagement et sens de la responsabilité comme facteurs de succès

Pour elle, les facteurs de réussite dans ce type d’entreprise sont de plusieurs ordres. Le soutien de la Direction, tout d’abord, est primordial, par la mise à disposition de moyens humains - personnels, formations -, de matériels et de locaux. Mais c’est l’attitude du cadre qui apparaît comme le critère le plus important. En montrant son sens de l’engagement, de la responsabilité et sa capacité à se remettre en question, elle a pu fédérer autour d’elle l’ensemble de ses collaborateurs ainsi que les biologistes eux-mêmes. Une écoute et une communication de tous les instants ont enfin fluidifié les rapports entre tous ces acteurs. Mais cela ne s’est évidemment fait sans difficultés. Il a fallu beaucoup négocier, combattre souvent, pour faire avancer le projet.

Mais au final, Françoise Julien tire un bilan largement positif de cette expérience, son investissement personnel dans l’aventure étant récompensé par la réussite de son projet et, d’autre part, par la reconnaissance de ses collaborateurs.

Bruno Benque
Rédacteur en chef cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com


Partager cet article

Publicité

TOUT L’ÉQUIPEMENT DES CADRES DE SANTÉ

IDE Collection a regroupé tout le matériel nécessaire au management de vos équipes : livres, revues, fournitures, stylos, tenues, idées cadeaux...

Découvrir nos produits

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus

Publicité