Publicité
Publicité

Accueil > La profession

« Octobre rose 2011 » : mobilisation pour le dépistage du cancer du sein

samedi 15 octobre 2011

Depuis 2004, « Octobre rose » promeut le dépistage organisé du cancer du sein. Destinée aux femmes de 50 à 74 ans, la campagne « Octobre rose » 2011 mise sur la force de persuasion de leurs proches et sur un important dispositif médiatique. Les personnes bénéficient d’un examen de qualité, entièrement pris en charge par l’Assurance maladie.

Le 28 septembre 2011, Nora Berra a lancé la septième édition d’« Octobre rose ». Durant un mois, dans toute la France, cette campagne de communication et d’information encourage le dépistage organisé du cancer du sein. Elle s’adresse à toutes les femmes de 50 à 74 ans, sans symptôme apparent ni antécédent de la maladie. L’opération est organisée par le ministère de la Santé et l’Institut national du cancer (INCa)1.

Avec 53 000 nouveaux cas estimés pour 2011, le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez les Françaises. En 2008, le dépistage organisé a permis de diagnostiquer 14 000 cas, soit 6,3 pour 1 000 femmes. En 2010, plus de 2 360 000 personnes ont participé au programme. Un geste crucial lorsqu’on sait que, détecté à un stade précoce, le cancer du sein peut être guéri dans plus de 9 cas sur 10.

Une campagne pour inciter les femmes à se faire dépister

L’édition 2011 d’« Octobre rose » a pour slogan : « Le dépistage du cancer du sein, parlez-en aux femmes que vous aimez ». La campagne mobilise les proches des personnes concernées, afin qu’ils les invitent à se faire dépister. Il s’agit de lever des freins psychologiques (peur de l’examen et de son résultat, fatalisme face à la maladie, etc.) et d’augmenter le taux de participation au dépistage organisé. En effet, depuis 2008, il plafonne autour de 52 % de la population visée.

Outre la diffusion d’affiches et de dépliants d’information, l’organisation de conférences, « Octobre rose » met aussi en œuvre des moyens d’information et de sensibilisation originaux :

sur les chaînes de France Télévisions, des saynètes sont diffusées, dans lesquelles animateurs et journalistes phares présentent leur engagement personnel en faveur du dépistage ;

sur le réseau social Facebook, la fabrication collective d’un ruban rose virtuel (application « Le ruban rose ») matérialise le soutien des Français à la cause.

En outre, des actions ciblées sont menées vers les femmes qui participent habituellement peu à cette campagne de dépistage : femmes en situation de vulnérabilité sociale, femmes d’origine migrante de première génération. Ainsi, des outils de communication ont été distribués aux associations de réinsertion et aux centres d’action sociale. Par ailleurs, les radios de la diversité (Radio Africa, Radio Orient, Beur FM) diffusent des spots de sensibilisation.
Un examen médical essentiel pour lutter contre la maladie

Le dépistage organisé a été généralisé en France en 2004. Comme toute consultation de ce type, il répond à des normes strictes (recours à un personnel médical expérimenté, utilisation d’un matériel de qualité, etc.). Toutefois, par rapport au dépistage individuel, il présente la garantie d’une double lecture par deux radiologues experts, spécialement formés. Tous les deux ans, un courrier invite les femmes concernées à réaliser, dans ce cadre, une mammographie et un examen clinique. Cette visite médicale est prise en charge à 100 % par l’Assurance maladie et doit être effectuée chez un radiologue agréé.

Le dépistage organisé offre un accès égalitaire et régulier à un examen médical qualitatif. Il permet aussi une meilleure connaissance du cancer du sein par la population et les professionnels de santé. Ce programme améliore ainsi la lutte contre la maladie. En effet, détecté tôt, ce cancer peut être guéri dans plus de 90 % des cas, avec des traitements moins lourds et des conséquences moindres.

« Les professionnels de santé jouent un rôle essentiel de motivation et d’incitation au dépistage »

►Interview du Dr Jérôme Viguier, responsable du département Dépistage à l’Institut national du cancer (INCa).

Comment le gynécologue, le médecin généraliste et le pharmacien incite-il les femmes concernées à se faire dépister, chacun à leur niveau ?

Les gynécologues sont naturellement très impliqués dans tous les dépistages de la femme (cancer du sein, du col de l’utérus, etc.). Ils les réalisent, les prescrivent, les recommandent. Quant aux pharmaciens, ils se font les relais des informations diffusées pour « Octobre rose ».
Les généralistes sous-estiment souvent l’influence qu’ils peuvent avoir sur la participation au dépistage. En effet, parmi les arguments avancés par les femmes qui ne se font pas dépister, « Mon médecin ne m’en a pas parlé » arrive en troisième position, après le fait de ne pas se sentir concernée et la peur. Les généralistes, comme les autres professionnels de santé jouent un rôle essentiel d’incitation et de motivation et leur mobilisation est déterminante. Actuellement, seulement deux-tiers des femmes concernées font un dépistage. C’est dire si la marge de progression est importante…

À l’occasion d’« Octobre rose », quels sont les outils mis à disposition des professionnels de santé par l’INCa, pour promouvoir le dépistage ?

Les pharmaciens disposent de plaquettes rappelant les enjeux du dépistage. Et aussi d’affiches et de dépliants d’information pour les femmes. L’INCa a aussi élaboré des documents pour les gynécologues, avec leurs sociétés savantes, afin qu’ils s’approprient mieux le dépistage organisé.
Enfin, pour les médecins généralistes, nous avons mis au point des argumentaires pour répondre aux réticences des patientes, et un calendrier rappelant la fréquence des principaux dépistages. Ces documents aident les praticiens à proposer la stratégie de dépistage qui convient le mieux à chaque patiente, selon son risque de cancer du sein.

[Charlaine]


Voir en ligne : Source : gouvernement.fr


Partager cet article

Publicité

TOUT L’ÉQUIPEMENT DES CADRES DE SANTÉ

IDE Collection a regroupé tout le matériel nécessaire au management de vos équipes : livres, revues, fournitures, stylos, tenues, idées cadeaux...

Découvrir nos produits

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus

Publicité