Accueil > La profession

Mars 2011 : Effectifs hospitaliers en berne – création de 6 IHU – réforme de la loi sur la psychiatrie…

mardi 5 avril 2011


« Baisse spectaculaire des effectifs dans les hôpitaux » titre Les Echos du 16 mars, « Baisse inédite des effectifs » alerte Le Figaro du même jour. La veille, Le Point avait annoncé une suppression de près de 10 000 postes en 2009. « Pour la première fois, les hôpitaux publics ont réduit leurs effectifs de façon significative. C'est surtout le personnel technique et d'entretien qui est visé, tandis que les postes d'infirmiers sont stables et les médecins plus nombreux." annonce Vincent Collen dans les Echos qui fait le compte : 9.800 postes ont été supprimés, hors médecins soit une baisse de 1,3% par rapport à l'effectif total. Les agents les plus touches : le personnel d'entretien avec 5 000 postes en moins, suivi du personnel technique et ouvrier - 2 600, le nombre d'infirmiers bouge à peine - 200 et celui des aides soignants progresse de 1 000. Quant aux médecins, la tendance est heureusement inverse : ils sont 2 000 de plus en 2009. Du jamais vu pour les observateurs qui constatent que les effectifs de 2009 correspondent à ceux de 2005 mais en 4 ans l'activité a elle, augmenté de près de 13% ! S’agit-t-il d’une diminution ponctuelle ou d’un mouvement de fond ? Selon le président de la Fédération Hospitalière de France (FHF) : « en 2010, les hôpitaux ont continué à réduire leurs effectifs pour satisfaire l'économie de 700 millions d'euros attendue de l'hôpital public » déplore Jean Léonetti, dans un message adressé au Ministère. Cette année près de 15 000 postes seraient menacés. A noter : Les dépenses de personnel représentent les 3/4 des coûts des hôpitaux.


Si les effectifs de le fonction publique hospitalière se trouvent sur une pente préoccupante, une annonce met du baume au cœur des bordelais, marseillais, parisiens et strasbourgeois : la création de 6 instituts Hospitalo-Universitaires (IHU). Ces « super CHU » vont booster la recherche, la formation et les soins dans des disciplines où leurs équipes ont déjà fait la preuve de leur excellence : les maladies génétiques, infectieuses, neurologiques, cardio-vasculaires, les troubles du métabolisme et la chirurgie mini-invasive guidée par l’image. L’information a été publiée avant même l’annonce officielle sur les Echos et la Tribune du 30 mars.


Levée de boucliers contre le projet de réforme de la loi sur la psychiatrie présenté à l’Assemblée nationale. Ce texte rend possible les soins ambulatoires et l’admission du malade sans son consentement en cas de "péril imminent" pour sa propre santé. L’axe sécuritaire de ces mesures est dénoncé « par l'Union syndicale des magistrats (USM) et plusieurs syndicats de psychiatres (Intersyndicale des psychiatres publics, Union syndicale de la psychiatrie... ») relate le nouvel Obs du 15 mars. « C’est la reconstruction d’un système asilaire qui sera, non plus limité à l’hôpital mais s’étendra au domicile. « Un grand renfermement » selon les mots de Mathieu Bellahsen dans l’Humanité du 11 mars.


En mars l’onde de choc du Médiator fissure un peu plus le système de santé et les institutions sanitaires. Le rapport Debré-Even commandé an janvier par Nicolas Sarkozy « recommande de scinder en deux l’Agence du médicament, de réformer la Haute Autorité en Santé et de créer un corps d’experts indépendants chargés d’évaluer les médicaments » résume Alain Péres dans les Echos du 16 mars


Le Pr Strasbourgeois Israël Nisand s’inquiète du nombre d’IVG en hausse chez les femmes de moins de 25 ans. Il plaide pour une contraception gratuite et anonyme construite à l’image de son réseau de prévention d’Alsace qui a permis de faire baisser le nombre d’IVG chez les mineurs alors qu’il augmente partout ailleurs en France relate Anne-Laure Barret pour le JDD du 12 Mars 2011. Chiffres à l’appui, le Pr Nisand dénonce le recours plus systématique à l’IVG et la mauvais information des adolescentes quant aux risques de grossesse « Une grossesse sur trois est non désirée, contre une sur deux il y a dix ans. Dans cette situation, les femmes décident de l'interrompre six fois sur dix ! Quant aux adolescentes, elles semblent méconnaître les risques. Sur les 237 000 IVG pratiquées en France en 2009, 13 000 le sont sur des mineures. » cite Agnès Leclair sur le Figaro du 7 mars.


A retenir aussi le projet de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris de déménager son siège sur le site de l’Hôtel Dieu de manière à regrouper les 1 400 agents exerçant actuellement rue Victoria et d’autres bâtiments du IVème et du Vème arrondissement. Objectif : « travailler plus efficacement au pilotage et à l’appui de l’ensemble des structures » explique Mireille Faugère dans les articles, de 20 minutes de l’Express, du Point du 4 mars 2011 et du Parisien 5 mars. Pour mener à bien cette restructuration prévue pour 2014 et inscrite au plan stratégique de l’AP-HP, il est nécessaire de déménager certains services de l’Hôtel Dieu vers Cochin. Le plus ancien établissement de la capitale deviendra un Hôpital Universitaire de Santé Publique et continuera à accueillir les urgences y compris médico-judiciaires. Quant à ses activités d’hospitalisation et de chirurgie ambulatoire elles seront transférées à l’hôpital Cochin.


[Pascal]


Voir en ligne : reseau-chu.org


Partager cet article

TOUT L’ÉQUIPEMENT DES CADRES DE SANTÉ

IDE Collection a regroupé tout le matériel nécessaire au management de vos équipes : livres, revues, fournitures, stylos, tenues, idées cadeaux...

Découvrir nos produits

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus