Accueil > La profession

Le dossier médical personnel entre en phase de déploiement

mercredi 11 janvier 2012

Un grand nombre d’usagers et de professionnels de santé utilisent désormais le dossier médical personnel. Après une longue période de tests, 2012 marquera le développement à grande échelle de ce chantier majeur de l’e-santé.

Près de 55 000 Français disposent désormais d’un dossier médical personnel (DMP). Créé par la loi du 13 août 2004 portant réforme de l’assurance maladie, confirmé par la loi Hôpital, Patients, Santé, Territoires de 2009, le DMP est l’outil central d’une politique de modernisation du système de santé qui fait de la coordination des soins le facteur clé d’une meilleure prise en charge du patient.

Document dématérialisé, le DMP permet à chaque assuré d’accéder sur internet à ses données de santé et de les partager avec les professionnels. Il constitue l’un des principaux leviers « au déploiement des services d’e-santé », a rappelé Nora Berra, lors des rencontres parlementaires sur les systèmes d’information de santé, le 12 octobre 2011. Sa mise en œuvre est assurée par l’Agence des systèmes d’information partagés de santé (Asip Santé).

Un développement progressif auprès des professionnels médicaux

Fin novembre 2011, l’Alsace, la Picardie, l’Aquitaine, la Franche-Comté, comptaient respectivement 13 000, 12 200, 10 000 et 5 800 DMP créés.

Premières à tester le dispositif - entre décembre 2010 et avril 2011 - ces quatre régions ont depuis constaté une montée en puissance : 30 établissements et 500 professionnels de santé l’utilisent. Le nombre de documents versés au DMP varie selon les régions : en Picardie, on en compte déjà près de 30 000 documents, 15 000 en Alsace et 8 000 en Aquitaine et en Franche-Comté. En Aquitaine, contrairement à l’Alsace, les médecins libéraux arrivent en tête et intègrent deux fois plus de documents que les médecins hospitaliers.

Désormais opérationnel, le dossier médical personnel doit maintenant gagner l’adhésion des établissements et personnels médicaux sur l’ensemble du territoire. Pour les inciter à le mettre en place, l’Asip a envoyé, en septembre 2011, un courrier à 500 000 professionnels du secteur. Objectif : les aider à s’approprier ce service à travers une documentation détaillée. Celle-ci expliquant son fonctionnement (kit de communication) et sa mise en oeuvre (installation de logiciels DMP-compatibles).

Fin novembre, l’Asip a également retenu 33 établissements (Centres hospitaliers universitaires, Centre hospitalier, Pôles de médecine, cliniques), répartis dans 16 régions, ayant répondu à un appel à projets sur le déploiement du DMP. Chacun disposera d’une enveloppe d’environ 100 000 euros pour rendre compatible son système d’informations hospitalier. Un accompagnement « de maîtrises d’ouvrage régionales » (Moar) sera mis en place pour la formation du personnel à l’utilisation de ce service d’e-santé.

Pour les patients, un accès rapide et sécurisé à leur historique de santé

Depuis avril 2011, tout assuré social peut demander l’ouverture de son DMP auquel il pourra ensuite accéder sur le site dmp.gouv.fr à l’aide d’un identifiant personnel. Il garde la pleine maîtrise de cet outil électronique et sécurisé. C’est lui qui décide des pièces pouvant y être déposées (antécédents médicaux, traitements reçus ou en cours, données d’imagerie médicale, comptes-rendus d’hospitalisation, résultats d’analyse…) et des professionnels autorisés à les consulter : médecins généralistes et spécialistes, radiologues, infirmiers, pharmaciens. Il peut en demander une copie, comme en réclamer sa destruction partielle ou totale. L’accès au DMP est en revanche interdit au médecin du travail, et à ceux des assurances, des mutuelles et des banques.

En offrant ainsi aux patients un accès total à leurs données médicales et la possibilité d’en assurer le contrôle, le DMP leur permet de devenir davantage acteurs de leur santé.

L’action « bris de glace » en cas d’urgence. L’accès au DMP d’un usager victime d’un accident peut s’avérer précieux pour connaître ses antécédents médicaux (allergie, maladie, traitement en cours...). C’est pourquoi la loi a prévu des modalités exceptionnelles de consultation : elles concernent le médecin régulateur du 15 ou tout autre professionnel de santé intervenant sur une personne nécessitant des soins urgents. Le patient ne doit toutefois pas s’y être opposé lors la création de son DMP.

[Charlaine]


Voir en ligne : Source : gouvernement.fr


Partager cet article

TOUT L’ÉQUIPEMENT DES CADRES DE SANTÉ

IDE Collection a regroupé tout le matériel nécessaire au management de vos équipes : livres, revues, fournitures, stylos, tenues, idées cadeaux...

Découvrir nos produits

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus