Les établissements écoresponsables à l’honneur

mardi 14 juin 2016, par Bruno Benque

Les initiatives émanant des établissements sanitaires et médico-sociaux en faveur du développement durable sont peu connues des acteurs du secteur. En attribuant ses bourses dédiées, la CAHPP donne un coup de projecteur aux projets écoresponsables qui permettent, non seulement d’agir pour l’environnement, mais aussi le plus souvent de réaliser des économies budgétaires substantielles.

La Centrale d’Achat Hospitalière Privée et Publique (CAHPP), partenaire du Comité pour le développement durable en santé, a mis en place un système d’évaluation des actions menées par les industriels du domaine sanitaire ainsi que par les établissements de santé sur le thème du développement durable.

Un processus d’évaluation de l’écoresponsabilité initié en 2010

Dès 2010, une première évaluation générale a été initiée, à l’aide d’un questionnaire déclaratif. La forte participation des fournisseurs avait permis de dresser un premier état des lieux. En 2012, un outil d’évaluation en ligne de la CAHPP était développé afin d’évaluer les industriels et fournisseurs référencés. L’évaluation repose sur 33 questions regroupées en 6 thématiques auxquelles les fournisseurs peuvent répondre sur une période définie. L’outil en ligne restitue une note à chaque fournisseur et prestataire de services, ainsi que les axes d’amélioration pour l’année suivante. A partir de 2013, l’évaluation prend également en compte l’évolution des indicateurs chiffrés renseignés par les fournisseurs d’une année sur l’autre et une notation graduée de cet indice vert est attribuée aux fournisseurs participant.

Un jury pluriprofessionnel pour évaluer les établissements sanitaires

Les établissements sanitaires et médico-sociaux sont également invités à concourir pour la Bourse « CHAPP ou pas CHAPP ». Près de 50 dossiers été évalués par un jury de 11 personnes, médecins, professionnels hospitaliers ou représentants de l’industrie sanitaire, selon des critères environnementaux, économiques, sociaux et sociétaux.
Cette bourse est dotée d’un montant de 10 000 euros : le premier prix reçoit 5 000 euros, le 2ème, 3 000 euros et le 3ème, 2 000 euros. Suite aux visites in situ effectuées dans les sept établissements arrivant en tête, le palmarès 2016 a donc récompensé trois établissements auxquels s’ajoutent deux « Prix spéciaux du président ».

Un premier prix sur le thème de la réduction des déchets

Le Premier Prix a été attribué au groupe montpelliérain d’EHPAD E4, pour sa politique de réduction des déchets. L’analyse approfondie des déchets générés par les 3 EHPAD du groupe E4 a permis d’identifier plus de 30 déchets nécessitant des filières appropriées. Une procédure de gestion des déchets détaille dans un registre, pour chaque déchet, le nom du collecteur, le nom du transformeur et le devenir du produit. Le personnel est formé à cette gestion des déchets et une charte de partenariat engage les prestataires ou sous-traitants à récupérer l’ensemble des déchets qu’ils produisent ou livrent au sein des résidences et à s’assurer que leur démarche soit comprise et appliquée par chacun. Les économies directes peuvent représenter 10% du budget annuel du traitement des déchets.

Chauffage alternatif et gestion des DASRI

Le deuxième prix a été attribué au centre SSR Les trois épis, dans le Haut-Rhin, pour l’installation d’une chaufferie biomasse de 1 MW, opérationnelle depuis janvier 2015 en remplacement principal de la chaudière fioul. Il s’agit d’assurer le chauffage d’un établissement sanitaire de 22000 m2 situé en moyenne montagne. Pour le troisième Prix, c’est le Centre Régional Léon Bérard à Lyon qui a été récompensé pour son action de banalisation des DASRI. Il s’agit de réduire la quantité de déchets de soins à risques infectieux en les transformant in situ en déchet ménager. Il en résulte une réduction forte de l’impact environnemental sur les déchets enfouis et le nombre de rotation de camions, une amélioration de la qualité de vie des soignants, en supprimant le tri des DASRI dans les soins, et une réduction de 90 % de la production de DASRI devants être enfouis. L’économie annuelle nette en tenant compte de l’amortissement de la machine, est de 172 460€/an.

Un comportement écoresponsable doublement efficace

Enfin, les « Prix spéciaux du président » sont attribués au Centre Lillois de Réadaptation Professionnelle, pour son développement d’un logiciel de gestion de son restaurant qui a permis la réduction du gaspillage alimentaire, et à la Polyclinique Sarrus Teinturiers Rive Gauche de Toulouse, pour la mise en place de produits cosmétiques pour bébés écolabellisés. L’ensemble de ces initiatives montrent bien la double efficacité de la prise en compte du développement durable dans les établissements de santé et médico-sociaux. Car, outre l’action bénéfique sur l’environnement, la plupart des projets présentés permettent de réaliser des économies budgétaires substantielles. Ces exemples peu connus des décideurs hospitaliers doivent être promus comme de véritables vecteurs de progrès.

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com


Partager cet article

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...

Découvrir les formations

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus